JXD 388, le test

21
679

Dsc_0015-600Le look de ce petit quadricoptère reprend celui du Ladybird de Walkera, avec un canopy ovale et bombé qui évoque le corps d’un insecte. Habillé de jaune et de noir, il réussit plutôt bien le camouflage façon abeille. Sommes-nous confrontés à un nième clone de Ladybird ?

Tour du propriétaire

Sans ses hélices, le JXD 388 s’inscrit dans un carré de 10 x 10 cm. Faits de plastique, les bras des moteurs sont incurvés, et aboutissent à des cerclages épais qui tiennent les moteurs. A quoi servent-ils, ces cerclages ? A rien, sinon à contribuer à un look amusant. Ils n’ont en tous cas aucune fonction antichoc. En revanche, de patins en mousse sous chaque cerclage garantissent des atterrissages souples. Les hélices sont aux couleurs du canopy, jaunes à l’avant, noires à l’arrière. Le canopy, justement, est fait partie de la structure plastique. Il se révèle épais et très solide, une vraie coque ! Dsc_0024-600A l’avant se cachent deux diodes, à l’arrière figure un interrupteur on/off. Dessous, on trouve une trappe destinée à accueillir la batterie. L’épaisseur de la structure laisse supposer un poids assez élevé… Verdict : 31,2 grammes sans batterie, 39,6 avec… Pour mémoire, un Ladybird pèse 29 grammes avec sa batterie, le X4 V2 pèse 36,4 grammes. C’est un poids lourd (toutes proportions gardées, évidemment) par rapport à ses concurrents.

Avant de décoller

Il faut recharger la batterie, une 3,7V 300 mAh 25C, fournie avec un chargeur USB. Pour obtenir une charge complète, comptez un peu plus de 50 minutes. Ouvrez la trappe sous le JXD 388, branchez la batterie : rien ne s’allume. Normal, l’interrupteur de l’appareil est sur Off. Glissez la batterie dans son logement, poussez les câbles à l’intérieur et refermez la trappe. La radiocommande fournie par JXS est une 2,4 GHz mode 2, tout plastique et de facture très classique, mais assez agréable en main. Il faut 6 piles AA pour l’alimenter. Dsc_0059-600Hormis les touches de trims, elle offre deux boutons sur la partie supérieure. Celui de gauche est libellé Speed Button, celui de droite Flip Button. Elle est munie d’une antenne rabattable. Si elle vous gêne, retirez-la : elle est factice ! Allumez la radio, puis passez l’interrupteur du JXD 388 sur On : l’engin s’allume avec les deux diodes du canopy en rouge, deux diodes blanches dans les cerclages avant, et deux diodes bleues à l’arrière. Posez-le bien à plat, et poussez les gaz pour décoller…

Premier vol

Rien ne se passe ! En fait, il faut pousser les gaz à fond puis les remettre à 0, vers le bas. A ce moment seulement, la liaison entre la radio et le quadricoptère est établie. Poussez à nouveau les gaz, doucement : le JXD 388 décolle avec très peu de dérive, et se révèle plutôt stable. Corrigez les éventuels glissements avec les trims. En quelques secondes, vous obtenez de beaux vols stationnaires. Pas de quoi lâcher la radiocommande plus de 2 secondes, mais cela reste très satisfaisant. Essayez-vous à envoyer l’appareil dans plusieurs directions. Vous ne risquez pas grand-chose, il n’est pas très nerveux. Dsc_0069-600C’est normal, il s’agit du mode Débutant. Appelons-le ainsi, en tous cas, puisque le manuel fourni avec l’appareil, en anglais et en chinois, ne mentionne pas de modes de pilotage ! Dans ce mode, l’appareil est lent, parfait pour apprendre à voler en intérieur sans aller briser tous les miroirs de la maison et en prendre pour une trentaine d’années de malheur… Mais il est si mou que vous parviendrez avec difficulté à faire faire une simple rotation de 360° !

