Le Loki Mk2 de Sky-Hero, un nano drone destiné aux forces armées

0
2511
Yves Coppye, CEO de Sky-Hero (à gauche) et Alexis Franck, Managing Director (à droite).

A l’occasion du salon Milipol 2021, j’ai pu assister à une démonstration du Loki Mk2, un nano drone destiné à des usages militaires. Derrière cet appareil, il y a un nom que les fidèles de Helicomicro connaissent bien : il s’agit de Sky-Hero, une société belge pionnière dans le domaine des drones. Yves Coppye, son fondateur et CEO, a pris le temps de me décrire les évolutions de la société et m’a présenté son dernier produit…

Helicomicro : Nous nous étions vus à l’occasion du FPV Air Show, c’était en… 2016 ! (voir ici). Que devient Sky-Hero ?
Yves Coppye : Tu nous avais connu principalement dans le domaine du grand public. Nous avons totalement changé de secteur, nous sommes désormais dans le militaire. Tout a changé en 2015 après les attentats de Paris. Les Forces Spéciales belges, qui utilisaient déjà du matériel SkyHero, nous ont demandé de proposer du matériel technique pour entrer et explorer des bâtiments sans risquer la vie de leurs hommes. 

HM : Vous avez totalement abandonné les drones de loisir ?
YC : Oui, c’est à ce moment qu’on a décidé de stopper complètement les drones de loisir pour nous concentrer sur ce projet. Il a duré un an, pendant lequel on a stoppé notre activité, et mobilisé toutes nos ressources pour bosser sur le terrain. On a sorti une première version de notre drone, le Loki 1.0, qui s’est très bien vendue – on a même équipé les bureaux du FBI aux Etats-Unis. Cela nous a permis de gagner un peu d’argent et d’embaucher du monde, et de poursuivre le développement. Nous proposons désormais son successeur, le Loki Mk2.

Crédit photo : Sky-Hero.

HM : Le matériel est-il disponible pour des sociétés privées ?
YC :  Non, on ne travaille qu’avec les structures d’états. Des sociétés privées nous ont approché, mais nous n’avons répondu positivement parce que nous ne désirons pas diversifier et mélanger les activités.

HM : C’est quoi, le Loki Mk2 ?
YC : C’est une caméra volante pour l’indoor, destinée à l’appui de colonnes d’assaut. C’est un petit drone caréné prévu pour des missions opérationnelles. Il se pilote avec une radiocommande, à distance, avec l’aide d’un retour vidéo. Un seul opérateur peut contrôler plusieurs appareils, jusqu’à 4 simultanément. Le team leader peut recevoir le flux vidéo de tous les appareils pour comprendre rapidement la situation. 

Crédit photo : Sky-Hero.

HM : Le retour vidéo est protégé ?
YC : Les flux vidéos sont en analogique, mais ils sont chiffrés pour éviter d’être visionnés par des personnes qui ne sont pas autorisées. Les ordres de la radiocommande sont également chiffrés, en AES 256. La stratégie que nous avons imaginée repose sur la centralisation des capacités techniques pour n’avoir qu’une seule interface compatible avec toutes les spécialités. Les flux vidéos sont reçus par la radiocommande, mais on propose aussi un écran dédié qui permet de les consulter à distance et en simultané, également de manière chiffrée. On peut aussi fermer les flux si on estime qu’il y a nécessité de le faire, par exemple si un écran tombait entre de mauvaises mains. On peut évidemment choisir de ne chiffrer la liaison, ce qui permet de visionner le flux sur n’importe quel récepteur vidéo analogique. On peut changer la fréquence pendant le vol, on peut modifier la puissance d’émission pour obtenir une belle portée, y compris au travers d’une succession de murs.

HM : Les forces armées vous ont-elles demandé où les appareils étaient produits ? 
YC : Oui, bien sûr, c’est un sujet important. On a choisi de concevoir et réaliser le Loki Mk2 nous-mêmes. C’est-à-dire toute la mécanique, toute l’électronique, il n’y a plus rien qui soit fait en Chine. On fait nos cartes électroniques, nos logiciels, et cela va jusqu’à la caméra, faite maison. La recherche et le développement sont localisés à Bruxelles, en Flandres et à Paris. Toute la production est faite dans notre usine à Vilnius en Lithuanie. Seule l’injection plastique repos encore sur un partenaire chinois, avec lequel on travaille depuis 10 ans. 

