Le magazine de l’aviation civile fait la part belle aux VTOL

1
525

Le numéro 393 daté d’octobre 2021 du magazine de l’aviation civile, disponible gratuitement en ligne, est centré sur les appareils à décollage et atterrissage vertical (VTOL) et la mobilité urbaine. Un dossier très intéressant qui dévoile les grandes lignes du développement des appareils volants en zones urbaines, avec ou sans pilote à bord. Il y est question, aussi, de répondre aux interrogations au sujet de ces nouveaux appareils et de leurs usages : sécurité, bruit, impact sur l’environnement, modèles économiques. Le tout aura des conséquences directes sur l’acceptation – ou pas – par le grand public. 

En ligne de mire ?

Damien Cazé, le directeur général de l’aviation civile, a pour objectif « de proposer des vols de démonstration de VTOL à l’occasion des Jeux olympiques […] pour faire de 2024 et du grand rendez-vous des JO une vitrine de la technologie et du savoir-faire nationaux alors que tous les regards seront tournés vers Paris et vers la France ». La réglementation européenne est en préparation, mais il reste à savoir dans quelle mesure la France ajoutera ses propres requis. Selon Olivier Jouans, chargé de mission VTOL à la DSAC, la France travaille « à la mise en place d’une réglementation sur l’exploitation ainsi que sur les questions d’acceptabilité ». Il ajoute que l’« exigence est d’avoir le même niveau de sécurité que sur les avions de ligne actuels. Cela passe par la certification des machines ».

Poursuite des expérimentations

L’aérodrome de Pontoise-Cormeilles-en-Vexin est un laboratoire pour une trentaine de sociétés impliquées dans la mobilité urbaine. L’un d’eux est Volocopter, pionnier dans ce domaine (voir ici). Alban Negret, responsable du pôle Innovation en charge de la mobilité aérienne urbaine au sein du Groupe ADP, assure qu’il constitue « un endroit sûr qui permette de réaliser des tests dans trois grands domaines : celui du véhicule et de son impact sur l’environnement ; celui de l’infrastructure et de son interface avec le véhicule et enfin celui de l’intégration dans l’espace aérien ».

L’intégralité du magazine de l’aviation civile et son dossier sont à lire (gratuitement) sur le site du ministère de la transition écologique.

Source : DGAC

1 commentaire

  1. Merci @Fred pour cette info.

    Pour continuer sur les aéronefs VTOL, il s’agit d’une réelle opportunité.
    La sustentation d’un drone occasionne une forte dépense d’énergie.

    Le VTOL affranchie du décollage horizontal. Il utilise les mêmes possibilités offertes par le drone.
    Mais une fois en l’air, sa structure, plus aérodynamique, lui permette des vols plus long et des coûts énergétiques plus faibles.

    De plus, la charge embarquée est plus importante et permette des scénarios de captation plus important : cartographie, photographie, photogrammétrie, exploration, recherche …

    Ex.: https://fr.banggood.com/HEQ-Swan-K1-VTOL-Vertical-Take-off-And-Landing-1200mm-Wingspan-EPP-FPV-Aircraft-RC-Airplane-RTF-With-Remote-Control-Flight-Controller-Without-Battery-p-1824705.html?cur_warehouse=CN

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.