DJI Manifold

7
389

Le constructeur DJI a choisi de proposer des outils de développement pour les industriels, les universitaires et même les passionnés (fortunés). La première étape a été la mise à disposition de kits de développement, les SDK, qui permettent de proposer des logiciels pour les multirotors de la marque. dji-manifold-00Puis le Matrice 100, un appareil spécialement destiné à la création d’outils hardware accompagnés par leurs exploitations logicielles. Il est prévu, par exemple, pour faire progresser la détection des collisions et l’évitement d’obstacles.

Manifold ?

L’étape suivante, c’est le Manifold, un ordinateur destiné à être embarqué sur les multirotors de DJI. Les contrôleurs de vol, y compris les plus haut de gamme, ne disposent pas d’une puissance de calcul suffisante pour les applications de demain. On pense tout particulièrement à tous les traitements de l’image en temps réel, que ce soit pour obtenir une stabilisation logicielle, des zooms numériques efficaces, ou encore du suivi d’objets.

NVidia

dji-manifold-01Le cœur du Manifold repose sur un processeur Tegra K1 du fondeur Nvidia, spécialiste des cartes graphiques. Au cœur du dispositif, on trouve un processeur ARM Cortex-A15 quad-core accompagné de processeurs graphiques – 192 au total avec des fréquences d’horloge qui peuvent atteindre 2,2 GHz. Le tout représente une vitesse de calcul de 326 Gflops (Giga floating-point operation per second). Outre sa puissance, le Tegra K1 consomme peu d’énergie : 15 W maximum.

Ubuntu ?

dji-manifold-0'Le Manifold mesure 11 x 11 x 2,6 cm pour un poids inférieur à 200 grammes. Il est équipé d’un port USB, Ethernet, Mini-PCIe, HDMI, UART, SPI et I2C, ce qui permet d’y brancher des accessoires, des capteurs, des écrans. Il dispose de 2 Go de RAM et 16 Go de mémoire de stockage. Pour piloter le tout, l’appareil s’appuie sur la distribution Linux Ubuntu, capable de tirer profit du processeur de NVidia. Le boîtier est prévu pour être installé sur le Matrice 100 de DJI. Le prix de ce mini-ordinateur destiné à voler ? Il est proposé à 549 €.

Ce qu’il faut retenir

dji-manifold-02Les concurrents de DJI, 3Drobotics en tête, insistent sur l’aspect OpenSource de leurs produits, qui permet à la communauté de participer à l’évolution du logiciel en profitant du savoir-faire de développeurs doués. Avec le Manifold combiné au Matrice 100 et au kit de développement, DJI s’efforce de de séduire aussi une communauté, peut-être plus axée sur l’industrie que sur les projets universitaires, avec ses SDK et ses outils de développement. Tous les constructeurs ont compris que les ressources de développement en interne ne vont pas suffire, à l’avenir, pour assurer une R&D efficace avec des délais suffisamment rapides. Reste à savoir si le modèle du développement collaboratif, plus ou moins ouvert, va vraiment fonctionner. La page officielle du Manifold de DJI se trouve ici.

 

7 COMMENTAIRES

  1. @Lego37,
    En France, toute cette puissance permettra de s’assurer que le drone vole dans tous les cas à moins de 50 mètres de hauteur (bientôt) ;-).

  2. entre 3DR et DJI je mise 10 contre 1 que les développeurs se tourneront vers 3DR car chez 3DR tout est opensource, pas seulement une partie avec avec un sdk et un hardware qu’ils ouvriront juste le temps d’avoir un truc fonctionnel et qu’ils re-fermeront après pour continuer à se gaver et faire la nique à la concurrence. Des systèmes embarqués avec du nvidia k1 y’en à autre part que chez DJI.

  3. @airvb : Ce sera intéressant de voir ce qui se passe. Il y a du monde qui voudra rester sur du DJI, peu leur importe l’Opensource, qui veulent simplement créer des outils pour leur business. La bataille des SDK promet d’être rude 🙂

  4. @Fred: bin justement les utilisateurs DJI sont absolument mais alors absolument pas des développeurs, ce sont des adeptes du clic’n’play ou des amateurs belles images. Interconnecter des éléments entre eux c’est déjà le bout du monde. Idem pour utiliser du Linux! Ça n’est carrément pas le bon public: mais où est le bouton démarrer mon dieu! C’est quoi cette fenêtre où il faut taper des commandes? c’est quoi un SDK?
    Franchement DJI à vu la Vierge ?

  5. @airvb : Je suis bien d’accord avec toi concernant les utilisateurs, mais je parlais des donneurs d’ordres, ceux qui lancent des projets industriels à base de de machines de DJI… Eux font appel à des développeurs avec une idée en tête : que ça fonctionne. Et que la techno reste captive de la boite, souvent 😉

  6. @airvb: tout cela peut s’entendre. Mais il faut aussi comprendre qu’il y a des gens qui sont là pour l’essentiel de leur activité comme par exemple produire des images. Passer son temps a bidouiller, programmer ce n’est pas leur job premier. Le drone n’est qu’un accessoire… A partir du moment ou une entreprise fait son beurre avec une solution payée les yeux de la tete, je crois que l’objectif est rempli pour le vendeur et pour l’acheteur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.