Kaspersky Antidrone

0
1241

Vous connaissez sans doute Kaspersky. Du nom de son créateur russe Eugene Kaspersky, c’est une célèbre suite antivirus. Sur son blog, Eugene Kaspersky présente l’un de ses projets : Antidrone. Le titre qu’il a utilisé pour le décrire ? « Drones ? plus jamais de scandales suite à l’interruption de trafic dans les aéroports, nous sommes là pour vous contraindre à rester au sol ». Il fait évidemment référence à l’incident de Gatwick, avec son effet de panique, et qui n’a jamais été élucidé.

De longue date

A vrai dire, le projet Antidrone a été dévoilé un an plus tôt (voir ici). Il semble désormais être arrivé à maturité et proposé à la vente. Eugene Kaspersky le présente ainsi : « c’est une solution autonome qui utilise un réseau neuronal pour détecter et classer les drones de manière automatisée. Des capteurs, sélectionnés en concordance avec chaque site d’implantation, combinés à une technologie basée sur l’intelligence artificielle, signalent l’approche d’un drone dans la zone contrôlée ». Antidrone gère la partie détection, l’évaluation de la menace en reconnaissant le type de drone, mais va plus loin en proposant la neutralisation par ondes radio.

La partie matérielle

La solution Antidrone repose sur différents capteurs selon les besoins et l’environnement de l’espace à protéger. On peut y trouver une caméra panoramique reposant sur 10 capteurs, avec une portée de 300 mètres, un angle de détection horizontal de 360° et vertical de 20°. Ou un ensemble de 3 caméras avec un angle réduit qui offrent des images plus précises pour une détection efficace jusqu’à 600 mètres. Peut s’y ajouter une caméra thermique pour la détection des appareils par la chaleur qu’ils dégagent, de jour comme de nuit. Ou encore un radar pour une détection à 360° avec une portée de 2 km. Un LiDAR permet de scanner l’environnement à 360° avec une détection opérationnelle jusqu’à 1 km. Un micro détecte la signature sonore des appareils lorsqu’ils sont proches, à environ 100 mètres. Enfin Kaspersky fait appel à un scanner de radiofréquences capable, selon lui, de détecter la position du pilote, avec une portée de 2 km. Parmi les partenaires technologiques de Kaspersky, on trouve Rohde&Schwarz, Velodyne Lidar, Neptec ou encore Hikvision, Micran.

La partie logicielle

C’est elle qui agrège les données en provenance des capteurs, utilisant les propriétés de chacun d’eux pour évaluer le type d’appareil, ses caractéristiques, pour réaliser une évaluation du danger. Elle présente les informations de manière graphique avec un radar, une vue caméra et un tableau de bord qui chiffre les caractéristiques de l’appareil détecté en temps réel. Elle affiche les données sur des cartes interactives pour faciliter la prise de décision.

En pratique ?

Voici comment Eugene Kaspersky décrit un cas d’usage : « Si un drone non identifié vole trop près d’un site protégé, Antidrone entame d’abord un « dialogue » avec lui ! Si ce dialogue se passe bien, le drone se rend compte qu’il n’est pas le bienvenu, fait demi-tour et s’en va. Si le dialogue se passe mal, Antidrone se dit : « Je ne peux pas laisser ce vol se dérouler », et le brouille avec un signal radio, le forçant à atterrir – doucement (nous ne sommes pas des barbares !) ».

One more thing

Eugene Kaspersky est intarissable sur ses projets, et il ne fait pas d’exception pour celui-ci : « Antidrone mènera à d’autres applications, non standard, qui n’en sont pas moins intéressantes ! Une version améliorée du réseau neuronal peut également rechercher, par exemple, des voitures, ou des personnes perdues dans une forêt. Après avoir détecté de minuscules drones dans le ciel, des tâches comme celles-ci devraient être un jeu d’enfant ! Cela dit, la version améliorée en est encore dans son premier stade de développement, je vous en dirai donc plus un autre jour ». Le site officiel de Kaspersky Antidrone se trouve ici. La présentation de l’outil sur son blog est là

Antidrone présenté par Eugene Kaspersky

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.