FT956, le test

22
820

Dsc_0127-600Pas d’indication de constructeur, ce produit est vendu selon sa seule référence : FT956. Il s’agit d’un émetteur vidéo en 5,8 GHz dont la particularité principale se révèle très intéressante en France, et d’ailleurs un peu partout en Europe : il est capable de moduler sa puissance d’émission. Du 25 mW autorisé jusqu’au 800 mW pas du tout légal ! Notez que le FT956 nous a été donné par la boutique HobbyGaGa. Comme à l’habitude, dites-nous si vous pensez que la pratique a influencé notre jugement.

Tour du propriétaire

Le FT956 se présente sous la forme d’un petit boîtier en métal 50,5 x 37,1 x 1,75 cm hors prise antenne. Le poids est de 41,1 grammes nu. A cela s’ajoutent les 3,4 grammes d’un câble d’alimentation et de connexion à une Gopro 3 et les 7,7 grammes d’une antenne bâton. Soit 52,2 grammes en tout. Le connecteur d’antenne est de type SMA. Sur la façade avant, on trouve un petit écran LCD et deux boutons de contrôle. Il y a aussi un évent qui ressemble à un haut-parleur. C’est en fait une aération, qui se prolonge d’ailleurs sur les côtés. Dsc_0129-600Sur l’avant de l’appareil, on trouve une prise pour y enficher le connecteur principal à 4 broches.

Les connecteurs ?

Il y en a deux qui sont livrés dans la boîte. Le premier est en fait un câble complet prêt à l’usage : il comporte une prise USB pour Gopro 3 et 4 (mais pas Gopro 2 ni les caméras sportives concurrentes) ainsi qu’un connecteur d’alimentation JST BEC rouge. Le second est dénudé à ses extrémités. Le fil rouge est l’alimentation, qui peut varier entre 6 et 25V, le noir est la masse, le blanc est le signal vidéo, le jaune est le signal audio. Les indications imprimées sur le boîtier ne sont pas exactes : le blanc est le signal audio et le jaune est le signal vidéo. Il fallait s’y attendre, le manuel reproduit la même erreur de couleur (merci à Sébastien pour avoir relevé le problème !). Fort heureusement, le câble Gopro 3 fourni fonctionne correctement. A vous de réaliser un montage avec soudures pour correspondre à votre caméra et votre alimentation. Pour alimenter le FT956, il vous faut une batterie entre 2S (7,4V) et 6S (22,2V). Un bon point puisqu’il est du coup possible de monter cet émetteur sur de nombreux multirotors du marché.

Essai avec une Gopro 3

Dsc_0142-600Le premier réflexe, avec un émetteur vidéo, consiste toujours à s’assurer que l’antenne est bien branchée. L’oublier, c’est s’exposer à une surchauffe très rapide menant une petite fumée, une odeur de plastique brûlé et… un émetteur sans vie. Un modèle bâton, avec une articulation à la base, est livré dans la boîte. Libre à vous d’en changer pour un modèle plus efficace, comme une Pinwheel, une champigon… Une fois le câble branché sur la prise USB de la Gopro 3 et la batterie branchée, le FT956 s’allume… et on le sait. Car un ventilateur se met en route, et il fait un sacré bruit. L’écran LCD s’allume en vert en affichant le canal et la fréquence exacte en MHz. Appuyer sur le bouton de droite permet de changer de canal parmi les 8 disponibles dans la plage de fréquences. Appuyer sur le bouton gauche permet de changer de plage de fréquences parmi les 4 disponibles. Ce qui fait 32 possibilités de réglages, permettant de couvrir l’intégralité des fréquences vidéo disponibles en 5,8 GHz.

Changement de puissance

Dsc_0151-600Par défaut, l’émetteur diffuse avec les réglages à 25 mW, soit en conformité avec les réglementations françaises et européennes. La portée ? Environ 100 mètres sans perturbation avec un récepteur simple à antenne bâton, avec un signal qui continue à être correct jusqu’à 150 mètres, puis souffre de parasites. Peut-on aller plus loin ? C’est le principe de cet appareil, que l’on peut « pousser » en puissance. Si on se trouve dans un pays où la pratique est autorisée, bien sûr. Avec une pression longue sur le bouton de gauche, 3 secondes au moins, on obtient l’affichage de la puissance d’émission. Une pression courte passe la valeur à 50, puis à 100, 200, 400, 500, 600 et 800 pour finalement revenir à 25. Vous avez donc le choix d’une puissance entre 25 et 800 mW. Intéressant ! La portée ? Elle augmente beaucoup, pour atteindre 400 mètres à 800 mW. Mais elle est très sujette à des parasites, surtout en restant près du sol. Et l’image a tendance à disparaître quand il y a un obstacle, un peu trop rapidement.

Tests de puissance

johnpwarren_antenna_and_radio_waves-1979pxNous nous sommes armés du Power Meter d’ImmersionRC pour réaliser les mesures de puissance réelle. Il a fallu y passer du temps : nous avons réalisé comme d’habitude deux mesures par réglage, sur les 4 plages, les 8 canaux, et les 8 puissances. Soit 2 x 4 x 8 x 8 mesures, un total de 512. Ce que nous avons zappé dans ce test : les mesures de débordement. Car pour chaque valeur, il aurait fallu parcourir les 32 canaux sur un récepteur à proximité. Soit 512 x 32 = 16 384 mesures. On y serait encore. Que disent les chiffres ? Comme toujours, la puissance réelle mesurée à la base de l’antenne varie beaucoup selon les plages et les canaux. Le document récapitulatif (avec les précédents émetteurs vidéo) se trouve ici.

