Anzu Raptor : l’analyse contradictoire des hackers

Anzu Robotics, c’est une société américaine créée par Randall Warnas, un ancien de DJI. Le Raptor est le premier drone commercialisé par cette société.

Le principe ?

C’est un appareil prévu pour correspondre aux requis des administrations américaines, dans un contexte de relations internationales très tendues et de rejet des drones en provenance de Chine. 

Vert !

Avec sa couleur verte, il arbore une livrée assez inhabituelle dans l’univers des drones. Mais son look est connu, c’est celui d’un Mavic. Il a été présenté par Anzu Robotics comme un appareil dont la conception du matériel et du firmware est sous licence de DJI, dont le software est celui de la société américaine Aloft.

La base est un DJI Mavic 3E pour le Raptor, un Mavic 3T pour le Raptor T. Je vous avais présenté cet appareil ici, en rapportant les déclarations de Randall Warnas et de la FAQ.

L’étude « Anzu Raptor Drone, RC and App, A quick analysis »

C’est un rapport proposé par Andreas Makris alias Bin4ry de thinkAwesome, épaulé par Kevin Finisterre alias d0tslash et Jon Sawyer alias jcase. Ce sont des hackers connus dans l’univers des drones. La question posée par l’étude ? L’appareil d’Anzu Robotics est-il vraiment différent d’un drone de DJI ?

Les réponses de l’étude…

« […] Anzu a tenté de se positionner comme une entreprise de drones utilisant une technologie sous licence DJI, de manière « sécurisée ». L’analyse du drone auquel nous avons pu avoir accès montre que ces affirmations sont bien exagérées. Ce drone n’est qu’un Mavic 3 Enterprise peint en vert, et la radiocommande fonctionne avec un logiciel qui n’est rien d’autre qu’une application utilisant le SDK de DJI avec une interface personnalisée. Nous n’avons trouvé aucune preuve de firmware « personnalisé », la seule partie personnalisée étant l’application. Mais cette application repose fortement sur la technologie DJI, et très probablement n’importe quelle autre application de vol [reposant sur le SDK de] DJI peut être utilisée si elle est exécutée sur la radiocommande ».

La conclusion indique que le meme de la page de garde de l’analyse est un parfait résumé : Anzu a repris un drone de DJI avec le minimum de modifications et un nouveau logiciel en remplacement de DJI Pilot 2. Anzu ne semble pas encore avoir réagi à cette analyse.

Pour connaitre les détails ?

Le rapport décrit les méthodes utilisées pour parvenir aux conclusions de ses auteurs. Vous pouvez en prendre connaissance : il est téléchargeable ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×