Hexo+, premières impressions

22
1726

La sécurité ?

L’appareil est-il doté de fonctions de détection des obstacles ? « Non », explique le PDG de Squadrone System. « C’est un choix. Les technologies de détection ne sont pas encore suffisamment matures pour être montées à bord d’un multirotor comme le nôtre. Mais, bien évidemment, on étudie attentivement tout ce qui se fait dans le domaine ». Eva Pagneux, responsable produit, précise que « l’application sur smartphone permet gérer les actions de l’Hexo+, mais elle se double d’un outil pédagogique destiné à inculquer aux utilisateurs les bases de la sécurité avec un drone. Nos premiers clients, ceux du kit DIY, sont des passionnés qui connaissent la règlementation. Dsc_0141-600Mais lorsque l’appareil sera disponible pour le grand public, nous devrons redoubler d’efforts pour promouvoir l’éducation des utilisateurs ». Antoine Level ajoute : « nous allons inclure des écrans d’explications sur la sécurité qui devront être vus avant de décoller ». Vincent Padiolleau montre une radio Taranis : « l’Hexo+ est vendu sans radiocommande ni récepteur, mais le contrôleur de vol est prêt à en recevoir un en option. En cas d’urgence, la radiocommande prend le dessus sur la liaison avec le smartphone ». Et il ajoute que « c’est l’un des multirotors les plus agréables qu’il m’ait été donné de faire voler à ce jour. Nous avons réussi un travail d’intégration qui a porté ses fruits. Par exemple, il nous a fallu du temps et beaucoup d’essais pour parvenir à protéger le capteur barométrique des variations de température et d’humidité, qui rendaient le maintien de l’altitude très capricieux ».

Sports…

Dsc_0206-600Parmi les membres fondateurs de Hexo+, on trouve Xavier De Le Rue. Ce sportif de haut niveau, plusieurs fois champion de snowboard cross et de snowboard freeride, vit une partie de l’année à Verbier dans le Valais pour son domaine skiable, l’autre partie à Hossegor dans le sud-ouest pour ses vagues. Il est réalisateur de films sur les sports et l’aventure, notamment via Timeline Missions, une société dans laquelle on trouve aussi Matthieu Giraud. « L’Hexo+ est destiné à des pratiquants d’activités sur le terrain qui ne laissent pas la place aux manipulations sans fin », nous a expliqué Xavier De La Rue avant d’enfourcher un mountain bike pour dévaler un parcours du domaine de Verbier. Comment l’Hexo+ peut-il se différencier d’autres projets « Follow-me » comme ceux d’Airdog ou de 3Drobotics ? Xavier De La Rue explique avoir passé beaucoup de temps avec toute l’équipe de Squadrone System et de sportifs à essayer, tester, et tester encore. « Nous avons fait en sorte que l’application soit très simple à manipuler, avec des icônes et des représentations graphiques des mouvements de caméras. Il fallait que les commandes soient accessibles en un minimum de clics ».

Et capitalisation…

HEXO+ app Camera-MovementEn juin 2015, Hexo+ a profité d’un investissement de 3 millions de dollars par Living Water Investment Corp, pour une capitalisation totale de 5 millions. Pas mal pour la startup française qui dispose de quoi assurer le développement de l’Hexo+. Et de réussir à imposer l’appareil parmi les sportifs. Téléverbier, en Suisse, devrait être cet hiver 2015-2016 le premier domaine skiable au monde à se doter de multirotors accessibles aux clients pour filmer leurs descentes.

L’Hexo+ en vol…

Voler avec un smartphone, ce n’est pas mon habitude. Je suis de l’ancienne école, celle qui ne se sent en confiance qu’avec une radiocommande grand format. C’est donc avec un peu d’appréhension que j’ai fait décoller un prototype d’Hexo+ au bord du vide, en montagne. Le premier constat, c’est que le comportement de l’appareil est sain. Il se maintient automatiquement même lorsque le vent souffle en rafales, de 5 à 20 km/h ce jour-là. Les commandes prédéterminées fonctionnent bien, l’Hexo+ n’a montré aucun signe de faiblesse. Son atterrissage, totalement automatisé, termine parfois en culbute… mais c’était lors de posés dans l’herbe et en pente. Un challenge même pour un bon pilote.

Le plus impressionnant ?

