Projet PODIUM, ou la mise en place du U-Space

4
848

Le développement des outils de gestion des drones professionnels passe à la vitesse supérieure. Le SESAR (voir ici) a annoncé la mise en place de PODIUM, un projet destiné à faire la démonstration des outils de gestion du trafic aérien pour les appareils non habités. Les drones, en d’autres mots. Il s’agit des appareils qui vont évoluer dans le U-Space, c’est-à-dire la zone comprise entre le sol et 152 mètres (500 pieds). Eurocontrol supervisera les vols qui impliquent un consortium d’industriels et d’opérateurs comme Airbus, DSNA, Delair, Drones Paris Region, Integra Aerial Services, Naviair, NLR, Orange et Unifly.

En 2018…

PODIUM va réaliser plus de 100 vols au sein du cluster Drones Paris, sur l’ancienne base militaire de Brétigny -sur-Orge dans l’Essonne..

Le projet repose sur 4 démonstrations de grande envergure réparties sur 185 vols à vue et hors vue prévus à Odense au Danemark, Brétigny et Toulouse en France, Eelde en Hollande. Il y sera notamment question d’évaluer les outils de tracking en temps réel basés sur plusieurs technologies. PODIUM débutera ses activités en janvier 2018, qui se poursuivront jusqu’en 2019. Le but est de proposer un rapport final accompagné de recommandations pour la fin 2019. Il est important de garder un œil attentif aux travaux en cours.

Pourquoi ?

Parce que le radiomodélisme opère dans le U-Space. On peut imaginer que l’industrie tente de s’accaparer cet espace pour y pratiquer des activités commerciales, avec un lobbying capable d’influencer les pouvoirs publics. Les arguments mettant en avant l’emploi et la sécurité ont généralement un écho très favorable, ils pourraient être opposés à ceux des pilotes de multirotors – et d’autres appareils, bien sûr -, pour les cantonner à des volumes situés sur des terrains agréés. Or à ce jour, les représentants du radiomodélisme n’ont pas été invités à participer à des projets comme PODIUM…

Source : Eurocontrol
Crédits photos : Eurocontrol

4 COMMENTAIRES

  1. Moi de savoir que l’on vole déjà dans le U-Space ça me fait rêver, on vit déjà dans le futur.

  2. “un consortium d’industriels”, qui ont donc des objectifs coïncidants, avec une optique de rentabilisation… S’il n’a pas de représentant, le loisir peut désormais compter ses abattis, on va être dispersé façon puzzle.

  3. ben ça commence direct : quid du plafond de 150 mètres du club qui a un bout de Brétigny pour voler ? un vieux club d’ailes si mes souvenirs sont exacts. Même question pour ceux qui sont en projet avec le cluster pour une activité drone racing d’ailleurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here