Radars pour drones

3
808

radar01Les radars classiques ne sont pas en mesure de détecter les drones, trop petits. Mais pour des questions de sécurité, d’un éventuel encombrement de l’espace aérien si les drones civils se multiplient, il faudra bien des outils pour détecter la présence et le vol de drones. Nous avions suivi les travaux de la société anglaise Plextek Consulting (voir ici), voici ceux de Integrated Robotics Imaging Systems, Ltd. Basée en Alaska, à Kenai, elle a acquis récemment les brevets d’un prototype de radar pour les appareils non habités, achetés à une équipe de recherche de l’université de Denver. A la différence du radar anglais destiné à être utilisé au sol, celui-ci est prévu pour être embarqué à bord de drones !

« Voir et éviter » ?

infotron-01
L’Infotron, IT 180

C’est la règle de l’aéronautique en vol à vue (VFR). En anglais « see and avoid ». Interrogé par l’Alaska Journal, Michael Huerta de la FAA (l’équivalent nord-américain de notre DGAC) a expliqué que cette règle n’était plus valable dans le cas de vols automatisé ou avec un retour vidéo de mauvaise qualité. Et d’inventer une nouvelle règle, le « sense and avoid ». En français, cela pourrait être « détecter et éviter »… Le radar en cours d’élaboration par Integrated Robotics Imaging Systems. est supposé prendre en charge cette règle, puisqu’il détecte en théorie les petits objets volants. Les premières expérimentations ont été conduites avec des avions grandeur nature à l’aéroport d’Atlanta, avec un taux de réussite dans la détection de 99,99 % – selon John Parker, le fondateur d’Integrated Robotics Imaging Systems. « Pour avoir été enquêteur sur les accidents d’avions pendant des années », a-t-il expliqué au Alaska Journal, « je sais que la clé pour avoir des drones professionnels qui volent de manière sécurisée est d’anticiper les collisions ». Les premiers essais, avec un radar de 340 grammes et une antenne de 10 centimètres, seront menés à bord de l’Infotron IT180, un drone professionnel français birotor !

C’est pour quand ?

John Parker prévoit les premiers tests réels de son radar dans une dizaine de mois environ, et l’industrialisation du procédé dans 18 mois. Le prix ? Il sera dans la norme des radars pour l’aviation légère. C’est-à-dire entre $7000 et $15 000…

Le site web d’Integrated Robotics Imaging Systems se trouve ici (mais il ne fonctionnait pas lorsque nous avons essayé de le visiter).

Source : Alaska Journal

3 COMMENTAIRES

  1. Bonjour

    Vu le prix d une machine pro, je doute que beaucoup d entreprise debourse une telle somme … mais sinon l idee est bonne.

    Bien amicalement

  2. Sympa l’Infotron IT180 birotor controrotatif avec des pales d’ 1.5m pour 14kg, a plus de 3000m au dessus d’aeroport et de stade…oups j’ai dit une connerie.

  3. Mouais un aérien de 10 cm ça va faire une sacrée portée….
    Ne serait-ce pas plus simple de les équiper de transpondeurs comme les drones militaires ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.