Le skieur et le drone

34
329

hirscher-03L’image a fait le tour des médias : un multirotor de prises de vues s’est crashé sur la piste de ski de Madonna du Campiglio en Italie. Le fait-divers serait passé inaperçu si l’appareil ne s’était pas abîmé quelques fractions de secondes seulement après le passage du skieur autrichien Marcel Hirscher. La vidéo ne permet pas de mesurer la distance qui séparait le skieur du drone, mais à l’évidence, l’accident a été évité de trop peu. Le skieur, qui n’a pas eu conscience de l’incident sur le moment, a terminé sa course de belle manière puisqu’il est monté sur la seconde marche du podium. Il a twitté et publié sur Intagram avec humour « trafic aérien dense en Italie », avec une photo de l’appareil qui se désagrège derrière lui, et le hashtag #luckyme.

Excuses plates

hirscher-01Infront Sports and Media, l’opérateur du drone destiné à filmer les skieurs pour la télévision, a diffusé un court communiqué : « Infront présente ses excuses à Marcel Hirscher et à la FIS pour ce malheureux accident avec le drone. Des analyses techniques détaillées seront menées et des informations seront diffusées dès que possible ». La FIS, c’est la Federazione Internazionale Sci, c’est-à-dire la fédération en charge du ski en Italie Fédération Internationale de Ski. Elle a réagi rapidement : « Même si, à la différence de l’Autriche, de la Suisse et d’autres pays, les drones sont autorisés à voler au-dessus d’une foule en Italie, la FIS et le diffuseur des images vont travailler ensemble avec toutes les partenaires concernés pour découvrir ce qu’il s’est passé pendant le crash et faire en sorte que cela n’arrive plus jamais ».

C’est à vérifier…

hirscher-02Les passionnés de radiomodélisme italiens ne sont pas du même avis que la FIS, et assurent que les règles de l’ENAC (la DGAC italienne) ne permettent pas aux appareils radiocommandés de survoler des foules ni des manifestations sportives. Je n’ai pas le niveau en italien pour vérifier les textes de l’ENAC… La piste de Madonna du Campiglio avait déjà connu un couac le 22 décembre 2014. Un multirotor professionnel de Droneitalia, a rapporté le groupe Facebook Droneitalia (je présente mes excuses à Droneitalia pour l’erreur de traduction), avait été cloué au sol suite à une plainte anonyme. L’appareil était sur le point de décoller pour filmer un slalom nocturne. Aucune autorisation n’avait été délivrée pour ce vol, qui a été interrompu par la police…

Edit : Infront Sports, qui opérait le drone, a publié un communiqué de presse où il est indiqué qu’il s’agissait d’un DFC-Copter XR1 (inconnu au bataillon) dont le contrôle aurait été perdu suite à des interférences, et qui aurait été volontairement crashé pour éviter des ennuis plus graves. Les responsables de Infront Sports (parmi lesquels son dirigeant Philippe Blatter, neveu de Sepp Blatter) ont mandaté un expert externe à la société pour enquêter sur les causes exactes du crash. Source : Infront Sports.

Sources : la FIS, Quadricottero news (et ici aussi), Instagram

34 COMMENTAIRES

  1. salut j ai vu cela hier au information, pour moi d après la vidéo c est un octet moteur superposer.
    Mais c est du n import qu il a oublié un facteur le froid ou les electrons on du mal a se déplacé; perso moi je vis en Martinique pas se problème là

  2. Bonjour Fred,
    bon article. Je confirme absolument que les vols sur les rassemblements de personnes sont interdits et JAMAIS permits en Italie. Permettez-moi également de vous notifier une petite erreur: l’opérateur bloqué en 2014 n’etait pas “dronitalia” (ce qui est le nom d’un groupe de Facebook), mais le même opérateur qui a foiré hier soir (un récidiviste, donc!). Andrea T.