Allez plus loin

Appuyez sur la touche appelée Speed Button, la radio émet 2 bips, signe qu’elle est passée en mode Avancé. Décollez à nouveau : l’appareil est beaucoup plus nerveux, parfait pour envisager un pilotage sec, mais précis. Avec une nouvelle pression sur Speed Button, vous êtes accueilli par 3 bips. Là, c’est le mode Expert qui est enclenché. A réserver aux pilotes avec de l’expérience, puisque l’appareil est presque dénué de stabilisation. Il est à l’évidence prévu pour voler en intérieur. Mais comment se comporte-t-il en extérieur ? Il est capable de tenir tête aux bourrasques, mais il faut impérativement choisir les modes Avancé ou Expert. L’autre touche, située sur la façade avant droite de la radiocommande, est libellé Flip Button. Ni une ni deux, il faut tenter les acrobaties. Prenez un peu de hauteur (50 cm suffisent), appuyez sur le bouton, maintenant la pression, et donnez une direction avec le joystick : droite, gauche, avant, arrière. Le JXD 388 part dans une pirouette rapide, en perdant très peu d’altitude. Si peu que les acrobaties sont presque trop faciles à réaliser. Parfait pour épater vos spectateurs, mais elles ne constituent pas un challenge… Notez que les pirouettes peuvent être déclenchées dans n’importe lequel des 3 modes.

Dsc_0067-600Alors, ces vols ?

Comment le JXD se comporte-il en comparaison avec ses concurrents ? Il tient la dragée haute au Ladybird de Walkera et ses innombrables clones. Il est un peu plus pataud que le X4 de Hubsan, sans doute en raison de son embonpoint. Les virages avec de l’inclinaison – pour voler en cercles rapides par exemple – sont un peu difficiles à obtenir. L’autonomie ? Le JXD 388 vole pendant 5 minutes et 40 secondes avant de déclarer forfait. Les diodes clignotent et l’appareil descend, assez rapidement si vous aviez pris de l’altitude. C’est assez peu. Evidemment, il suffit d’acheter d’autres batteries pour voler plus longtemps. Mais attention, la trappe ne permet pas d’insérer de batteries trop volumineuses ! Il vaut mieux ne pas dépasser 3,2 cm de longueur, 2 de largeur et 0,8 d’épaisseur. Voilà qui vous prive des batteries de plus haute capacité, comme les 380, 400 ou 500 mAh. Il est possible d’inciser le canopy pour laisser plus de place à la batterie, mais le plastique est assez dur, et le look en prendra un coup. La sempiternelle question subsidiaire est la suivante : le JXD 388 est-il capable de porter une caméra ? Nous n’avons essayé que la Keychain 808 #16 (un peu plus de 18 grammes), fixée avec un morceau de scotch. L’appareil décolle, mais il est lourdaud et son autonomie ne dépasse pas 1 minute et 30 secondes. Résultat : techniquement parlant, l’appareil peut décoller et filmer. Mais il faut choisir une caméra ultra légère, par exemple une 808 #16 débarrassée de sa batterie – et dans ce cas les bidouilles et les soudures sont indispensables. Le JXD 388 n’est clairement pas fait pour filmer.

Le manuel

Dsc_0014-600Nous l’avons vu, les instructions données dans le manuel (en anglais) omettent de décrire les modes de pilotage. En revanche, elles présentent des fonctions bien pratiques. Comme par exemple la remise à zéro des trims. Car en l’absence d’écran de contrôle, on ne sait pas trop à quelle valeur ils sont fixés. Il faut pour cela allumer la radiocommande en maintenant la pression sur le Speed Button. Si l’appareil se met à dériver bizarrement – cela nous est arrivé -, il faut le recalibrer. La documentation l’explique… dans son anglais traduit du chinois. La méthode est simple : il faut placer les deux joysticks vers le bas-droite, puis faire une pression sur le Flip Button. Si la manipulation a fonctionné, les diodes rouges du JXD 388 clignotent. Maintenez la pression tant que les diodes clignotent. Si elles ne se mettent pas à clignoter, bougez un peu la position des joysticks, vous finirez par trouver celle qui déclenche le calibrage.

Faut-il l’acheter ?

Dsc_0005-600Pourquoi pas. Le comportement en vol est agréable, l’appareil convient à la fois pour les débutants et pour les pilotes confirmés. Dommage que la trappe de la batterie soit fermée, que l’autonomie se révèle faible et que l’appareil peine à embarquer une charge. On peut aussi regretter que la radiocommande ne permette pas de réglages plus fins des débattements… Notez que nous avons réussi à associer le JXD 388 avec une radio WLToys pour V262. Cela permet de gagner un mode de pilotage supplémentaire (40 %, 60 %, 80 % et 100 %), ainsi que de pouvoir choisir entre le mode 1 et le mode 2 (gaz à droite ou à gauche), mais pas de modifier les réglages pour autant. Le prix ? Il est proposé à un peu moins de 30 € (hors taxes) en version RTF (avec radiocommande) sur le site de Banggood, en version jaune (comme celle que nous avons testée) ou en bleu.Notez qu’il existe une version BnF (sans radio) à 20 € environ (hors taxe toujours) si vous disposez déjà d’une radiocommande compatible avec les appareils WLToys V2x2… La question, au début de cette chronique, était la suivante : sommes-nous confrontés à un nième clone de Ladybird. La réponse est oui.

