525 GPS Glider

18
1620

L’aile volante Disco de Parrot est sans concurrente depuis sa sortie, en 2016. Aucune autre aile ne propose en effet un vol ultra assisté, avec une radiocommande longue distance, un retour vidéo numérique et un enregistrement HD stabilisés. Cette fameuse Disco a pourtant été abandonnée par Parrot, dans sa version grand public, au grand dam de ses utilisateurs – et j’en fais partie. Un constructeur chinois, inconnu au bataillon, va proposer une aile dont les caractéristiques s’approchent de celles de la Disco.

Des chiffres ?

La GPS Glider mesure 58,6 x 115 x 14,7 cm pour un poids de 750 grammes. Son look est à l’évidence très inspiré de celui de la Disco, avec un canopy central, deux ailes amovibles, deux ailerons et des winglets en bout d’ailes. Elle se pilote avec une radiocommande dans laquelle vient se glisser un smartphone pour le retour vidéo et la télémétrie. Le moteur est un brushless, alimenté par une batterie 3S 11,1V de 2700 mAh pour une autonomie, selon le constructeur, de 40 minutes. A l’intérieur se trouve un récepteur GPS qui permet de faciliter le pilotage.

Vraiment facile ?

Le décollage promet d’être aussi simple qu’avec la Disco : il suffit de lancer gentiment l’aile pour qu’elle prenne toute seule de l’altitude et se place en vol circulaire à environ 60 mètres de hauteur. Elle y reste tant qu’on ne la sollicite pas avec les commandes de la radio. Le GPS permet d’obtenir la position géographique de l’appareil, mais aussi de déclencher un retour automatique à la demande ou en cas de perte de liaison radio. Et ça vaut mieux… Car à la différence de la Disco et sa portée de plusieurs kilomètres, la GPS Glider n’est pas prévue pour dépasser une distance de 400 mètres par rapport à la radiocommande.

La partie vidéo

A l’avant se trouve une caméra, au choix en 720p ou 1080p. Elle s’occupe du retour vidéo en temps réel – mais on ne connaît pas la latence – ainsi que de l’enregistrement des images sur une carte microSD. Il n’y a pas de mention à une stabilisation numérique des images dans la fiche technique, on peut donc supposer qu’elle est absente.

Le prix ?

La GPS Glider sera proposée à partir de 195 € chez Banggood (avec le port mais hors taxes). Vaut-elle le coup face à la Disco ? Son prix est intéressant, mais ses caractéristiques sont loin de celles de l’aile de Parrot, qu’il est encore possible de trouver à un bon prix (moins de 400 €) lors de promotions temporaires.

18 COMMENTAIRES

  1. Rien ne peut égaler l’excellente aile Disco de chez Parrot ! Je reste émerveillé par chacun de ses vols.
    Hier en juste deux heures de temps sur le site Darty, un shop partenaire la proposait à … 205 euros !
    Mais ça c’etait hier… Vous imaginez !
    Heureusement que les soldes d’hiver mon permis d’en acquérir une pour 250, sur ce même site :-))
    Revenons à nos moutons et sur ce nouveau produit:
    L’idée est “presque” interessante. Quid de la radiocommande ( WiFI ??) qui parait vraiment light…techniquement…
    400m pour ce type précis d’appareil volant… C’est tout simplement frustrant ! Upgrade clé 4g ? Pas si sur…(avec la radio fournis)
    Tout compte fait, nan… Vraiment rien n’arrive encore à la cheville de la divine et surprenante aile Parrot !
    Bon vol !

  2. Question conne : on peut pas fabriquer nous même une frame via un site de découpe ? Je veut dire pour avoir des découpe propre, arrondis et tout… COmme ça il suffit de modéliser la frame et hop !

  3. @ Fred :
    Pour te citer : “Son look est à l’évidence très inspiré de celui de la Disco, avec un canopy central, deux ailes amovibles, deux ailerons et des winglets en bout d’ailes.”

    En gros, c’est une aile volante comme il en existe des milliers, tout simplement… Il faut d’ailleurs arrêter de croire que parrot a inventé le fil à couper l’eau chaude. Ils ont eu le mérite de proposer une solution clef en main et développé leurs propres solutions électroniques, mais il ne faut pas occulter tout le travail réalisé par des amateurs en amont, qui avaient considérablement défriché le terrain. Parce que les constructions d’ailes volantes FPV DIY avec GPS, return to home et vol stabilisé, ça existait depuis belle lurette…

  4. @ TB250 : Bien sûr que les ailes sont toutes avec un look semblable. Mais Parrot a tout de même inventé l’aile qui est pilotable par n’importe qui, avec un retour vidéo qui ne semble pas provenir d’un magnétoscope des années 80, qui filme en stabilisé, avec une portée impressionnante, et tout ça out of the box. Personne ne l’avait fait avant, personne ne l’a fait depuis.
    Cette aile aurait pu être une concurrente, mais non…

  5. @Fred:
    Ben non.
    Ils n’ont pas du tout inventé l’aile pilotable par n’importe qui. Les bidules avec AS3X, ça existe depuis longtemps. Ils n’ont certainement pas inventé le long range, etc…

    Sur le fond, je te rejoins sur un point, ils ont eu le mérite de rassembler ces technologies pour proposer une machine “plug n play. Mais je le répète, il faut aussi rappeler tout le boulot abattu en amont par des amateurs, dont parrot c’est évidemment fortement inspiré. Sans eux, parrot n’aurait probablement jamais pu sortir son aile.