Dsc_0020-600Certaines figures, comme le 360° avec maintien du focus, ne sont accessibles qu’à des pilotes très expérimentés… et dans des conditions de vol optimales. Perché sur une arête au bord du vide, avec un peu de vent, il est tout de même très rassurant de voir l’Hexo+ se débrouiller tout seul… Idem, le suivi d’un cycliste sur un parcours de mountain bike est une véritable épreuve pour un pilote expérimenté. L’Hexo+ s’en sort tout seul. Le contrôle avec un smartphone ? Autant je ne suis pas fan du tout, mais alors pas du tout, du pilotage avec un smartphone, autant j’ai été bluffé par le résultat. Notamment par le fait qu’il suffise d’intervenir au début de chaque ordre, puis de laisser la machine se débrouiller. Et de n’intervenir à nouveau que pour lui donner un autre ordre, ou l’arrêter et lui demander de se poser. La force de l’Hexo+ ? Je ne l’ai compris qu’en passant un peu de temps avec lui : ce n’est pas un multirotor piloté par un smartphone, c’est un caméraman à qui on donne ses ordres avec l’aide du smartphone. Ce qui fait toute la différence.

Les critiques ?

Dsc_0144-600Tout n’est pas parfait, évidemment. La nacelle stabilisée, une G3D de Walkera (la G2D des premiers prototypes a été abandonnée), ne parvient pas toujours à offrir une image totalement exempte de secousses ou d’à-coups. Il faudra sans doute encore quelques réglages pour adoucir le vol de l’Hexo+. Il suffirait d’un peu plus de souplesse dans les mouvements de caméra pour que les images puissent venir enrichir un montage professionnel. Dans la première vidéo, vous constaterez la différence entre un Follow-me nerveux (dans les premières images) et doux (lorsque Xavier De Le Rue remonte la pente en courant). Il manque aussi quelques figures préprogrammées, comme un décollage vertical avec la caméra pointée vers le sol. Si la demande des utilisateurs exprime ce besoin, l’équipe promet de l’inclure. Et de faire mieux d’ailleurs, en permettant la réalisation de scénarios de vol et de prises de vues, qui seront partagés avec la communauté. Dsc_0225-600L’Hexo+ n’échappe pas au souci majeur des multirotors : l’autonomie garantie est de 12 minutes, elle peut monter à une quinzaine de minutes dans des conditions optimales. C’est peu, surtout quand on doit attendre le bon moment avant de se lancer dans un run, à skis, à vélo, etc. Mais là encore, l’usage de l’Hexo+ est compatible : c’est une caméra que l’on dégaine au moment où on a besoin de produire des images, pas une Gopro qui filme des heures de footage impossibles à derusher…

La suite ?

L’Hexo+ en version RTF, prête à décoller, devrait être prêt pour la prochaine saison de ski. Il est disponible en précommande sur le site Hexoplus.com, pour $1349. « La livraison est prévue à partir de septembre pour les backers de Kickstarter, les clients suivants seront livrés avant Noël » selon Matthieu Giraud. Puis l’appareil sera proposé en magasins début 2016. Rendez-vous à ce moment pour évaluer la version définitive de l’Hexo+ et, surtout, de son logiciel pour smartphones. Le challenge d’Hexo+ se trouve là, dans ce logiciel qui doit assurer à la fois le vol, les prises de vues, et la sécurité. La première prise de contact, en tous cas, s’est révélée très impressionnante. Et pourtant, le moins que je puisse dire, c’est que je n’étais pas convaincu…

Des vidéos

Quelques vols des prototypes de l’Hexo+ à Verbier, en Suisse (le gars en bleu, sur la gauche, qui risque sa vie à côté du vide pour faire des photos de l’extrêêêêême, c’est moi).

Une vidéo montrant les principales fonctions de l’Hexo+.

L’Hexo+ à la poursuite de mountain bikers sur le domaine de Téléverbier.

D’autres photos

Dsc_0122-600

Dsc_0120-600

Dsc_0125-600

Dsc_0129-600

Dsc_0134-600

Dsc_0135-600

Dsc_0139-600

>>>> La suite de la découverte de l’Hexo+ se trouve ici !

22 COMMENTAIRES

  1. Ben c’est exactement ce qu’il me faut moi je pilote parle que j’ai pas le choix et clairement je préférerait appuyer sur une touche et mon concentrer sur ce que je fais. Le problème c’est que tout les modélistes me disent que je suis un hérétique qu’un Multi ça ce pilote sinon c’est dangereux. Ouais mais un mauvais pilote c’est quant même plus dangereux qu’un Multi qui sait voler tout seul ! Moi je crois à fonds à ce type d’appareil pour demain, celui la ou l’airdog ou le solo. Bonne Nouvelle pour la loi aussi de toute façon elle peut pas lutter contre le progrès sinon elle se fait dépassé de partout ! Je suis impatient de voir la version finie parle que c’est un investissement quant meme…

  2. assez prometteur pour cette première version.
    reste beaucoup a faire !
    on voit bien que la seule possibilité de faire une camera volante de qualité est de passer en plus du GPS par un puissant traitement d image live, pour le cadrage, la stabilité voir éviter les obstacles.
    vu l’explosion de ce domaine dans l automobile, dans 5 ans on y sera avec les drones grand public, alors au boulot!