Merci beaucoup à Fabien pour s’être privé de vols en me prêtant son exemplaire !

Edit : visionnez sur la chaîne YouTube de SeByDocky des vidéos de présentation du JXD 388, en sortie de boite et en extérieur. Ca se passe ici

La vidéo

 

D’autres photos

Dsc_0009-600

Dsc_0021-600

Dsc_0027-600

Dsc_0033-600

Dsc_0050-600

Dsc_0051-600

Dsc_0053-600

Dsc_0058-600

Dsc_0061-600

Dsc_0075-600

Dsc_0077-600

Dsc_0080-600

 

Article précédentJuz et l’immersion
Article suivantL’ivresse des drones

21 COMMENTAIRES

  1. Bon test Fred,

    Attention, seules les batteries 380 peuvent rentrées.. Je n’y crois pas pour les 500mah
    Sinon, comme tjrs, il est bien de recalibrer les gyros (ca evite d’utiliser les trims)
    en passant en mode sport + 2 batons en bas à gauche pendant quelques secondes
    (ca va clignoter rapidement). En mode sport, il est assez rapide (peut être même
    plus qu’un 385) mais c’est vrai plus d’inertie à cause de ces 7 grammes supplémentaires
    . En tout cas, je l’apprécie bcp pour sa stabilité et précision avec une devo 7E
    c’est une merveille

    http://www.youtube.com/watch?v=5eKZh4j2KYM

    https://www.youtube.com/watch?v=4j2balCKVL4

  2. J’ai reçu le miens mercredi , j’ai fait juste un vol de nuit et bien on le voit super bien avec les diodes .
    Sont gros souci pour moi c ‘est la rotation qui est lente même en mode speed .

  3. J’ai une 500 mAh qui a priori peut rentrer (même épaisseur, même largeur). Mais je ne peux pas vérifier, je ne vais pas saboter l’appareil de Fabien… d’autant que la batterie en question a rendu l’âme. Et puis le poids risque aussi de poser problème. Donc oui, il faut éviter les 500…
    Et je viens de m’apercevoir en te lisant que je me suis trompé dans la description de la méthode du calibrage. Je corrige de suite, merci ! 🙂

  4. Ha oui, le probleme de “distance de controle” venait de ma devo 7E :). Le cable “lead” de l’antenne déssoudé :).
    Donc ce 388 est controlable super loin sans aucun soucis. En plus j’ai réglé l’antenne à 31mn et fait un petit trou dans la canopy pour mettre l’antenne verticale. Ca me rajoute encore plus de portée … mais bon est-ce bien nécessaire avec une si faible charge utile peut être de quoi porter un nanocam + un petit VTX ….

  5. le drone playmobile rigolo enfin 5 min s’est cours tout de même,
    le prix est cool seul bon point pour lui, un drone de plus.

    🙂

  6. Totor,

    Il faut une devo7E (et pas juste 7) et souder
    la puce nRF24L01+ et installer la dernière build
    de deviationx… bref, c’est pas pour les débutants mais c’est pas très dur non plus

  7. Bonjour! A part le prix, quel avantage par rapport à un Blade nano ou un Hubsan H107?
    Mais il est plutôt mignon…

  8. Pas de protection d’hélice, pas de possibilité de mettre des batteries un peu plus grosses.
    A mon avis, vise plutôt un X4 V2 avec 2 ou 3 batteries supplémentaires et la protection d’hélices. C’est un peu plus cher mais je pense que ça permet de s’amuser un peu plus.
    (c’est le propriétaire du JXD 388 qui te le dit)

  9. il était à 20€ (sans port) quand je l’ai acheté. Et puis je trouvais son look marrant.
    Ce sont les 2 raisons pour lesquelles je l’ai acheté.

  10. Sebdocky Merci pour les vidéos du quad, bon pilote, bon Anglais, il va ma falloir une puce nRF24L01 et son schéma de montage, si tu as cela, merci l’ami. 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.