DSC_0057-600Le H20C est le successeur du H20, que nous avions testé ici. La différence majeure entre les deux ? Elle tient dans le « C », comme… caméra, évidemment. Est-ce tout simplement un JJRC H20 sur lequel a été greffé une caméra ? Notez que cet appareil nous a été donné par la boutique Banggood. Comme d’habitude, dites-nous si vous pensez que la pratique a influencé notre jugement.

Tour du propriétaire

A première vue, le H20C ressemble comme deux gouttes d’eau au H20. C’est un hexacoptère doté de 6 moteurs brushed, habillé d’un canopy noir plutôt réussi. Il est livré monté avec ses protections d’hélices, et mesure 11,8 x 10,8 x 2,6 cm pour un poids de 26,1 grammes, sans la batterie. Comptez 7,1 grammes supplémentaires pour la batterie, pour un total de 33,2 grammes. DSC_0046-600Les hélices rouges mesurent 3,5 cm de diamètre. La caméra répond à l’appel, à l’avant de l’appareil, marquant la première différence majeure avec le H20. Les autres différences n’apparaissent qu’en retournant le H20C. A l’arrière se trouvent un interrupteur et un connecteur… dont nous verrons l’utilité un peu plus loin. Juste en dessous, on aperçoit la forme caractéristique d’un lecteur de cartes mémoires microSD.

Suite du tour

Une trappe est prévue pour accueillir la batterie. Mais au lieu d’une batterie classique, celle livrée est fixée dans une sorte de boîtier qui ne laisse dépasser que le connecteur. En théorie, il n’y a pas plus simple : il suffit de faire glisser la batterie dans la trappe, la pousser pour que le connecteur s’emboîte dans la prise au fond de la trappe. DSC_0066-600Mais en pratique, la batterie glisse mal, il faut un peu forcer. Est-ce une batterie propriétaire ? Non, pas vraiment, dans la mesure où est compatible n’importe quelle batterie Lipo 1S doté d’un petit connecteur et de dimensions inférieures à 1 cm d’épaisseur et 2 cm de largeur. Celle du H20C est un modèle de 280 mAh. L’alternative, c’est une batterie dotée d’un fil d’alimentation suffisamment long pour accéder au connecteur à côté de l’interrupteur. Comptez 1 heure et 10 minutes pour recharger la batterie livrée avec l’appareil, avec le câble USB, livré lui-aussi.

La radiocommande

DSC_0040-600Contrairement à celle du H20, de type jouet mini format difficile à prendre en mains, celle du H20C est plus imposante. Noire et rouge mordoré, avec un revêtement type peau de pêche, elle semble assez agréable. Elle fonctionne en 2,4 GHz, et en mode 2 gaz à gauche. Elle offre des trims pour chaque commande et deux rangées de boutons, plus deux autres encore en haut. Pour l’alimenter, il faut 3 piles de type AAA. Au centre de la radiocommande, entre les deux rangées de boutons, se trouve un bras qui se soulève. A quoi sert-il ? Il est doté d’un mécanisme de mâchoire destiné à tenir un smartphone. Il ne sert à rien avec le H20C, mais il indique qu’un modèle avec retour en wifi est probablement dans les cartons du constructeur JJRC, sans doute sous l’appellation H20W.

Premier décollage

Insérez une carte mémoire microSD (non fournie) dans la trappe, allumez le H20C, allumez la radiocommande. Poussez la manette des gaz à fond et ramenez-la à zéro. La diode de la radiocommande et celles du H20C (rouges et bleues) passent au fixe, l’appareil est prêt à décoller. Poussez les gaz, il s’élève bien droit, sans dériver. DSC_0013-600Le maintenir en stationnaire est facile, sans effort particulier. L’appareil répond bien aux commandes, de manière douce mais immédiate. Il est très agréable à piloter, les pilotes débutants peuvent se faire la main avec une machine aux réactions saines. Le bouton en haut à gauche permet de passer à des débattements plus nerveux « medium ». L’appareil est encore plus agréable à piloter, surtout si vous envisagez de voler en extérieur. Il est capable de résister à un vent très léger. Encore une pression sur le même bouton permet de passer en débattements « high ». Le H20C devient très nerveux, à tel point que ce mode est réservé aux pilotes expérimentés. Le yaw (la rotation) devient vraiment très rapide, un peu trop d’ailleurs, il faut réussir à doser commande sous peine de perdre le contrôle !

