Inde : interdiction d’importation des drones étrangers

8
1703

Les drones n’ont pas la vie facile en Inde. Ils avaient été totalement interdits en 2015, puis autorisés sous conditions en août 2018 (voir ici), soumis à d’autres conditions en janvier 2020, et d’autres encore en août 2021. Une carte des zones autorisées, restreintes et interdites a été publiée en septembre 2021. 

Tout se complique en 2022 !

Le gouvernement indien a annoncé l’interdiction d’import de tous les drones étrangers le 9 février 2022. Le bulletin officiel du ministère du commerce et de l’industrie indien indique que tous les drones CBU/CKD/SKD conçus hors d’Inde sont désormais interdits d’introduction sur le territoire. CBU signifie Completly Build-Up, CKD Completely Knocked Down et SDK Semi Knocked Down, autrement dit RTF, en kit complet et en kit partiel. Les exceptions ? Les drones destinés à la recherche et au développement, à la défense et à la sécurité peuvent être autorisés, sur justification auprès des autorités et en nombre limité. Les pièces détachées de drones ne sont pas concernées par cette interdiction.

Pourquoi ?

Il s’agit d’une volonté affichée de fermer totalement les portes aux drones de conception étrangère pour privilégier des appareils imaginés et fabriqués en Inde. La décision fait suite au Drone Production – Linked – Incentive Scheme, un plan d’accompagnement sur 3 ans pour les industriels indiens spécialisés dans les drones, dévoilé en septembre 2021. L’ambition du gouvernement indien est donc de mettre un terme à la domination de DJI dans le domaine des drones pour lui préférer une production nationale… Et pourquoi les pièces détachées sont-elles autorisées ? Parce que l’Inde ne les produit pas, tout simplement, et que ses futurs drones nationaux en ont besoin. Du moins pour le moment.

Ce que cela signifie pour les utilisateurs ?

Les indiens qui utilisent des drones pour le loisir et pour des activités professionnelles peuvent continuer à pratiquer avec leur flotte existante. Mais ils ne pourront plus acheter de nouveaux appareils de conception étrangère, ni les faire remplacer. Les touristes étrangers qui entrent en Inde devront se passer de leurs drones puisqu’ils ne seront pas autorisés à les introduire sur le territoire. Il sera intéressant de suivre les futures propositions des industriels indiens, pour le loisir et pour les professionnels, pour savoir si elles sont en mesure de rivaliser avec la concurrence étrangère. 

Article précédentTeaser de Microsquad : le nano racer Squad58 en approche
Article suivantAbot propose des packs homologation S2 pour Mavic 3 et Air 2S de DJI

8 COMMENTAIRES

  1. Les pauvres… Déjà qu’ils n’ont pas accès a beaucoup de composants récent, ils volent toujours en APM2.5 … Maintenant plus de drones… Sans parler de leur réglementation sur l’autorisation de décollage centralisée …
    Et il y en a qui se plaignent de la loi en Europe ahahhaha

  2. 1/Déjà ,ce qui faut savoir ,c’est qu’il existe une guerre froide entre la Chine et l’Inde avec des affrontements militaire tactique ponctuelle . Donc parler de produit chinois a des indiens ,moyen !

    2/ Cela ne s’applique pas au pièce détaché donc bon ,après tout est réalisable ,après c’est sur ,pour faire des belles photos ou vidéos avec un drone commercial ,c’est plus compliqué .

    3/Concernant la réglementation européenne : ce qui est positif ,c’est la standardisation entre les pays (a part les réglementations spécifique intra-nationnal ).

    Maintenant ,d’un point de vue normatif ,tout est fait pour limiter la taille des drones commerciaux dans le domaine loisir et foutre des bâtons dans les roue des constructions amateurs ,sans parler de favoriser des groupes industriel dans des drone plus évoluer ,avec au passage un ruissellement en consulting ou d’autre conneries ,certification ou autre . (voir ce qui ce fait avec des boite comme UKRSPECSYSTEM ,j’ai découvert cette boite en 2018, a l’époque c’était du quasi amateur un peu évoluer),les pays en guerre ,en graissant quelques pattes ,pour le R&D ,c’est super !

    Personnellement je me suis mis au Rover , moins casse burne au niveaux administratif ,plus sécure en test,et beaucoup de chose transposable au drone aérien .

    La réglementation européenne sert surtout a payer des juristes ou consultants ,le temps qu’ils ce mettent d’accords entre eux ,y va avoir du temps qui va passer .

  3. Le meilleur vivier de spécialistes informatiques et technologies associées se trouve, soi-disant, dans ce pays …….. si c’est vrai cela ne devrait pas leur poser trop de problèmes !

  4. Est-ce que cela concerne aussi le tourisme ?
    je dois me rendre en Inde semaine prochaine, et j’hésite à ramener mon ancien dji mavic .. mais ce que je lis là, me fait peur !
    merci 🙂

  5. @ Laurent : Oui, seuls les drones étrangers destinés au R&D, militaire et défense peuvent prétendre à un Certificate of Airworthiness. Donc pas de drones grand public/loisir.
    Désolé pour le Mavic…

  6. Salut les gars, je vais en australie avec mon mavic air 2 S mais mon vol transit par l’Inde. Est ce que j’ai un risque de me le faire retirer ? Comment je peux faire pour le faire passer ? Batterie litium vidée avec moi et drone en soute ou c’est mort ?

  7. @ Mederic Michaud : Sorry, je ne sais pas si les bagages sont checkés par le pays de transit. Le mieux est de poser la question à la compagnie…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.