Immersive Ambition propose un accompagnement pour la rédaction du MANEX ou du MO

Jordan Perrin, fondateur de Immersive Ambition.

La société vosgienne Immersive Ambition propose une aide à la rédaction du MANEX, un document primordial pour opérer avec un drone en catégorie Spécifique. J’ai demandé à Jordan Perrin, le fondateur d’Immersive Ambition, de décrire cette activité…

Helicomicro : Pouvez-vous rappeler ce qu’est un MANEX ?
Jordan Perrin : A l’origine, cela s’appelait un MAP, Manuel d’Activités Particulières, dans le cadre de la réglementation française. Puis c’est devenu le MANEX, le MANuel d’EXploitation. Désormais, on va parler de MO, c’est-à-dire Manuel d’Opérations, pour la fin 2025. Ce document sert tout simplement à expliquer comment fonctionne l’exploitation de drones pour la personne ou pour l’entité qui les opère, que ce soit à titre privé ou par une personne morale pour une société. 

HM : Le MO va-t-il remplacer le MANEX ?
JP : Nous allons passer du MANEX français au MO européen. A partir du 1er janvier 2026, il va falloir faire le pivot. Ça, c’est la date butoir, mais rien n’empêche les exploitants d’avoir déjà les deux.

HM : Il y a quoi, en pratique, dans le MANEX et le MO ?
JP : Ce manuel sert à expliquer comment fonctionne une exploitation dans le respect de la réglementation. Ce n’est rien de plus que ça, et ça peut paraître simple. Mais il faut bien le rédiger et bien le réfléchir à la base.

HM : Pourquoi ?
JP : Parce que ce manuel va être indispensable pour opérer sur des missions. Il est indispensable à conserver en cas de contrôle documentaire pour prouver aux autorités que les vols ont été opérés dans le respect de la réglementation en vigueur.

HM : C’est donc un document destiné aux forces de l’ordre ?
JP : Oui, mais il ne faut pas oublier le fond de l’utilité de ce document. Il est destiné à aider à sécuriser les missions, le plus possible. Il permet de décrire les procédures à mettre en oeuvre pour sécuriser les personnes et les biens.

HM : Son utilité comporte un volet administratif
JP : En cas de crash de votre drone, ce document a une valeur importante. Il permet de prouver que l’intégralité des procédures a été respectée et que le vol était en conformité avec la réglementation. Si le MANEX ou le MO n’est pas en cohérence avec la situation, les assurances, par exemple, peuvent se retirer.

HM : C’est un gros document, le MANEX ?
JP : Cela dépend évidemment de la structure, des domaines d’activité, du parc de drones. En moyenne, les MANEX pèsent entre 20 et 40 pages. Avec le MO, la tendance est à y ajouter plus d’informations. Ils grossissent aussi lorsque l’activité concerne plusieurs pays. 

HM : Vous accompagnez aussi dans la rédaction de documents utilisables à l’étranger ?
JP : Oui, le principe est de référencer dans le MANEX et le MO l’intégralité des organismes auxquels il est probable de faire face pour les missions. Nous disposons déjà, de notre expérience de 7 ans dans le domaine, des informations principales avec les numéros de téléphone et les bons contacts.

HM : Le risque n’est-il pas d’aboutir à des documents énormes ?
JP : Si. D’ailleurs si vous mettez trop d’informations, quelquefois, ça peut être un peu contre-productif, notamment parce que vous allez mettre deux mois à rédiger le manuel ! 

HM : Des contrôles sont-ils réalisés souvent ?
JP : En France, non, les contrôles documentaires inopinés arrivent généralement tous les 5 à 10 ans. Je suis télépilote depuis 8 ans, j’ai été contrôlé deux fois par téléphone. Mais à vrai dire, les télépilotes indiquent rarement quand ils ont été contrôlés. 

HM : Il y a une raison à cela ?
JP : Je me rends compte que certains de nos clients viennent suite à un contrôle documentaire. Leur MANEX n’est pas satisfaisant, pas à jour, pas complet, et ils nous demandent de l’aide à la rédaction.

HM : C’est encore possible, quand il y a un contrôle ?
JP : Oui ! En règle générale, les exploitants ont un délai de 30 jours pour régler les non-conformités. Nous les aidons à corriger le document pour correspondre à leur activité. 

HM : Le MANEX et le MO, c’est à rédiger en français ou en anglais, ou d’autres langues ?
JP : Tout dépend des pays dans lesquels vous opérez. Si c’est uniquement en France, il est à rédiger en français, ce n’est pas la peine de faire plus. Si vous opérez souvent à l’étranger ou que vous êtes frontalier, une version supplémentaire en anglais est recommandée. Si vous opérez souvent dans un pays étranger, mieux vaut le produire dans la langue du pays. J’ai consacré tout un article à ce sujet, que vous pouvez consulter ici !

HM : En quoi consiste l’aide que vous proposez ?
JP : Notre façon de procéder est simple, on rédige le document à la place de notre client. Nous avons nos propres canevas et on les adapte selon les situations. Notre force et notre vraie valeur ajoutée, c’est qu’en cas de problème, de contrôle documentaire, le client peut revenir vers nous. Si on a produit un MANEX et que six mois après il y a un contrôle à l’issue duquel est signifiée une non-conformité mineure, soit parce que le document a été modifié par erreur, soit parce que c’est nous qui avions fait l’erreur, on modifie le document. Cette méthode nous permet d’être réactifs, de bénéficier de l’expérience des précédents clients et des évolutions de leurs MANEX, et de leur en faire profiter.

HM : Comment faire pour obtenir votre aide sur la rédaction du MANEX ou d’un MO ?
JP : Sur notre site web, il suffit de remplir un formulaire, cela ne prend pas plus de 10 minutes. Il nous permet de récupérer les informations importantes, que nous croisons avec celles de notre base de données. Nous pouvons produire le document en 5 jours ouvrés. Il est fourni éditable au le client. Il ne reste plus qu’à le stocker au format numérique et à l’imprimer pour le produire facilement. Il n’y a plus besoin d’enregistrer le numéro sur AlphaTango. Nous recommandons de communiquer un exemplaire à l’assureur. En général, ça le rassure au sujet de l’activité.

HM : Quel est le coût pour constituer un MANEX ?
JP : La rédaction du MANEX ou du MO est à 300 € TTC.

HM : Et quel est le coût pour intervenir en cas de contrôle documentaire ?
JP : S’il y a trop de non-conformités, le mieux est de recommencer le document depuis le début, on est donc sur le tarif à 300 €. Si le but est de partir de l’existant pour aboutir à un document propre et fonctionnel, nous établissons un devis en fonction de la charge de travail. En général, c’est destiné à des sociétés ayant des structures importantes, de nombreux opérateurs et de gros parcs de machines. Le tarif grimpera vers les 500 à 700 €.

La page consacrée au MANEX sur le site officiel d’Immersive Ambition se trouve ici. Le blog du site, ici, propose des explications et des vidéos très intéressantes sur la pratique des drones à finalité professionnelle.

EDIT : Immersive Ambition propose un Chat IA pour déceler les non-conformités mineures et majeures dans un MANEX ou un MO ! Essayez cet outil, il est proposé gratuitement, ici, en version Bêta

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×