Un FPV racer pour suivre une compétition de ski alpin. Enfin ?

1
2695

Pendant la descente de ski alpin du Streif à Kitzbühel en Autriche comptant pour la Coupe du Monde a eu lieu une petite révolution : un drone a suivi des skieurs pendant leur descente. Les images ont été retransmises par Eurosport, qui détient les droits pour cette compétition.

Pourquoi une révolution ?

Parce que les drones ont été écartés des pistes de ski alpin après l’incident qui s’était déroulé sur la piste de Madonna du Campiglio en 2015. Un drone de prise de vues s’était écrasé quelques mètres derrière un skieur (voir ici). Pas de blessé, pas de dégâts matériels hormis la création d’un puzzle de drone, mais le préjudice médiatique a été maximal. Ce crash a privé d’images en drones les compétitions de ski alpin officielles, et ce pendant plusieurs années. 

Feu vert

La Fédération Internationale de Ski (FIS) a finalement donné son accord pour des images en drone en 2022 ! Elles ont été tournées pour le compte de la télévision autrichienne (Österreichischer Rundfunk, ORF) par une équipe de 4 personnes : Daniel Ausweger (pilote), Joachim Hausleitner (responsable de la sécurité et de l’organisation), Mirko Reinartz (responsable de la technologie) et Andre Theis (technicien de l’image). 

Les conditions ?

Le drone était un FPV racer équipé en numérique avec le DJI Digital FPV System. L’équipe a expliqué que les principales difficultés ont été d’ordre administratif. Les vols étaient autorisés, mais soumis à un protocole strict pour assurer la cohabitation avec les hélicoptères, et contraints de voler uniquement par météo correcte. L’absence de public a sans doute aussi facilité les choses…

Le résultat ?

Le directeur de l’ORF Kögler, Hausleitner, Theis et Ausweger. Crédit photo : ORF

Les images sont, on pouvait s’y attendre, très dynamiques et différentes de celles d’un drone stabilisé. Du bonheur pour ceux qui aiment être au coeur de l’action, mais certains spectateurs ont fait part de leur difficulté à regarder les images sans haut-le-coeur. Il y avait sans doute moyen de suivre le skieur de plus près encore mais, héritage du crash de 2015, la pression sur l’équipe de tournage était sans doute trop forte pour prendre des risques…

Source : ORF

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.