Question d’un député

15
197

Virginie Duby-MullerNotre crainte, c’est qu’un politique s’empare un jour de la cause des multirotors, suite à un incident ou un accident, qu’il en fasse son cheval de bataille. Ce serait probablement le début des ennuis pour tous les pilotes de radiomodélisme, même ceux qui évoluent en clubs. Ou bien cachés à l’abri des regards. Une question concernant les drones destinés au grand public, c’est-à-dire les drones de loisirs, a été posée à l’Assemblée Nationale. La bonne surprise, c’est que la formulation de la question ne se laisse pas aller au sensationnalisme et aux raccourcis que l’on constate si souvent lorsqu’il est questions de drones (que ce soit les modèles de loisirs, civils ou militaires).

Question n°53134

Cette question a été posée le… 1er avril 2014. Mais ce n’est pas une plaisanterie. Elle émane du député UMP de Haute-Savoie Virginie Duby-Muller. Député au masculin, comme indiqué sur son site web. Voici le texte intégral de la question, qui a été adressée au ministère de l’Intérieur, rubrique Tourisme et loisirs…

« Mme Virginie Duby-Muller attire l’attention de M. le ministre de l’intérieur sur la nécessaire pédagogie et simplification de réglementation concernant l’usage de drones. Les drones se banalisent de plus en plus auprès du grand public du fait de leur miniaturisation et de la diminution de leur coût d’acquisition. Des milliers de drones ont été vendus pour un usage parfois inapproprié. La réglementation est en effet très stricte mais aussi particulièrement complexe, écrite dans un jargon issu du monde aéronautique ce qui la rend quasiment incompréhensible pour le grand public. De plus, la prise de photos aériennes est soumise à autorisation et peut tomber sur le coup de la législation sur les données personnelles. Par conséquent, elle l’interroge sur les mesures qu’il envisage de mettre en place afin de concilier les impératifs de sécurité nécessaire sur ce dossier. »

Source : le site de l’Assemblée Nationale.

La question est très intéressante, plutôt bien formulée et montre que le dossier est maîtrisé – ce qui change des habituelles interventions politiques. Mais pour l’instant sans réponse. « Sa question, écrite dans le cadre de son travail de veille juridique de l’actualité, date du 1er avril mais a été attribuée à un autre ministère le 3 avril 2014, ce qui rallonge les délais de réponse », nous a déclaré sa collaboratrice parlementaire. Il est en effet probable que ce soit le ministère de l’Ecologie, du développement durable et de l’énergie, auquel est rattachée à la DGAC. Pour compliquer encore un peu les choses, un nouveau ministre a été nommé à la tête de ce ministère le… 2 avril 2014. Pour mémoire, c’est Ségolène Royal qui en a pris la charge à l’occasion du dernier remaniement ministériel…

Virginie Duby-Muller2

 

15 COMMENTAIRES

  1. Elle est mignonne, c’est tant mieux 🙂 Mais c’est surtout qu’elle pose les bonnes questions ! Peu importe que ce soit elle ou qu’elle soit bien conseillée, seul le résultat compte… C’est très positif ! Pour une fois, je dirais 😉

  2. Pas mal la députée …Si c’est pour protéger notre image de part la sienne,
    il y fort a parier qu’elle soit écoutée dans l’emicicle lol !

  3. Toute approche d’élu, quels qu’ils (elles) soient permettant d’expliquer notre point de vue de modéliste, en démystifiant notre loisir, ne peut être que positive et doit être activée.
    Tant mieux si nous avons un(e) député(e) qui pose les bonnes questions, Bravo 🙂

  4. Tous pourris ??
    NON pas tous … Tentez le coup (même dans l’eau) de gâte rien 🙂 Je pense même que certains sont modélistes … 🙁

  5. Que les hommes sont bêtes devant jolies filles…

    Ce qui compte, s’est plus une bonne tête bien remplie. 😉

  6. J’ose aussi croire que tous ne sont pas pourris. Les affaires à droite et à gauche vont bien finir par assainir la politique, à la fin, non ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.