[A ce moment, je suis interrompu par un visiteur qui m’interpelle : « je suis de Norvège, je suis équipé avec ce produit, il est fantastique. Il y a de nombreux confrères en Scandinavie qui l’utilisent, en Suède, au Danemark ». Jolie publicité pour Sky Hero, ponctuée par un large sourire d’Yves Coppye, évidemment ravi de l’intervention impromptue]

HM : Vos clients semblent satisfaits, c’est encourageant !
YC : On a effectivement la chance d’avoir un retour d’expérience particulièrement bon, et on est présents dans le monde entier. Il faut savoir que, outre le chiffrage des données, on a veillé à ce que l’appareil fonctionne avec une absence totale de connexion à Internet. Les mises à jour du logiciel se font par l’intermédiaire d’une carte mémoire microSD, que nous fournissons. 

HM : Les images filmées par le Loki Mk2 ne sont pas enregistrées ?
YC : Le drone n’a aucune capacité d’enregistrement, c’est un « streamer ». Seul le team leader peut enregistrer le flux vidéo. L’intérêt, c’est que si pour une raison ou une autre le drone est perdu, cela n’a pas d’impact sur la sécurité.

HM : J’ai vu qu’il y avait un système de cartouches ?
YC : Absolument. Le drone fonctionne avec un système de payload [charge utile], qui correspond à un usage spécifique. Il suffit de clipser la cartouche sur le drone pour qu’elle soit opérationnelle. Le logiciel reconnait le payload et permet de l’actionner à distance en tenant compte de ses particularités, depuis la radiocommande. Ca ne se voit pas, mais les algorithmes s’adaptent automatiquement pour modifier le centre de gravité et le comportement en vol en fonction des masses, le but étant qu’il n’y ait pas d’influence sur les caractéristiques du vol.

Crédit photo : Typhon.

HM : Quels sont les types de cartouches ? 
YC : Des payloads, on en a beaucoup ! Il y a par exemple la cartouche de distraction fabriquée par Typhon, qui tire 5 coups à blanc avec un très fort volume sonore de 165 dB en reproduisant la sonorité d’un AK47. C’est très intéressant pour les groupes d’intervention puisqu’ils peuvent simuler la présence d’une arme à feu et distraire leurs cibles pour profiter d’un avantage stratégique. 

HM : Il y a aussi un mode discothèque !
YC : Presque ! Il s’agit d’un payload avec une capacité stroboscopique, qui repose sur des LED à 3000 Lumens. L’effet est puissant, surtout que les interventions s’effectuent souvent dans la pénombre. Avec 3000 Lumens en flashs rapides, la cible est totalement désorientée. On a également un pointeur laser qui permet, par exemple, de travailler avec des brigades canines. L’opérateur peut pointer à distance, avec le laser, la personne sur laquelle le chien doit intervenir. 

Crédit photo : Sky-Hero.

HM : Le pilotage est assisté ?
YC : Oui, il est simplifié, et le décollage et l’atterrissage sont automatiques, pour simplifier la tâche à l’opérateur, qui n’est pas pas besoin d’être bon pilote. On a aussi ajouté des modes de vol spécifiques à certains usages. Par exemple le mode Floor permet au drone de rester au sol, avec un filet de gaz pour générer l’effet de sol. Ca permet à l’opérateur d’aller facilement regarder sous un lit sans devoir gérer les gaz.

HM : J’ai vu qu’il y avait un Turtle Mode !
YC : Oui, mais on va plus loin que le simple retournement des drones de loisir. On peut forcer le Loki Mk2 à se retourner lorsqu’il est coincé contre un mur, une situation qui met en défaut la plupart des drones, même ceux qui disposent d’un Turtle Mode. Lui connait son orientation et sait quels moteurs actionner et combien de fois jusqu’à parvenir à se décoincer. Un autre mode permet de le placer à l’envers automatiquement dans une pièce et d’allumer un projecteur de 2 Watts en infrarouge, ce qui aide une équipe d’intervenir avec du matériel infrarouge…

Sky-Hero est reparti du salon Milipol 2021 avec une distinction : le Loki Mk2 a gagné le prix du Milipol Innovation Award 2021 dans la catégorie Drone & Anti-drone, robotique…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.