  3. ça vous surprend vraiment ?
    on nous demande de voler 5 mètres au dessus de gamin maintenant…
    je refuse, mais d’autres le font (je l’ai vue plusieurs fois cette années et par des “pilotes” tout GPS
    pas de blessés heureusement

  4. Sont vraiment mauvais ces télépilotes italiens … zont raté la cible !
    –> fermez la porte derrière moi, merci.

  5. Goodmorning,
    This is Andrea Marcone – Italy – Dronitalia facebook group admin.

    It is not correct your phrase stating that the drone fallen down is a “Dronitalia” RPAS – Remotely Piloted Aircraft System.

    That phrase is with full evidence a bad promotion for our group, the biggest one in Italy.

    There’s a big mistake in your Quadricottero news” translation.
    Please correct as soon as possible.

    Dronitalia Admins.

  6. FRED, je te confirme qu’il est interdit de voler au dessus de
    la foule en Italie, j’Habite a 5 min de la frontière et vole
    souvent avec un pilote Italien, nous avons entre la France et l’Italie une réglementation sensiblement identique.

  7. Heureusement il n’y a pas eu de blessé …

    N’empêche au delà de l’aspect légal ou non de ce type de vol en Italie (survol de personnes autorisé ou pas) le bon sens voudrait qu’on ne le fasse pas.

  8. Pour faire du slalom, la distance entre 2 portes (piquets) est relativement réduite.

    Par rapport aux ombres, le drone touche le sol à moins de 2 mètres du piquet.. (donc quelques dizaines de cm de Marcel Hirsher.
    50 / 60 tout au plus..

    Ils sont passé à un cheveu d’un drame..

  9. tiens, Colmar!
    il y a un beau marché de noël mais celui de ribeauvillé est encore plus joli car médiéval… Sympa leur pinot gris et leurs vendanges tardives… désolé pour le Hs mais c’était trop tentant. 😎

  10. Quel aurait été le véritable danger pour le skieur d’après vous, risque de coupure du aux hélices ? Vitesse de chute du drone pouvant occasionner une perte de connaissance du skieur ? Risque de faire chuter le skieur (en slalom les chutes sont minimes dû à la faible vitesse de skieur non ?

  11. Bonjour.

    Remarque abordée dans 2 commentaires et pas de réponse.

    La législation n’oblige pas à avoir un parachute sur ce type de drone Pro ?

  12. @Sinc4r : S’il n’y a pas de réponse, c’est parce qu’on maîtrise mal la réglementation italienne… Moi j’ai déjà merdouillé en traduisant 2 lignes d’un article grand public. Alors si je dois me plonger dans les textes de loi italiens, c’est la cata 😉

  13. @Fred : Merci pour ta réponse.

    Et concernant la réglementation française – qui est en cours de validation – je ne me trompe pas lorsque je dis qu’un drone Pro doit obligatoirement avoir un dispositif type “Fail-Safe” (parachute ou autre) ?

    Ma question peut paraitre stupide pour certains, mais je débute dans le domaine…

    PS: Oubli d’une lettre (l) dans mon pseudo.

  14. @Sincl4r : En “zone peuplée”, c’est à dire à 50 mètres ou moins d’un agglomération et 150 mètres ou moins d’un rassemblement de personnes, en vue direct et sans survol de tiers, on est en scénario S-3. On peut supposer que la compétition italienne était dans cette configuration. Avec un appareil de plus de 2 kg, il faut un dispositif de protection des tiers (un parachute) selon l’article 2.7.1 de l’annexe III de l’arrêté “conception”. Qui n’est pas en cours de validation, mais publié au J.O. et en vigueur ce 1er janvier 2016. Les appareils de plus de 4 kg sont soumis à d’autres requis encore (voir art 2.7.3).

    Mais note que je ne suis pas un spécialiste des activités particulières, mieux vaut se faire confirmer les choses par un pro en activité ou par la FPDC.

  15. Pour voler en altitude avec du froid (à plus de 1600m) outre l’idée que le drone heurte un câble.

    Je pensais peut être aussi que le pilote fut décoller le drone à froid sans faire chauffer un minimum les moteurs. Ce qui peut entrainer une perte de contrôle par dysfonctionnement.

    Qu’en pensez vous ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.