Impossible Aerospace US-1 : 2 heures d’autonomie

12
2072

Rares sont les drones qui dépassent les 30 minutes de vol. Les records d’autonomie ont été établis par des appareils hybrides, combinant des batteries et des moteurs à explosion. C’est le cas, par exemple, de l’Hybrix2.0 de Quaternum (voir ici). L’US-1 d’Impossible Aerospace promet des vols qui atteignent 2 heures, uniquement en propulsion électrique.

Comment ça fonctionne ?

La structure de l’appareil est entièrement remplie de batteries ! Un design assez osé, puisque le poids au décollage est de 7,1 kilos – mais l’appareil mesure tout de même 66 x 66 cm. Il est piloté par un contrôleur de vol Px4, capable de porter une charge de 1,3 kilo (ce qui réduit son autonomie à 1h20 environ). Il est livré avec une radiocommande comprenant un écran pour afficher la télémétrie, et une Groundstation destinée au retour vidéo en temps réel, en 1080p à 60 images par seconde, sur un écran de 20 pouces ! La latence vidéo est de 1 à 2 millisecondes, selon la fiche technique – une valeur qui semble un peu optimiste. La caméra à bord est une Flir Duo Pro R qui filme dans le spectre du visible et des images thermiques, montée sur une ancelle stabilisée.

Qui est à l’origine du US-1 ?

Spencer Gore, Founder and CEO, Impossible Aerospace

C’est un spécialiste des batteries : Spencer Gore. Cet ingénieur a oeuvré chez Tesla et SpaceX, avant de quitter Elon Musk en septembre 2016 pour fonder sa propre entreprise. Basée à Sunnyvale en Californie, elle a été financée à hauteur de 11 millions de dollars, avec parmi ses investisseurs Airbus Ventures et Eclipse Ventures. Le créateur du US-1 assure que ses batteries peuvent être rechargées à 75 % en 45 minutes seulement. Dans un article du New York Times, il explique que sa technologie pourrait être adaptée à des appareils de plus grande taille destinés au transport aérien.

Combien ça va coûter ?

Le US-1 « nu » devrait être proposé aux alentours de $7000 au dernier trimestre 2018. La caméra Flir Duo Pro R (non fournie, donc), sans nacelle stabilisée, est à plus de 6000 €. Il s’agit d’un appareil destiné à des usages professionnels, ceux pour lesquels il faut pour le moment faire appel à des solutions avec câble d’alimentation.

Source : Impossible Aerospace
Merci à tous ceux qui m’ont envoyé l’info !

12 COMMENTAIRES

  1. Oui , c’est bien, mais bon cela revient à utiliser 80% de la puissance à promener les accus, donc l’intérêt d’un accus volant juste pour voler c’est pas vraiment intéressant à mon sens !

  2. Les caméras Flir les plus performantes de la gamme sont considérés comme des armes me semble t-il. Je ne suis pas sûr que les importer en Europe soit chose aisée.

  3. @Jules: Du matériel FLIR est utilisé couramment dans nos laboratoires pour de la thermographie ! Je ne vois pas pourquoi cela serait un frein. Puis au coût et vu la fragilité de ce type de matériel, cela ne s’adresse qu’aux sociétés spécialisées. Non ?

  4. Ca me laisse sceptique tout de même, s’il fallait plus d’accu pour voler plus longtemps, on l’aurais fait depuis des lustres. La consommation doit forcément augmenter drastiquement avec autant de poids en plus!
    J’ai vu passer cet info sur un site média toute audience, je me suis dit que ça sentais le coup vaseux pour une levée de fond.

    Et même si la techno des batteries a été sacrément améliorée, il faudrait comparer à poids égal en batterie (no lipos vs celles ci) les temps de vols, les capacité de décharges, etc… pour se faire une idée d’où se situe l’innovation (parce que si c’est le chassie qui permet de contenir plus d’accus…….)

    Comme FPV_67, on a une lipo à hélice, la charge utile complètement utilisé pour les accus.
    A la rigueur, on fout des leds de puissance, et on a un beacon mobile pour 1h30!

  5. Plutôt intéressant et enthousiasmant, j’espère aussi que ce n’est pas de l’esbroufe. On peut râler sur le rapport poids en ordre de vol/capacité d’emport, mais je pense que cette solution n’est pas destinée à de la livraison de packs de Kro, qui pèsent un poil plus qu’une caméra Flir. Tout comme Saturn V n’était pas vouée aux voyages de masse vers Punta Cana.

  6. Les cameras thermique ne sont disponible à la vente qu’en version “Low frame rate”…
    Il faut des derogations / justifications pour faire exporter des USA ce type de camera !

  7. Bof bof, du coup le drone est cloué au sol pendant le temps de recharge et franchement l’autonomie me fait pas rêver, un drone de 7kg pour embraquer une caméra de 350g… Perso j’ai fait un drone pour embraquer un séquoia ou une flir vue pro sur nacelle 2 axes, soit 200g de charge utile et j’ai une autonomie de 45mn pour un drone à tout juste 2kg, batterie Li-ion. Pas eu besoin de 10M$ ! une fois le vol fini on change la batterie et hop reparti pour 45mn.

  8. des solutions avec cable d’alimentation.
    Ah oui OK. En fait c’est QUE le drone qui est sur batterie, et il faut donc prévoir un cable de 3 km pour la caméra. Quelques problèmes vont se poser :
    – au niveau du cadrage ( cable qui purrait passe dans le champ )
    – poids du dit cable
    – plan de vol assez précis à prévoir selon le parcours du cable
    – autorisations diverses ( on ne fait pas courir une alimentation triphasé partout comme ça )
    – …

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.