Horizon Hobby Blade UMX F-27 FPV, le test

7
4304

Ca secoue ?

La Blade UMX F-27 FPV est une petite aile légère, elle est donc ballotée au gré du vent. Mais la stabilisation AS3X de Horizon Hobby se débrouille vraiment bien. Contrairement à un multirotor qui ne bouge pas en vol, l’aile se dandine beaucoup, mais la trajectoire reste propre, les changements de hauteur et la dérive sont très limités. Et, pour le pilote, le vol est serein : pas besoin de s’accrocher aux commandes. On commence par des cercles en altitude pour prendre ses marques, puis on s’enhardit à descendre bas, puis très bas. Avec l’assistance, les vols rapides au ras du sol sont agréables et assurent une bonne dose d’adrénaline sans prise de risque. Il est possible de réaliser des virages très serrés avec l’aide de la profondeur, quand l’aile est sur la tranche.

Sans la stabilisation ?

Piloter sans l’AS3X avec une petite aile comme la Blade UMX F-27 FPV requiert un peu de pratique. Les réactions sont nerveuses – il est recommandé de modifier l’expo pour assouplir un peu les commandes. Mais on fait ce que l’on veut de l’aile dans ce mode non assisté. La motorisation est du coup un peu faible quand on enchaine les montées rapides et les remises de gaz. L’appareil n’est pas destiné à la voltige, même s’il est capable d’enchainer quelques figures. En ce qui me concerne, le vol sans stabilisation avec cette aile est un peu trop nerveux pour que j’y prenne plaisir.

Autonomie ? Solidité ?

Avec la batterie 200 mAh, les vols durent environ 9 minutes. On peut sans doute espérer 2 bonnes minutes de plus avec une 280 mAh. C’est suffisant pour s’amuser, mais il est recommandé d’acheter quelques batteries pour faire durer le plaisir. Et la solidité ? La structure en mousse légère encaisse les petits chocs, mais elle ne résiste pas aux crashs plus sérieux. Je planté la Blade UMX F-27 FPV sur un décrochage, elle a heurté le sol (en herbe) sur une plongée à la verticale. Le nez a cassé, assez nettement, ce qui m’a permis de le recoller. La bonne nouvelle, c’est que la prise de la caméra s’est déconnectée sans arracher les fils. Il suffit de s’armer d’une pince à épiler pour la reconnecter, puis de recoller la mousse. Je touche de l’EPP, l’aile a résisté à mes mauvais traitements. Mais il ne faut pas trop en attendre : ses servos sont minuscules et fragiles, et trop de collage sur sa structure l’affaibliront définitivement.

Faut-il l’acheter ?

Oui ! J’ai pris énormément de plaisir avec cette aile, les vols rapides au ras du sol sont très excitants, et la taille réduite de l’appareil met en confiance. La stabilisation permet de voler tranquillement, le vol sans stabilisation entraine un peu plus loin et constitue un challenge. Attention tout de même. S’il y a souvent du vent là où vous volez, la Blade UMX F-27 FPV aura toutes les peines à avancer – avec un bon vent de face, on tient le stationnaire et on peut même reculer ! Les virages sous le vent sont l’assurance d’une belle accélération qu’il faut savoir anticiper. Il faut aussi être équipé en DSM2 / DSMX, c’est la seule norme compatible. Regrettons aussi que l’émetteur vidéo ne puisse pas passer en 200 mW. Pour voler à l’étranger, bien évidemment. Le plus dur est tout de même pour la fin : la Blade UMX F-27 FPV est proposée à 190 € par Studiosport (taxes comprises). C’est assez cher, d’autant qu’il faut ajouter une ou plusieurs batteries. Mais c’est le prix à payer pour un appareil qui vole dès sa sortie de la boite ! Moi je suis sous le charme…

Crédit photo en vol : Horizon Hobby

D’autres photos


7 COMMENTAIRES

  1. Attention à la perte du signal vidéo en vol… 🙁
    A la vitesse ou cela vole c’est la perte dans la nature garantie !

  2. Par contre ce serait pas mal de préciser dans le paragraphe de présentation le nombre d’axes et type d’empenage, pour les avions/ailes volantes c’est un facteur très déterminant.
    Idem pour la présence ou l’absence de volets, aerofreins, etc etc (bon vu la taille on se doute que celle ci n’est pas concernée)
     
    De ce que je vois sur les photos, c’est du 2 axes, empennage en V?
    Pas trop galère d’aligner la piste d’atterrissage sans dérive?

  3. @Fabien pas d’empennage en V, ça se pilote seulement aux ailerons avec un mixage, on appel ça “taileron”.

  4. Les vidéos bougent un peu, mais finalement pas tant que ça. Il faut avouer que c’est une sacré prouesse d’obtenir quelque chose d’aussi stable sur une aile delta de ce gabarit. La machine a l’air vraiment sympa pour faire le zouave, voire des courses.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.