Ce sera… Hawaï !

18
130

wdrc-2016-01Non, non, je ne vous parle pas de ma prochaine destination pour les vacances. Pourtant, j’adorerais ça. Hawaï, c’est le lieu choisi pour héberger le World Drone Racing Championship. Pour faire simple, c’est la suite logique des Drone Nationals, qui ont eu lieu le mois dernier à Sacramento aux Etats-Unis, avec une dotation de $25 000. Le 2016 World Drone Racing Championship est d’ores et déjà une marque déposée. La dotation ? Elle sera de… $100 000 ! C’est désormais une certitude, le FPV racing n’est plus une activité pratiquée par des illuminés lunettés et isolés, il s’agit désormais d’une discipline à part entière, qui parvient d’une part à générer l’intérêt des sponsors, d’autre part à susciter la curiosité et l’émerveillement du grand public. Les deux étant étroitement liés, bien sûr.

A l’américaine !

wdrc-2016-02La dotation est impressionnante, mais la durée de la compétition l’est tout autant : les WDRC vont durer 10 jours, du 9 au 18 septembre 2016. Les organisateurs prévoient la participation de 300 pilotes en provenance de la planète entière, qui vont s’affronter en 4 catégories : les classes 250, les classes 500, les ailes volantes et les missions d’urgence. Les premières compétitions, notamment celles organisées en France, ont montré une défaillance pour l’organisation d’événements grand format : le fait que les appareils en vol ne présentent pas beaucoup d’intérêt pour le public. Racers trop petits, avec un look trop semblable, vidéos à bord de faible qualité, absence de vols spectaculaires. La réponse, c’est cette classe 500 qui s’apparente aux 24 heures du Mans des racers, puisqu’elle verra les appareils s’affronter sur 50 tours ! Des engins plus imposants que les 250, qui seront probablement carénés pour afficher les sponsors, colorés pour « en jeter », équipés de caméras numériques capables de diffuser un signal vidéo en Full HD et en temps réel.

Toujours plus !

wdrc-2016-03Pour le public nord-américain, il faut impérativement ajouter un peu de démesure. La dotation, on l’a vu, sera à la hauteur. Mais il faut encore une pincée de vitesse, un zeste de bruit, et une caution « bonne conduite ». La vitesse, ce seront les épreuves de 250 en freestyle et les courses aux pylônes avec des ailes. Le bruit, ce seront les classes 500 dans leurs runs et les combats d’ailes volantes. La belle caution, ce seront des épreuves de recherche de surfeurs en difficulté et de livraison d’accessoires de première urgence. Est-ce que tout cela n’est pas un peu trop ? Il y a toujours matière à critiquer les excès, mais pour une fois que les drones sont au cœur d’un événement qui les présente sous un jour favorable, autant en profiter ! Oui, les $100 000 constituent une somme importante qui risque de professionnaliser la discipline plus vite que prévu. Tant mieux pour la poignée de pilotes qui feront partie des happy few à se hisser jusqu’aux finales. Peut-être pourront-ils espérer en vivre, c’est tout le mal que l’on peut leur souhaiter.

La part de rêve

wdrc-2016-04Pour tous les autres, les exploits des pilotes avant et pendant Hawaï feront tout simplement rêver, exactement comme pour les sports automobiles. Ce sera, on peut l’imaginer facilement, un catalyseur pour les ventes de multirotors et pour l’amélioration des technologies (ImmersionRC et son Race Band en est une première illustration, CrossFire de Team BlackSheep sera peut-être la suivante). Quelle sera la valeur de cette compétition, face à d’autres événements qui ne vont pas se priver de s’autoproclamer World Championship ? Quelle sera la place de la FAI, l’instance internationale qui chapeaute les compétitions de radiomodélisme ? Les réponses dans les mois à venir…

Aloha, il vous reste un peu de temps pour vous entrainer ! Le site officiel du 2016 World Drone Racing Championship se trouve ici

La part de rêve, vous disiez ?