  6. Par rapport à DJI la Parrot D en qualité de prises d’images caméra ce n’est pas vraiment au même niveau . Trop sensible à la température extérieure et au temps aussi. C’est juste pour de la prise de vue de loisir ou des vidéos d’inspections techniques (grandes surfaces en vidéos professionnelles) qui ne demande pas une super qualité d’image. Pour le reste, c’est un bon drone unique, entre le long range et le vol à moins de 200 m de distance . L’aile de base, une fois achetée, est un peu à améliorer (Paramétrages, protections etc. ) car autrement difficile de voler à 1000 m sans quelques déconvenues ( figeages d’images , déconnections). Cela dit , DJI et d’autres marques, c’est parfois pareil … Pour le reste, c’est un super drone avec un très bon rapport qualité prix dans les 250 à 400 euros à l’achat. Après elle était vendu dans les 800 euros au début et c’était (à mon humble avis) Pas très justifié 🙂 mais à 300 euros, c’est ok. La 525 GPS Glider serait donc une aile intermédiaire entre la Parrot et une Z84 ou Fx61 . Le prix est intéressant et pas utile de pouvoir aller à 1000 m si on veut faire un peu de vol local. Et surtout du télépilotage mais pas de la prise de vue . Cela dit si vraiment elle va jusqu’à 400 m de distance horiz sans déconnections à partir de 250 m ?! On attend le test éventuel ?! Cela a l’air de ne pas être une mauvaise aile sur le papier et par rapport au prix .

  7. Si c’est pas çà on peut toujours un mettre un CHUCK de chez Parrot à la place de son système de nav original 🙂 .Cela là aussi cela devient dur à trouver en occaz qu’une aile de Mr Henri Jérôme Seydoux Fornier de Clausonne.

  8. @ TB250 : Ah ben si 😀
    Bien sûr, chaque élément de la Disco existait déjà. Mais la totale de l’équipement n’avait pas d’équivalent à l’époque, et n’en a toujours pas ! Plus que le DIY des amateurs, il me semble que Parrot a profité de l’expérience de l’AR.Drone pour l’intégration de tous les composants, puis de l’optique et de la partie radio du Bebop (qui ne fonctionne pas du tout comme le long-range DIY). Pour avoir assisté à quelques-unes des générations d’ailes qui ont abouti à la Disco, la part de l’expérience du DIY me semble light, c’est plutôt la persévérance dans les tests et les essais-erreurs…

  9. @ Fred :
    Ce que je peux te dire, c’est que j’ai pu assister aux tâtonnement de ceux qui ont défriché le FPV sur ailes (en tant que spectateur, car je n’ai absolument pas les compétences nécessaires !). Des Géo Trouvetou qui récupéraient des accéléromètres sur des manettes de wii, etc…

    Je pense que tu sous estimes grandement l’importance qu’a eu le travail de la communauté des amateurs sur l’industrie. Jamais parrot n’aurait pu mettre au point son aile sans s’appuyer très nettement sur leur job. Le return to home, le vol assisté, l’intégration du GPS, compas etc… Ce n’est surement pas à parrot qu’on le doit, mais ce sont des amateurs qui ont fait le job, il ne faut pas l’oublier. La partie optique, ce n’est qu’une partie minoritaire de l’ensemble.

  10. @ TB250 : Tu sais, j’ai suivi aussi tout ça, depuis 2009 à la louche, et mes WiiMote ont succombé pour vivre une seconde vie. Mais dans le cas de Parrot, le cheminement est parallèle, et provient de leurs propres avancées sur les multirotors, que ce soit l’usage de l’IMU et du GPS, la stabilisation de vol et de des images… Et je pense que la partie optique de la Disco fait justement toute la différence avec les usines à gaz long range parfaitement fonctionnelles, sans doute un peu compliquées à mettre en oeuvre, mais surtout qui n’avaient aucune chance d’être industrialisées.

  11. @ Fred :
    Peut-être (probablement) que les gens de chez parrot ont participé aux balbutiements en tant qu’amateurs et ont contribué au développement de la communauté.

    Par contre, tu ne me fera pas croire un instant qu’ils ont développé leur machine en totale autarcie et qu’ils n’ont pas repris à leur compte une partie de ce qui se faisait déjà… Parce que tu peux en dire ce que tu veux, mais les ailes volantes avec vol assisté, return to home et tout le toutim, ça existait bien avant que parrot ne commercialise son premier quad…

  12. @TB250 Parrot a bien développé leur machine en quasi totale autarcie.
    La technologie embarquée dans cette aile n’a rien à voir avec celle utilisée par les amateurs en FPV.
    Même l’autopilote est du fait-maison !!!
    Le revers de la médaille est qu’on ne peut pas bidouiller grand-chose dans cette aile 🙁
    Sinon pour en revenir au 525 GPS Glider, c’est clairement du copier-coller de l’aile Disco

  13. Parrot, ton drone Disco fixed Wing facile et hyper fiable nous manque. Pourquoi avoir abandonné un si bon produit alors que quelques améliorations l’aurait rendu encore plus fantastique !!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.