Yann Arthus-Bertrand, le film Woman et les DJI Masters

17
1751

L’auteur de « La Terre vue du ciel » n’est pas l’inventeur de la photographie aérienne, mais il a contribué à son développement. C’est lui qui, en 1991, avait créé Altitude, la première banque d’images aériennes. Il a débuté le tournage de Woman, son dernier film, en 2017. Avec sa coréalisatrice Anastasia Mikova, il a filmé plusieurs scènes en collaboration avec DJI, au Portugal et en République du Congo, avec un Inspire 2 équipé d’une caméra Zenmuse X7.

Les DJI Masters

Le constructeur DJI a choisi des pionniers de l’image pour devenir les DJI Masters. Le premier d’entre eux est Yann Arthus-Bertrand. Il est connu pour réaliser ses prises de vues en hélicoptère, « Piloter une caméra tout en restant au sol est une expérience totalement nouvelle et fascinante pour moi», a affirmé Yann Arthus-Bertrand. « Nous sommes capables de réaliser des images aériennes sous un angle complètement nouveau, et je suis convaincu que je continuerai à utiliser la technologie des drones ».

Reconversion ?

Son usage des hélicoptères a fourni des arguments à ses contradicteurs : ils lui reprochent de ne pas vivre lui-même son engagement en faveur de l’écologie, ce qui lui a valu le sobriquet de « hélicologiste ». Ce n’est sans doute pas son usage des hélicoptères qui marque le plus la nature de son empreinte carbone. D’ailleurs Yann Arthus-Bertrand ne compte pas se passer des hélicoptères pour ses prises de vues aériennes : « le drone ne remplace pas l’hélicoptère, ça se complète, ce n’est pas la même chose ».

La valeur ajoutée des drones ?

« Quand je volais en hélicoptère, je me disais toujours, mais qu’est-ce que les gens qui vivent sous mes photos ont à me raconter ? Ces gens que je voyais travailler, j’étais très très loin d’eux. Donc il était évident que j’allais forcément aller vers le drone ».

Plus de liberté !

« Je voulais être aussi flexible que possible pour filmer l’environnement et les femmes qui seront les véritables héroïnes du film. Un drone est incroyablement facile à utiliser, ce qui a considérablement simplifié notre travail dans ce tournage ». La facilité semble correspondre à la manière de travailler de Yann Arthus-Bertrand : « On a un plan de travail assez précis qu’on ne suit jamais. C’est un peu compliqué pour trouver de l’argent, parce qu’en fin de compte, c’est presqu’une page blanche ». « Yann, c’est quelqu’un qui marche beaucoup à l’intuition, il saisit tout de suite quelque chose que les autres n’ont pas nécessairement vu. On s’aperçoit que ce n’est pas nécessairement ce qu’on avait prévu. C’est même assez rarement ce qu’on avait prévu au départ », explique son pilote Bruno Cusa, de Aerial Collection.

Le dernier mot ?

« Qu’est-ce que c’est qu’une belle image ? C’est très subjectif. Moi j’enlève tout ce qui est moche. J’essaie de ne montrer que ce qui est beau. La beauté m’attire, on me l’a reproché un petit peu, ça… » La sortie du film Woman de Yann Arthus-Bertrand est prévue pour 2019.

DJI Masters – Yann Arthus-Bertrand

17 COMMENTAIRES

  1. Arthus-Bertrand m’insupporte au plus haut point, à cause de sa manière de parler hautaine et suffisante. Pour autant, lui reprocher son usage de l’hélicoptère qui serait contraire à ses convictions écologistes n’est pas pertinent à mon sens. En effet, voyager autour du globe pour réaliser des projets à vocation culturelle ou artistique n’a rien de comparable avec le tourisme de masse.

  2. Bonjour,

    YAB est un homme bien qui prend soin de ses proches…Qu’il est été dépassé à son époque par le succès de son livre ne fait pas de lui un homme suffisant…

  3. Ce qu’il y a de bien avec l’hélicoptère, c’est qu’on peut partir le matin acheter des huîtres en Bretagne et revenir à Paris pour les manger à Midi.

  4. dans un film (hors surf) une sequence drone ne remplacera jamais un helico, il suffit de regarder le tour de France.
    desolé dji vos drones sont juste des jouets de grands gamins.

  5. Et oui JC …. on disait ça aussi pour les téléphones portables, pour internet, pour plein de choses ……. et puis on voit le résultat aujourd’hui !
    Beaucoup de personnes travaillent et vivent de leur boulot à l’aide de drones (YAB ou d’autres) et que cela nous plaisent ou pas c’est ainsi .

  6. +1 Laurent. jc est plus suffisant que YAB.
    YAB lui au moins défend des causes justes, jc je n’en suis pas persuadé 😝

  7. @babyblack Ca s’apelle retourner sa veste. YAB n’est pas le premier à le faire; mais cela montre bien quelles sont ses motivations profondes

  8. Houla, je rappelle à toutes fins utiles que le lien de Babyblack est un post du Gorafi…
    Il ne faut pas confondre les pastiches et la réalité.

  9. Il est juste un ambassadeur de la marque. Bref un coup de com, certainement pas gratuit. Les séquences drone au final ne pèseront pas bien lourd dans son film…1 ou 2min??? J’aimerai bien un article sur le monde pro du drone, dans le domaine artistique .

  10. J’ai pourtant le souvenir que YAB a exprimé, il y a déjà quelques années, son opposition virulente aux drône et ce n’était pas de l’humour.

  11. @ personne : Essaie de retrouver, j’ai pas de souvenir de ça. En revanche, je me souviens qu’il avait parlé de la dangerosité des hélicoptères…

  12. @ Fred: je n’ai plus la source. Je pense même que c’est antérieur à la création de hélicomicro!
    Mais je suis assez sûr de ma mémoire; car elle est aidée par le fait cela m’avait donné l’arrière goût d’une réaction égocentrique: il voulait se garder le ‘monopole’ des vues aériennes.

  13. @ personne : Oh ben dis, Helicomicro a été créé en 2010 ! A cette époque, il n’y avait pas beaucoup de drones, mis à part les Mikrocopter, qui effectivement n’étaient pas forcément une alternative séduisante, ou des hélicoptères à caméra-boule, encore moins sexys et carrément dangereux…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.