(cliquez sur l’image, ne soyez pas timide)

wdrc-2016-05

18 COMMENTAIRES

  1. Peu importe la discipline, les babes sont toujours la. Je sais pas si c’est dégradant ou encourageant pour le fpv racing (un peu des deux je suppose).

    Le trajet/hébergement est pris en charge? parce-que je sais pas si les 300 pilotes ont des sponsors ou les moyens d’aller la bas.

  2. FAI (Fédération Aéronautique Internationale), pas FIA (Fédération Internationale Automobile) ;o)

    Pour le reste… Ca laisse rêveur, voire dubitatif…

  3. Pour les classes 500, je suis plus que dubitatif. Des terrains bcp plus grands, d’énormes distances de sécurité à respecter, et au final, des machines toutes aussi éloignées visuellement. 50 tours de circuits, mais comment réaliser cette prouesse? Avec quels moyens vidéo?

  4. @Lauphagui : C’est en France qu’on a des distances de sécurité draconiennes. Aux Etats-Unis, c’est beaucoup plus light. Pour les 50 tours de circuit, l’idée est d’avoir des pitstops pour changer de batterie ! Et pour la vidéo, c’est du Lightbridge / Amimon Connex qui est envisagé, donc du numérique en Full HD avec peu de latence et une longue portée. Pas pour piloter, juste pour le retour vidéo et le show…

  5. Et donc…ce sera un délire americain, fait par des americains, pour des americains. Un grand classique, en somme…

  6. @Lauphagui : ah ben oui, clairement… Le truc, c’est que les Australiens pourront sans doute suivre, d’autres pays aussi. C’est en Europe que ça va être plus difficile…

  7. La grosse différence qui éxiste entre un évènement américain et le même en France, c’est l’état d’esprit…

    Le fpv à la française : on se fait plaisir entre “geeks” autorisés et le public tu le relègues en arrière plan…Et la vidéo, ça sert à rien et ça coûte trop cher ???

    Les ricains,eux,le show avant tout (vive le sponsoring !) et de la “babe” en maillot de bain à profusion…Du fpv racing sur grand écran (avec sûrement un “live” multi rediffusé par un câblo-opérateur) avec le top du matos haut de gamme…Et pour attirer le client, une belle prime à gagner en dollars !!!

    Trait d’humour sur ce site : “Vont-ils respecter les règles de sécurité ????”

    y a pas à dire les gars, continuez a faire mumuse autour des arbres…Là, vous êtes au Top Niveau.

  8. Assez d’accord avec Planchon, suffit de voir en sports automobile avec la F1/indycar… en Indy, on peut toucher les pilotes et leurs bolides, les approcher, leur parler etc… en F1 C’est a peine si on peut photographier les voitures, les pilotes sont sur leur planete etc… alors bien sur c’est avant tout du show, mais quand c’est assumé ça ne me dérange pas du tout… (cf le catch ou le monster truck ou encore les x games…)

  9. Et bien il va falloir s’entrainer dur pour pouvoir espérer être du voyage !!!
    Une chose de sur ça bouge et c’est pas plus mal.

    Pour la catégorie 500 je trouve ça limite too much (on sort un peu de la catégorie mini racer).
    Mais bon au final pour le show et même pour les pilotes (ça doit envoyer méchant une machnie de cette taille prévue pour la race) je pense que ça promet du bon !!!
    Par contre les crashs vont être sacrément impressionnants …

  10. La catégorie 500, ça permet d’avoir un peu plus de sensationnel. D’embarquer du meilleur matos pour envoyer une meilleure vidéo sans que le poids du matos ne s’en ressente de trop. Bientôt la catégorie 1000 pour encore plus de spectacle ?

  11. Bah je vous fiche mon billet que c’est encore les Ricains qui rafleront la mise concernant la croissance exponentielle du drone de loisir. Pendant que nous on est dubitatif et qu’on mets des règles et des “oui mais bon” à tout va, eux ils avançent.

LAISSER UN COMMENTAIRE