Le projet Voliro

7
1463

Il s’agit d’un multirotor expérimental imaginé par une équipe de 11 étudiants de l’ETH de Zürich (Swiss Federal Institute of Technology) et de la ZHDK (Zürich University of Arts). Le but ? Créer un appareil capable pratiquer un vol stationnaire dans n’importe quelle position – s’entend pas forcément à l’horizontale. Le résultat, c’est le Voliro, un hexacoptère dont les bras moteurs sont capables de pivoter sur leur axe, individuellement. Il a fallu que l’équipe développe des algorithmes de gestions de l’orientation et de la vitesse de rotation des moteurs qui permettent d’automatiser des manœuvres acrobatiques. Car le pilotage à la main, avec autant de paramètres à gérer simultanément, est trop complexe.

A quoi ça sert ?

Le but est de permettre des orientations inhabituelles, par exemple pour voler avec la frame parallèle à un mur (à la verticale), de permettre des inclinaisons qui dégagent une caméra des hélices. L’équipe voudrait aussi équiper le Voliro d’une sphère centrale qui puisse aider l’appareil à rouler de manière stabilisée, pour économiser de la batterie. Ca sert à quoi vraiment ? Il s’agit d’une « preuve de concept », qui montre des usages différents d’un multirotor. Il reste sans doute maintenant à trouver des applications qui sachent tirer parti de ces caractéristiques… Le site officiel du projet se trouve ici.

Merci à tous ceux qui m’ont indiqué l’existence de ce projet !

 

7 COMMENTAIRES

  1. assez impressionnant en effet, il y a un énorme travail de fait.
    preuve qu’il y a encore beaucoup de champs a explorer dans la technique des multirotors.

  2. Effectivement, ces mises en positions de la machine seront des fonctions très intéressantes pour réaliser certaines prises de vues. A suivre …

  3. @ Josse :
    Je ne sais pas si cela condamnera les gimbals classiques… Ici, il faut un servomoteur par bras, pour orienter chaque moteur, et des parties mobiles supplémentaires.
    Du poids supplémentaire, et une fragilité accrue donc.

    Le pilotage est surement moins aisé également, puisqu’il faut pouvoir gérer la machine sur tous les axes, plus son inclinaison. Visiblement les moteurs ne sont plus tous dans le même plan, ce qui signifie surement également une perte de rendement.

    En tout cas, c’est un joli travail qu’on réalisé ces étudiants !

  4. Sympas mais je vois pas l’utilité sur un drone de pro, à part l’alourdir et augmenter le coût ^^…

    Ça serrez plutôt intéressant sur un racer, pour de la 3D extrême hihi

LAISSER UN COMMENTAIRE