  3. Bravo aux concepteurs, leur Hexo+ tient bien la route, mais je crains que l’espace de jeu en montagne ou en mer soit vite saturé par des drones en orbite autour de leur maître. De la casse en perspective.

  4. La perche a selfie ultime en quelque sorte… impressionnant tout de même. Chapeau aux concepteurs…

  5. On peut en savoir plus sur les specs de l’engin?
    Taille, masse, moteurs, hélices (APC visiblement, mais la taille), le système embarqué, le code qui a servi de base etc?

    merci

  6. Impressionnant !

    Moins cher qu’un Phantom 3 (oui, je sais, on ne devrait même pas établir de comparaison…).

    Une chose sympa : Squadrone System (FR) est à 11mn de chez moi… à pieds (Grenoble) ! Vous cherchez à élargir votre team 😉

    —-

    Peut-être ais-je mal compris mais peut-il rester à la vertical du sportif (admettons que ce dernier fasse une pause) pour effectuer une prise de vue pure-verticale (type selfie-dronie) ???

    Si oui,
    doit-on lui donner l’ordre de positionnement au préalable (via smartphone) ou peut-il détecter tout seul l’arrêt provisoire du sportif et se positionner seul à sa verticale ?

  7. Aujourd’hui chez les plus jeunes, la perche à selfies est devenue incontournable… Fun, ridicule, encombrante?

    Je me demande quel avenir ont nos drones quand chacun aura un gros insecte au dessus de la tête…

    La lois ne va certes pas s’assouplir…

  8. Belle machine. Je serais curieux de comprendre pourquoi le code du Pixhawk, Arducopter, a du être réécrit.
    Comme il est fait mention de Parrot dans ce billet, je me demande toujours pourquoi le BeBop ne dispose pas d’une fonction follow me… Le hardware est là (GPS dans le BeBop, GPS dans le smartphone ou tablette), alors pourquoi ? Cela ferait un petit drone léger et transportable à bas prix pour du follow me en vacances.

  9. Vivement la livraison 🙂 La petite déception vient de la nacelle 2D présentée au départ comme une bonne solution mais finalement visiblement pas au niveau des attentes (j’ai d’ailleurs “upgradé” ma commande). La bonne nouvelle c’est que les craintes des plus sceptiques semblent infondées ( https://www.helicomicro.com/nouveau-sondage-2/ ).

    Vivement Septembre (euh non quand même pas…) ! Pas pour faire des selfies (sans intérêt) mais juste pour permettre aux amateurs de s’amuser à faire leur propre film avec des moyens qui se rapprochent de ceux des pros. Cette aventure Hexo+ est passionnante. Merci à Helico Micro pour cette découverte déjà ancienne 😉

  10. Après un nouveau report de livraison j’ai pu enfin prendre en main mon drone début décembre. L’objet est assez bluffant (mais c’est mon premier drone) mais la société Squadrone Systeme est très décevante. Certaines fonctions prévues sont absentes et quand le forum s’en fait l’écho alors plus personne ne répond… Coté pièces détachées elles sont en vente depuis quelques semaines mais après commande plus d’info et il semble y avoir un problème de disponibilité. Coté politique commerciale j’ai aussi plein de griefs, mais bon on va laisser à leur équipe le temps de corriger le tir avant d’être encore plus critique… Espérons que tout cela n’est du qu’à une période de rodage.

  11. Bonjour

    Commander depuis le mois de octobre 2015 est toujours pas de nouvelles sur la livraison pas sérieux

  12. Il suffit de jeter un œil sur le forum Hexo+ pour se rendre compte du naufrage en cours. Pour ma part, j’attends toujours depuis mi-décembre mes hélices (mais ne pas voler m’évite surement des soucis cependant). Coté communication c’est le désert… Avec certes un reportage sur la TV Française lors du salon de Vegas mais une communication en direction des backers quasi inexistante et fuyant systématiquement les problèmes. J’ai honte pour eux et pour l’image donnée de la technologie française et du service client. Une caricature cette histoire 🙁

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.