Walkera Ufo 5#

2
497

Si vous êtes habitué à piloter un hélicoptère mono ou bi-rotor, vous vous demandez certainement ce que vaut un appareil volant doté de quatre hélices. Le look est totalement différent, mais le pilotage, vous allez le voir, se révèle finalement assez proche de celui d’un hélico classique.

Tour du propriétaire

L’Ufo 5# est livré dans une grande boîte, que vous avez tout intérêt à conserver. Car pour le transporter, vous trouverez difficilement un sac aux bonnes dimensions. Les quatre tiges des rotors se clipsent dans le plastique de l’emballage, et retiennent fermement le quadricoptère. Le premier contact avec l’appareil n’est pas vraiment rassurant. Les quatre tiges en métal semblent très solides, mais tout le reste semble terriblement fragile. A tel point qu’on ne sait pas vraiment comment prendre le drone en main. Le plot central comprend toute l’électronique, qui se résume à quelques plaques de circuits imprimés, que l’on voit par transparence de la protection en plastique bleu. Protection est un bien grand mot, puisque ce plastique est mou et se déforme sous la pression des doigts. Ce plastique descend pour se terminer en une sorte de jupe, encore plus souple. Sous l’appareil se trouve une trappe destinée à accueillir la batterie. Elle s’ouvre et se ferme facilement, sans forcer. Les dimensions sont calculées au millimètre près pour que la batterie se trouve bien maintenue, le câble d’alimentation servant de détrompeur. Avantage : il est facile de placer et retirer la batterie. Inconvénient : attention si vous faites l’acquisition d’une batterie supplémentaire, elle doit avoir exactement la même taille (ou être plus petite, ce qui est rarement le cas d’accus « alternatifs »). Nous l’avons vu, ces sont quatre tiges en métal résistant qui supportent les quatre rotors de l’appareil, ainsi que leurs quatre moteurs. Walkera se targue d’avoir évité toutes les pièces mécaniques – moteurs mis à part -, et plus particulièrement les servos que l’on trouve habituellement sur les micro hélicoptères. Comment ça marche ? Les hélices avant et arrière tournent dans le sens des aiguilles d’une montre. Celles de droite et de gauche dans le sens contraire. Les hélices assurent donc la sustentation, ainsi  que l’anti-couple. Ainsi le drone reste stable et ne part pas en toupie. Un gyroscope vient compléter le tout, il permet de doser la puissance des moteurs pour que l’appareil ne soit pas déséquilibré. L’Ufo 5# offre 4 voies, c’est-à-dire qu’il est capable de monter, descendre, avancer, reculer, effectuer une rotation à droite, à gauche, une translation à droite, à gauche. Comment se débrouille-t-il pour y parvenir ? En l’absence de servos qui agissent sur des pièces mécaniques, les mouvements reposent sur la variation de puissance des moteurs. Un exemple ? Si le moteur arrière accélère, l’arrière se soulève et l’appareil avance. Son inévitable plongée vers le bas est partiellement compensée par le gyroscope. Toutes les manœuvres sont ainsi gérées par la puissance des moteurs. Ce sont des combinaisons très complexes impossibles à réaliser « à la main ». Mais vous n’avez pas de souci à vous faire, la gestion des moteurs est assurée par les circuits intégrés, le savoir-faire de Walkera.

Préliminaires

La radiocommande livrée avec l’Ufo 5#  est une WK-2402, à 4 voies, qui fonctionne en 2,4 GHz. Sa portée est donc longue, de plusieurs dizaines de mètres, et elle est peu sensible aux obstacles. Un compartiment à l’arrière héberge les 8 piles AA nécessaires à son alimentation. Un écran LCD permet d’effectuer des réglages, simples comme les trims (numériques, c’est-à-dire ajustables par petites impulsions) ou plus complexes lorsqu’il s’agit de contrôler les axes, inverser les commandes. L’interface de ce petit écran n’est pas vraiment simple ni agréable, mais elle a le mérite d’exister. Cette radiocommande est disponible en Mode 1 ou 2, au choix. Une décision à prendre lors de l’achat, car elle n’est pas prévue pour faciliter le changement de mode. Du côté du drone, il convient de recharger la batterie avant de pouvoir prendre les airs. Un adaptateur secteur est livré à cet effet, que vous connectez à un module de chargement, qui lui-même accueille la prise de la batterie. Lorsque vous la branchez, la diode de chargement rouge clignote rapidement et ce jusqu’à ce que la batterie (7,4 volt, 800 mAh) soit pleine. A ce moment, elle passe au vert fixe. Ne soyez pas impatient, le cycle de charge dure…
1 heure et 17 minutes ! Heureusement que cette batterie est amovible, vous pouvez ainsi en acquérir plusieurs et éviter d’attendre plus d’une heure et quart entre deux vols…

Et la suite ?

Le test complet de ce micro-hélicoptère est disponible dans la version iPad de HelicoMicro, que vous trouverez sur l’App Store ! Cliquez sur le bandeau pour en savoir plus…

2 COMMENTAIRES

  1. je viens de recevoir mon Ufo 5 avec caméra intégrée.
    le pilotage est sympa avec une petite tendance pour l’engin à partir légèrement sur la gauche.

    Il est commandé par la devo7.
    Par contre impossible de faire fonctionner la camera via la telecommande, pourtant c’est prévu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.