DJI sur la « Entity List » des sanctions commerciales aux Etats-Unis

7
1477

La « Entity List » a été créée en 1997, c’est un ensemble de sanctions économiques qui ciblaient à l’origine les armes de destruction massive (sur des bases qui ont été critiquées). Au fil des années, elle a étendu ses prérogatives au terrorisme, à la sécurité nationale, puis à la politique internationale, et enfin aux échanges commerciaux internationaux des Etats-Unis. Le cas le plus médiatique d’une société inscrite à la « Entity List » est celui de Huawei. De nombreuses sociétés, principalement chinoises mais pas uniquement, ont été ajoutées à la liste. Le constructeur DJI y figure désormais dans la « Entity List », à consulter ici.

Pourquoi ?

On se rappelle que DJI a, à plusieurs reprises, été accusé de pouvoir potentiellement consulter les données personnelles des utilisateurs de ses produits. Mais ce n’est pas la bonne piste : l’usage des données n’est pas ce qui est reproché au constructeur chinois dans le cas de cette « Entity List » ! Dans un document à paraître le 22 décembre 2020, le US Departement of Commerce indique être convaincu que DJI et 3 autres sociétés chinoises « ont permis des violations des droits de l’homme à grande échelle en Chine grâce à une collecte et une analyse génétiques abusives ou à une surveillance de haute technologie, et / ou ont facilité l’exportation d’articles par la Chine qui aident les régimes répressifs du monde entier, contrairement aux intérêts de la politique étrangère des Etats-Unis ». On peut supposer qu’il s’agit par exemple du traitement des Ouïghours par la Chine ou des répressions policières menées lors des manifestations à Hong Kong. Mais le US Departement of Commerce n’a pas indiqué d’exemples précis de ses accusations.

Ce que cela signifie ?

Comme pour Huawei, les entreprises américaines ne devraient plus avoir le droit de travailler avec DJI. Le périmètre des sanctions commerciales n’est pas très clair. Il pourrait en théorie aboutir à l’éviction des applications de DJI de l’AppStore ou de Google Play, et à l’interdiction de ventes des appareils de DJI aux Etats-Unis. En pratique, les conséquences de l’inscription à l’Entity List sont complexes, notamment avec une absence de rétroactivité : les produits déjà commercialisés le restent, par exemple. Il existe aussi des exemptions et des dérogations négociées par des sociétés américaines avec le US Departement of Commerce. Dans le même document, on trouve d’ailleurs une mention à l’usage autorisé des drones de DJI dans le cadre de la Covid-19 : ils peuvent être utilisés selon une « politique d’examen au cas par cas des éléments nécessaires pour détecter, identifier et traiter les maladies infectieuses ».

A suivre…

DJI n’a pas encore réagi à la publication de l’Entity List… A noter que deux société basées en France figurent aussi sur l’Entity List : France Tech Services et Satori Corporation.

Source : US Department of Commerce

7 COMMENTAIRES

  1. Un coup dur quand même pour l’industrie du drone américaine.
    Si certains se réjouissent de cette décision, ils oublient que les outils de DJI sont excellent pour leur tarif et avec une industrialisation et approvisionnement excellents ! Il y avpas grand monde pour prendre la place laissé

  2. On n’ira quand même pas pleurer pour IjD ni pour Huawei. Ils sont assez grands pour se défendre. Par contre cela laissera peut-être la place à d’autres qui sauront profiter de l’opportunité pour développer des alternatives, ce qui à mon sens est bien aussi 😸
    La domination sans partage d’un constructeur dans un domaine ou un autre n’est jamais un bien en soi. l’Amérique en a les moyens et peut se permettre de réagir alors que la France souvent se plie ( qui vient d’accepter Huawei en Europe .?. )

  3. @fred : Penses-tu que Parrot pourrait saisir l’occasion pour refaire des drones grand public pour le marché américain, puis se réétendre en Europe ?

  4. @ hub4575 : Je ne connais pas la stratégie industrielle de Parrot.
    Tout est complexe : on ne connait pas exactement les conséquences de cette décision, le précédent de Huawei a montré que la situation était extrêmement compliquée, avec des acteurs américains comme Microsoft suffisamment costauds pour imposer des dérogations, avec des administrations qui montrent leur indépendance face aux autres, avec le changement de président qui aura d’autres conséquences sans doute.

  5. @FPV_67: on n’ira quand même pas pleurer sur les champagnes ou fromages français . Ils sont assez grands pour se défendre. Par contre cela laissera peut-être la place à d’autres qui sauront profiter de l’opportunité pour développer des alternatives, ce qui à mon sens est bien aussi 😸
    Étonnant comme certains peuvent se réjouir que des réussites trop éclatantes sont muselées par des décisions étatiques stupides. Il ne fait pas bon être les meilleurs aux yeux de certains!

  6. J’ai un DJI MINI 2 et je ne vois pas d’autre constructeur faire mieux en plus a ce prix-là. S’il faut attendre 2 ans a Parrot pour qu’il fasse le même produit en a des tarifs bien au-dessus, je ne vois pas où est l’avantage ?

  7. Le protectionnisme Américain exacerbé par l’ancien président T a mis le bordel dans le commerce mondial et il finis de creuser le trou avant que Biden arrive!
    Parrot comme d’autres entreprises plus petite que DJI n’ont pas les moyens financier d’être rapidement sur le marché pour combler l’absence de leurs concurrents, du moins c’est mon avis.

    Fred ce serait l’occasion de poser la question a Mr Seydoux, non ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.