Qualcomm Snapdragon Flight

6
344

qualcomm-snapdragon-flight-01Il y avait les contrôleurs de vol Naza de DJI, les Pixhawk de 3Drobotics, les CC3D, Naze32 et leurs déclinaisons, il faudra désormais compter avec le Snapdragon Flight. Il s’agit d’une centrale de vol complète basée sur le processeur Snapdragon 801 de Qualcomm. Il y a quoi au menu ? Un processeur quad-core Krait cadencé à 2,26 GHz, une unité graphique Adreno 330, un DSP Hexagon (qui prend en charge la plupart des fonctions de vol). Le tout ne vous dit peut-être rien, mais cette configuration est celle de smartphones haut de gamme. L’encombrement est limité puisque le Snapdragon Flight ne mesure que 5,8 x 4 cm.

Monstre de calculs

Aux composants de calcul s’ajoutent une double puce wifi, un module Bluetooth, et de quoi gérer un flux vidéo 4K, des fonctions de positionnement compatibles avec les satellites GPS américains, Glonass russes, Beidou chinois et Galileo européens, des outils pour la gestion des capteurs de pression, d’inertie, des caméras. qualcomm-snapdragon-flight-02A quoi sert cette débauche de puissance ? Les responsables de Qualcomm expliquent que le GPU (l’unité graphique) combinée au processeur principal permet un enregistrement vidéo 4K simultanément avec un encodage vidéo numérique en temps réel pour une diffusion au sol. On se prend à rêver de vols en immersion avec une latence minimale qui permette de piloter avec une grand réactivité… La puissance de calcul sera probablement mise au service de fonctions de reconnaissance des objets, indispensable pour de futures avancées dans l’évitement d’obstacles ou le suivi de sujets. Elle pourra probablement aussi gérer la stabilisation numérique de la vidéo, comme le fait déjà Parrot avec son Bebop.

Quand ? Combien ?

qualcomm-snapdragon-flight-03Le Snapdragon Flight est prévu pour une commercialisation au premier trimestre 2016, mais son prix n’a pas été dévoilé. Il sera fourni à quelques intégrateurs, avec son kit de développement. Qualcomm n’a pas encore précisé si le Snapdragon Flight sera disponible pour le grand public – comme le sont la quasi-totalité des contrôleurs de vol concurrents – ou s’il sera réservé aux intégrateurs. Rappelons que le Snapdragon Flight n’est pas sa première incursion dans le monde des drones, il avait déjà présenté le Snapdragon Cargo en janvier 2015 lors du salon CES à Las Vegas. Dans son communiqué de presse, Qualcomm indique que Yuneec sera l’un des premiers constructeurs à proposer des produits basés sur le Snapdragon Flight, dont un drone, début 2016. Une affirmation étonnante sachant que le fondeur Intel a annoncé très récemment avoir injecté 60 millions de dollars pour catalyser le développement de Yuneec. Car Intel et Qualcomm sont concurrents…

6 COMMENTAIRES

  1. Très bonne nouvelle même si…:
    bienvenu dans le monde pourri des fabricants de puces qui ne livrent qu’une partie de leur docs. Chez Qualcomm comme chez les autres vous aurez droits à la doc de la partie CPU (normal c’est de l’ARM classique), peut être du DSP, mais on va pouvoir se gratter pour le GPU comme d’habitude ! La carte tournera sous Linux (forte chance 🙂 donc le logiciel pourra être ouvert à tous comme les cc3d, naze32, px4 etc… ce qui est génial pour son évolution mais les fonctions vidéo ne seront pas ouvertes et resteront bridées voir inaccessibles en dehors des gens de Qualcomm ou autres partenaires qui auront payés le prix fort.

  2. ça promet ! reste plus qu’a lui brancher en amont un système de transmission vidéo haut-débit et bonjour le FPV haute définition 🙂

  3. Qui dit numérique, dit latence, même si ça s’améliore pas mal. Donc j’attends de voir pour le fpv. Pour la prise de vue, pk pas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.