Nine Eagles Bravo SX 320A

2
616

Le Bravo SX 320A est un hélicoptère monorotor parfait pour continuer l’apprentissage du pilotage après une mise en jambes avec un birotor. Car il sait être stable ou devenir très nerveux… Avec son cockpit qui épouse celui si caractéristique du Hugues MD500, son look presque maquette, ce micro hélicoptère pourrait comme d’autres passer pour un jouet. Ne vous y trompez pas, l’appareil n’est pas à mettre entre toutes les mains, il faut avoir déjà pratiqué des hélicoptères – birotors par exemple – pour en profiter pleinement.

Tour du propriétaire

Le Bravo SX 320A pèse un peu plus de 30 grammes, avec sa batterie en place. Ce poids plume le rend ultrasensible aux moindre souffle d’air. En extérieur, il est devient vite incontrôlable, même avec une légère brise. Aucun souci intérieur, mais sachez qu’un courant d’air le balade comme un fétu de paille. Ou le déséquilibre, pour un résultat similaire : vous risquez de perdre le contrôle.

L’appareil est presque entièrement en plastique : le cockpit bien sûr, mais aussi l’armature principale, le train d’atterrissage, les pièces en rotation (pignons, roulements, pales, barre de Bell). Seuls la queue, les moteurs, quelques fils et les plus petits pignons sont en métal. Voilà qui n’est assurément pas solide. Mais la petite taille de l’appareil, 19 cm de diamètre pour le rotor, 24 cm de longueur totale, le sauve des incidents majeurs : il peut se crasher dans un obstacle et en ressortir indemne. Le Bravo SX 320A repose sur le principe d’un monorotor, avec une stabilité assurée par une barre de Bell et un gyroscope. La rotation naturelle de l’hélicoptère est compensée par un rotor de queue, animé par un petit moteur. Notez que les contacts sont protégés par une protection plastique, qu’il vaudra mieux doubler avec un morceau de scotch avant le premier vol, pour éviter les incidents « stupides » en cas de choc avec un meuble. La batterie est petite, longue, facile à glisser dans l’hélicoptère pour l’alimenter. Bien qu’elle soit agrémentée d’une flèche et son usage documenté dans le manuel, cette batterie est démunie de détrompeur. Il est donc possible de l’insérer dans le mauvais sens dans l’hélicoptère, sans trop forcer. Et là, c’est le drame ! Car les fils d’alimentation chauffent beaucoup en quelques secondes, au point de faire fondre les gaines, de tordre la batterie, ses contacts, et les plots électriques côté hélico. Voir de la fumée se dégager est mauvais signe : il est trop tard. Nous en avons fait l’amère expérience sur un modèle Solo Pro 1&10 de Nine Eagles, qui partage la même technologie de batterie. Lors du premier branchement, donc, soyez hyper attentif au sens dans lequel vous insérez la batterie. Vous n’aurez plus aucune hésitation sur les vols suivants. Notez que qu’une languette permet de retirer la batterie simplement et sans forcer. Pratique.

Et la suite ?

Le test complet de ce micro-hélicoptère est disponible dans la version iPad de HelicoMicro, que vous trouverez sur l’App Store ! Cliquez sur le bandeau pour en savoir plus…

2 COMMENTAIRES

  1. Pour résoudre le problème de sens au niveau de la batterie, il suffit de souder une diode au fil de branchement de la batterie, surtout qu’elle sont très légère et peu chers, elle servira comme d’un interrupeur si on se trompe e polarité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.