FPV in ze UK

3
184

ukfpv-01Voler en immersion en Angleterre est un peu compliqué ces temps-ci. La raison, c’est qu’un guide de 28 pages pratique, précis et argumenté, qu’a pu se procurer le magazine Wired, explique aux officiers de police outre-Manche comment gérer un usage inapproprié de drones par les sujets de sa Majesté. Il reprend, dans ses grandes lignes, le document « You have control » (look ici), l’équivalent de notre notice destinée aux drones de loisirs (voir ici). Rien n’y figure concernant les vols en FPV, seule s’y trouve la mention « Vous devez conserver l’appareil en vue tout le temps ». Dans le guide destiné aux forces de l’ordre, on peut lire « Si une personne porte des lunettes de vue à la première personne, qui leur montrent les images en provenance du drone comme si elle était à bord, elle commet une infraction. Le pilote doit toujours être en mesure de voir l’appareil en vue directe tout le temps ». Les passionnés de FPV racing sont donc passés du côté sombre de la Force…

Oui mais…

ukfpv-02Ce guide oublie qu’une « exemption » a été publiée en mai 2015 par la Civil Aviation Authority (CAA), l’équivalent de notre DGAC (look là). Elle officialise très clairement la pratique de vols en FPV (First Person View Flying), avec certaines restrictions comme la nécessité de voler en dehors des espaces aériens contrôlés sauf sur autorisation spécifique, de voler à moins de 1000 pieds (300 mètres), à plus de 150 d’une zone urbaine dense ou d’un rassemblement de plus de 1000 personnes, à plus de 50 mètres d’un véhicule quelque soit son type, à plus de 50 mètres d’une personne, et en compagnie d’une observateur. Lequel doit se consacrer exclusivement à cette tâche et conserver un contact visuel permanent avec le multirotor. Malgré une fronde des passionnés de FPV racing, le guide n’a pas été modifié, et la police anglaise n’a pas répondu aux questions qui lui ont été posées à ce sujet.

Et en France ?

En France, la pratique du FPV est toujours liée à l’usage d’une double commande, dans l’attente des nouveaux arrêtés destinés à remplacer ceux de 2012, qui devraient introduire la notion d’observateur. La hauteur de vol, en FPV, est de 150 mètres (une limitation à 50 mètres existe dans les textes, mais elle n’est applicable qu’aux Activités Particulières – les vols à finalité commerciale). Remarquez que la notice de la DGAC devance un peu les prochains arrêtés, en autorisant la pratique du FPV avec un simple observateur…

Pour l’anecdote

ukfpv-04Le guide préconise aux officiers de police anglais, en cas de constatation d’un vol illégal, de ne pas prendre eux-mêmes le contrôle de l’appareil. « A MOINS DE CIRCONSTANCES EXCEPTIONNELLES, il ne faut pas prendre le contrôle du drone. Essayer de le faire atterrir vous-même peut causer un crash du drone qui peut conduire à un risque réel de blessures à des personnes et des dommages aux propriétés (en plus de la destruction du drone). Si le drone est en l’air, la seule option qui vous est ouverte est de demander au pilote de se poser. Si la personne refuse de poser le drone, attendre est l’option la plus appropriée, jusqu’à ce que la batterie soit vide ». Donc si vous allez voler en FPV en Angleterre, sachez que vous en avez le droit (si vous respectez les règles), mais que vous pouvez toutefois vous retrouver au poste…

Source : Wired UK

3 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.