KA-52 Alligator

8
295
Dsc_0990-800
Au premier plan, le KA-52 Alligator. Juste derrière, on devine l’impressionnant chasseur Sukhoï SU-35. Et à l’arrière-plan, c’est le gigantesque gros porteur militaire A400M d’Airbus…

Alors comme ça vous pensiez innocemment que les hélicoptères birotors étaient exclusivement des appareils de petite taille, des jouets à mettre entre toutes les mains ? Ca, c’était sans compter sur les efforts de guerre de la Russie. Le constructeur Kamov propose depuis 1987 le KA-50, qui a la particularité de reposer sur un système birotor. Ce qui le dispense de la présence d’un rotor anticouple à l’arrière. Le salon du Bourget 2013 a été l’occasion de voir évoluer pour la première fois hors de Russie la dernière version de cet appareil étonnant.

A deux c’est mieux

Ce modèle s’appelle le KA-52 Alligator. Sa principale caractéristique ? Il permet d’accueillir deux personnes dans son cockpit.

Dsc_0993-800
Les habitués des modèles réduits frémissent à l’idée de perdre des biellettes !

Ses deux propulseurs VK-2500 développent 2 x 2400 CV. Les vols au salon du Bourget ont montré un appareil aux évolutions assez lentes, finalement assez proches du comportement que peut avoir un gros birotor radiocommandé. Il est tout de même capable de basculer presque sur la verticale, et d’atteindre une vitesse de 310 km/h. Que ce soit de près ou de loin, sa silhouette est assez inquiétante, probablement parce que nous ne sommes pas habitués à voir un double rotor sur un hélicoptère grand format.

Le site officiel de Russian Helicopters se trouve ici.

 

D’autres photo, en vol

Dsc_0634-800Dsc_0589-800Dsc_0596-800

8 COMMENTAIRES

  1. Je l’ai “piloté” il y a quelques années sur pc…
    “ka52 team alligator”
    c’est en effet une grosse plate-forme de tir lourdement blindée.
    La doctrine russe typique ; massif, peu maniable mais résistant,
    simple en maintenance et lourdement armé, comme le Sturmovik
    Il possède un canon télécommandé de 30 mm sur le flanc droit,
    ce qui oblige à faire des passes de tir de biais.
    Autre particularité : les sièges sont éjectables !
    Des charges font sauter les pales juste avant,
    histoire d’éviter un moment difficile 😉

  2. Si si, j’ai mis le site officiel de Russian Helicopters 😉
    Sinon il y a moyen d’appeler direction Vladimir P. Ou Gérard D., qui a récemment été promu commercial 😉

  3. Ben, en fait Fred, c’est un peu le même problème lorsque s’est présenté le problème de tirer une balle à travers une hélice non ? 😉
    Bon d’accord la balle c’est le pilote, mais quand même, en se synchronisant bien je suis sur qu’on peut y arriver…

    Non ? Ok je sors ;-P

  4. Dans le genre bi-rotor étonnant tu peux aussi aller voir le “K-max”
    http://www.google.com/search?q=kaman+kmax
    C’est un bi-rotor “a engrenage” dont les deux rotors en V se croisent au dessus du cockpit

    Comme on ne peux évidemment pas ralentir ou accélérer un des rotors pour tourner (a cause du croisement des pales), les ingénieurs ont dû faire preuve de créativité pour pouvoir le faire tourner sur lui même 🙂
    http://www.pprune.org/2527505-post8.html
    Pour résumer: il utilise 3 systèmes différents pour tourner:
    – différence de pas entre les deux rotors
    – application d’un ordre cyclique avant/arrière sur les deux rotors
    – utilisation de deux dérives placées sur la queue de l’hélico dans le flux des rotors principaux
    Sachant que pour compliquer le tout, certains des mécanismes utilisés fonctionnent a l’envers lorsque l’appareil est en auto-rotation 🙂
    Bref une machine vraiment étonnante…

    Il est également particulièrement intéressant pour nous, modélistes, puisqu’il a été le premier hélico radio-commandé a être utilisé par l’armée US en Afghanistan pour ravitailler des troupes
    http://www.youtube.com/watch?v=Zj95SHZCkbM

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.