Encore plus !

Une pression longue sur la même touche éteint ou allume les diodes du H20C. Toutes ? Non, pas la diode verte, bien visible. Dommage. La touche de gauche permet d’initier une pirouette, tonneau ou looping selon l’ordre que vous donnez. Comme d’habitude avec les petits multirotors, cette fonction est amusante, mais sans difficulté pour qu’elle est entièrement automatisée. DSC_0008-600L’autonomie ? L’appareil vole pendant 4 minutes et 10 secondes avant que les diodes ne clignotent, signe que la batterie faiblit. Il reste alors quelques secondes avant que le H20C ne se pose définitivement. C’est mieux que le H20 (dont la batterie était de 150 mAh seulement), mais cela reste une autonomie décevante. Parmi les touches au milieu de la radiocommande, on trouve celle qui permet le vol headless (appelé CF mode) : il permet en théorie de ne pas se soucier de l’orientation de la machine pendant le vol. Soyons clairs : cette fonction est très inefficace. Elle se dérègle rapidement pendant le vol et produit un effet inverse à celui attendu : le risque de crash est élevé. Une autre touche déclenche le mode de retour automatique au point de départ. Même constat : la fonction est très inefficace.

Photos et vidéos

Extrait d'une vidéo (1280 x 720 pixels)
Extrait d’une vidéo (1280 x 720 pixels)

Que valent les prises de vues réalisées avec le H20C. Un mot tout d’abord sur la manière de les déclencher. Il faut appuyer sur l’une des touches au milieu de la radiocommande pour prendre une photo. En vol, ce n’est pas du tout pratique ! Les photos sont prises dans une résolution de 1280 x 720 pixels. Le résultat est très décevant : les couleurs sont éloignées de la réalité, avec une nette tendance à privilégier les mauves, même lorsque les conditions de luminosité sont bonnes. Oublions les photos. Quid des vidéos ? Elles sont aussi d’une résolution de 1280 x 720 pixels, à 30 images par seconde. Le constat est sans appel : les vidéos souffrent du même souci de couleur que les photos ! Le résultat est décevant. On peut douter de la présence réelle de 30 images par seconde, dans la mesure où les vidéos sont un peu saccadées. Il manque certaines frames, à l’évidence, lors de scènes rapides. Qui plus est, l’angle de vision est très serré. Dommage, d’ailleurs, dans la mesure où l’appareil se révèle particulièrement stable…

PIC004 PIC006

PIC009 PIC014

(photos en 1280 x 720 pixels)

Faut-il l’acheter ?

DSC_0034-600La caméra du H20C est très décevante, trop pour qu’elle constitue l’argument d’achat de cet appareil. Pourquoi faudrait-il le préférer au H20 ? Pour deux raisons : l’autonomie un peu meilleure et la radiocommande plus agréable. Pour son look assez sympa, aussi, surtout dans sa version rouge et noir – celle en jaune fluo et noir est plus flashy mais moins sexy. Mais voilà, cela ne suffit pas, et nous ne le recommandons pas. Le H20C de JJRC est proposé par la boutique Banggood pour moins de 35 € (avec le port mais hors taxes).

Une vidéo

D’autres photos

DSC_0035-600

DSC_0037-600

DSC_0038-600

DSC_0043-600

DSC_0044-600

DSC_0049-600

DSC_0050-600

DSC_0052-600

DSC_0053-600

DSC_0056-600

DSC_0060-600

DSC_0062-600

DSC_0063-600

DSC_0064-600

DSC_0065-600

DSC_0069-600

DSC_0071-600

DSC_0007-600

DSC_0010-600

DSC_0023-600

PARTAGER
Article précédentSite V2, need !
Article suivantEachine Goggles One

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.