Les drones et la sécurité d’Asnières ?

10
826
Crédit photo : manuel-aeschlimann.fr
Crédit photo : manuel-aeschlimann.fr

C’est ce que rapporte un article du Figaro, par la plume d’Etienne Jacob. On y apprend que le maire républicain Manuel Aeschlimann entend compléter la solution de vidéosurveillance de la ville, trop statique, par des drones, plus mobiles. « Je suis surpris qu’aucun autre élu ou maire n’ait osé franchir le pas. Je comprends que l’objet puisse faire peur car il est vu comme un engin de guerre », indique-t-il au Figaro. Nous, on est surpris qu’il ne se soit pas un peu plus renseigné sur ces appareils. Car son souhait, c’est de réaliser un maillage vidéo aérien des quartiers limitrophes d’Asnières, près de Gennevilliers et de Colombes, pour faire cesser les trafics de drogue.

Ca tombe bien…

L’opposition socialiste… ne s’ y oppose pas vraiment. La Ligue des Droits l’Homme est en revanche convaincue d’y voir une porte ouverte à une surveillance permanente. Rassurons-les, le budget batteries mettrait la mairie sur la paille et les drones captifs à alimentation par câble sont très vulnérables, surtout face à des dealers. asnieres-droneEntre les drones livreurs de pizzas et les drones de surveillance, il va falloir s’attendre à ce certains nous tombent parfois sur le coin du nez, terrassés par une DCA urbaine…

Et tant qu’à râler…

Regrettons que le journaliste auteur de l’article pratique un rappel à la réglementation destinée aux pilotes de loisirs, par la publication de la notice de la DGAC qui n’a rien à voir avec le sujet. Tant pis pour la réglementation destinée aux activités particulières qui régit les prestations de sociétés privées, et tant pis aussi pour les textes décrivant « les règles relatives à la conception et aux conditions d’utilisation des aéronefs militaires et des aéronefs appartenant à l’Etat et utilisés par les services de douanes, de sécurité publique et de sécurité civile qui circulent sans aucune personne à bord ». Un indice ? Ca se trouve là. Le Figaro n’en est pas à sa première interprétation fantaisiste de la réglementation sur les drones…

Edit : l’article a été mis à jour par son auteur avec les corrections nécessaires apportées. Excellente nouvelle, et bon point pour le suivi !

10 COMMENTAIRES

  1. Ca faisait longtemps qu’on n’avait pas eu d’idée débile pour l’utilisation de drones, ça devenait presque inquiétant.
    ah je dois vous laisser, ma pizza arrive, j’entends le drone de PizzaHut au dessus de ma terrasse.

  2. Arf, j’ai eu ce journaliste au téléphone ce matin, j’étais en voiture en déplacement. Il m’a demandé des infos sur l’utilisation des drones par une police municipale, sans préciser laquelle.

    Je lui ai expliqué pendant un certain temps que les services de l’Etat avaient un cadre législatif particulier et je lui ai parlé de l’arrêté sur les aéronefs militaires et appartenant à l’Etat, bien que je doute que ce texte s’applique aux services des collectivités territoriales.

    Bref, il a eu toutes les infos et je lui ai conseillé en complément pour son article de se rapprocher de la DGAC et du ministère de l’intérieur pour compléter ses sources, voilà ce qu’il en sort…

    C’est très aimable de sa part de citer ses sources en remerciement du temps consacré pour l’aider à écrire son sujet. Cela dit, vu ce qu’il en résulte, il vaut sans doute mieux ne pas être cité en dépit du fait qu’il a bien eu toutes les infos !

    Je me demande effectivement ce que vient faire la notice là dedans, il a sans doute voulu illustrer son article. Mais premières infos glanées ce matin, article publié dans la journée, ça ne laisse pas beaucoup de temps pour se documenter correctement sur un sujet aussi complexe.

    Pour ce qui concerne l’usage envisagé, oui, ce n’est pas gagné, surtout s’il achètent un multirotor à un énième marchand de soupe…

    Cordialement,

  3. @ Aerofilms : “Que dit la loi” sur un papier traitant d’un usage pro, et paf, on sort la notice des loisirs. Bah, tant que le maire fait voler ses machines dans les jardins de la mairie, tout va bien, non ? 🙂
    Une photo ? Hop, on interroge la photothèque de l’AFP. Un drone qui droppe des bouées de secours ? Mais oui, c’est par-fait pour illustrer un papier sur un drone de surveillance. Un racer aurait été très bien aussi, ou un Tiny Whoop, sachant qu’on a échappé au Phantom (de la série de celui lancé à la main pour faire des clichés parisiens).

  4. Bravo à la l’équipe du Gorafi! À chaque fois que je le lis, c’est la poilade assurée. Quelle imagination tout de même!

  5. On sent un léger énervement dans ton article Fred 😉 c’est vrai que c’est fatiguant d’essayer de tout faire dans les règles, et des pseudos-journalistes viennent tout foutre en l’air en écrivant n’importe quoi … épuisant !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.