La viticulture va profiter du projet multi-robot SESAME

3
484

Le projet SESAME (Secure and Safe Multi-Robot Systems, soit « systèmes multi-robots sécurisés et sûrs »), ambitionne de développer des technologies capables de proposer des systèmes multi-robots fiables, avec une approche ouverte, configurable et modulaire. Il bénéficie d’un soutien financier du programme Horizon 2020 de l’Union Européenne. Le projet SESAME est coordonné par The Open Group, dirigé par l’université de York. Il regroupe des unités de recherche comme l’université du Luxembourg, l’institut Fraunhofer, l’université de Hull, des organisations gouvernementales, des industriels et des exploitants. La viticulture va profiter du projet SESAME. 

Les partenaires ?

Le pôle Interdisciplinary Centre for Security, Reliability and Trust (SnT) de l’université du Luxembourg et trois entreprises partenaires (Aero41, Domaine L&R Kox et Luxsense Geodata) prévoient des déploiements pilotes d’un système d’acquisition et d’analyse de données à appliquer en viticulture, en vue d’une validation par la plateforme SESAME. Aero41 est une société suisse spécialisée dans les vols de drones robotisés et destinés à la protection des cultures. Luxsense Geodata est une société luxembourgeoise spécialisée dans la collecte et le traitement de données 3D et d’images en haute définition. Domaine L&E Kox est une exploitation viticole située dans la vallée de la Moselle au Luxembourg, qui a fait le pari de l’usage des nouvelles technologies pour la protection des cultures.

Dans quel but ?

Crédit photo : Edouard Gasche

Le projet mené par l’université du Luxembourg et ses trois partenaires devrait aboutir à un système reposant sur plusieurs types de robots, assignés à différentes tâches : la collecte des données, leur analyse et le traitement des éventuels foyers de maladies détectés dans la vignobles. L’intention ? Frédéric Hemmeler, PDG d’Aero41, explique que « la fusion des données et le traitement rapide de leur contenu devraient permettre, en faisant travailler plusieurs robots de manière coordonnée, d’obtenir des performances beaucoup plus optimales, respectueuses de l’environnement et des hommes dans le secteur de la protection des cultures ».

Corp_vid_A41_FR from Aero41 on Vimeo.

3 COMMENTAIRES

  1. Qu’en est-il de la législation Européenne sur l’épandage aérien (donc par drone) de produits phytosanitaires ?
    Est-ce que quelqu’un a des infos sur le sujet ?

  2. @ Stan-972 : Je ne me suis pas penché sur le sujet, mais ça m’intéresse. J’ai d’ailleurs un peu lâché l’affaire aussi sur la réglementation française avec ses expérimentations dont je n’avais pas trouvé les conclusions…

  3. La législation est différente d’un pays à l’autre, voire d’un département (ou “Land”) à l’autre pour ce qui est de la partie agronomique. Pour ce qui est de la partie volante pure, nous avons déposé un SORA afin d’obtenir un certificat reconnu à l’échelle européenne (EASA) et attendons une certification opérationnelle de notre AGv2 pour courant mai… ou juin.

    Pour l’instant seule la Suisse a adopté une législation sur tout son territoire : des drones opèrent sur les cultures depuis 2017 déjà, et la tendance augmente chaque année ! La Turquie est également en train d’adopter un cadre légal simple, à notre connaissance.

    Pour ce qui est de la France, nous – Aero41 – avons obtenu un “laissez-passer” de la DGAC pour toute l’année 2021, dernière année de la période d’expérimentations ouverte par la loi EGALIM. Si tout se passe bien, un cadre légal pour ces opérations devrait être mis en place pour (en) 2022.

    À disposition avec plaisir via [email protected] si vous avez d’autres questions… et sinon vous pouvez également toujours suivre les évolutions sur notre page Facebook https://www.facebook.com/Aero41

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.