Grosses variations

Dsc_0155-600Tout particulièrement sur plage 3, ou C (selon l’appellation utilisée par les marques) : entre les fréquences 4 et 5, il y a un rapport de puissance d’environ 2 sur les fortes puissances, mais de plus de 9 sur la plus faible (en 25 mW) avec à la clé un sérieux dépassement de puissance. Par exemple, en 25 mW, si vous émettez sur le canal 35, la puissance est de 18 mW. Mais si vous émettez sur le canal 34, elle est de… 175 mW ! Un peu beaucoup pour une valeur qui devrait restée cantonnée aux alentours de 25 mW. La valeur la plus faible, avec le réglage 25 mW, est 11 mW. La plus élevée est donc 175 mW… C’est le grand écart ! Autres constatations ? De 25 à 400 mW, la moyenne des puissances mesurées est supérieure à la promesse. Mais au-delà, elle est inférieure. En 500 mW, la moyenne est de 472 mW, en 600 mW elle est de 485 mW, et en 800 mW, elle est de 492 mW. Les 800 mW ne sont jamais atteints, sur aucun des canaux. A-t-on vraiment besoin de ces 800 mW ? A vrai dire, peu importe, on peut simplement regretter qu’ils ne soient pas disponibles alors qu’ils sont mis en avant dans les caractéristiques techniques.

Les conclusions ?

Dsc_0140-600La puissance varie selon le canal choisi. Ca, c’est une constante qui se vérifie sur tous les émetteurs vidéo 5,8 GHz pour lesquels nous avons mesuré la puissance en sortie. Mais avec le FT956, elle varie beaucoup plus que sur des émetteurs concurrents. Donc notre récapitulatif des mesures est un bon moyen de savoir ce que l’émetteur est en train de « balancer ». Car si vous choisissez par exemple une puissance de 100 mW dans les réglages, vous pouvez aussi bien obtenir 45 mW que 531, selon le canal ! Un rapport de plus de 1 à 10, qui influence évidemment la portée vidéo. La question que l’on peut se poser, en France et dans les pays qui limitent la puissance d’émission, c’est : « est-ce que ce produit a un intérêt pour respecter la loi selon le pays où on vole ? » La réponse est donc oui, mais… si on se fie uniquement au réglage affiché par le boitier, on peut dépasser de beaucoup la limite autorisée.

Mais encore…

Dsc_0143-600Posons la question autrement. « En cas de contrôle par les forces de l’ordre, l’appareil est-il en règle ? ». Nous n’avons pas la réponse. S’ils nous lisent, ils savent désormais que la puissance d’émission varie énormément selon le réglage de puissance ainsi que la fréquence. Mais soyons réalistes, il est peu probable qu’ils nous lisent et quand bien même, l’étude de ces mesures n’est pertinente que si on pinaille pour obtenir une portée optimale. Le principal est de pouvoir indiquer à qui veut bien l’entendre que l’appareil est utilisable en 25 mW « selon le constructeur ». Même si dans la pratique, les 25 mW ne sont pas respectés : la moyenne est de 43 mW…

Faut-il l’acheter ?

Dsc_0116-600Pour équiper un multirotor de grande taille, oui, pourquoi pas. L’appareil se comporte correctement et peut faire illusion avec un contrôle de la part des forces de l’ordre puisqu’il est vendu pour fonctionner en 25 mW à l’allumage. Il est notamment prévu pour être branché directement à une caméra Gopro 3 ou 4 : pratique ! Mais cet émetteur n’est pas du tout indiqué dans le cas de vols en immersion de type FPV racing ou low riding. Il est assez lourd, mais c’est surtout son ventilateur qui se révèle gênant : la force centrifuge qu’il produit n’est à l’évidence pas compatible avec un usage un peu sportif. Le risque est d’une part de fatiguer très rapidement le ventilateur et risquer la chauffe excessive, d’autre part de perturber le vol à cause de l’effet gyroscopique du ventilateur… Le prix du FT956 est inférieur à 60 € chez HobbyGaGa (hors port et taxes).

D’autres photos

Dsc_0133-600

Dsc_0132-600

Dsc_0119-600

Dsc_0125-600

Dsc_0137-600

Dsc_0138-600

Img_1801-600

Img_1803-600Dsc_0127-600Pas d’indication de constructeur, ce produit est vendu selon sa seule référence : FT956. Il s’agit d’un émetteur vidéo en 5,8 GHz dont la particularité principale se révèle très intéressante en France, et d’ailleurs un peu partout en Europe : il est capable de moduler sa puissance d’émission. Du 25 mW autorisé jusqu’au 800 mW pas du tout légal ! Notez que le FT956 nous a été donné par la boutique HobbyGaGa. Comme à l’habitude, dites-nous si vous pensez que la pratique a influencé notre jugement.

Tour du propriétaire

Le FT956 se présente sous la forme d’un petit boîtier en métal 50,5 x 37,1 x 1,75 cm hors prise antenne. Le poids est de 41,1 grammes nu. A cela s’ajoutent les 3,4 grammes d’un câble d’alimentation et de connexion à une Gopro 3 et les 7,7 grammes d’une antenne bâton. Soit 52,2 grammes en tout. Le connecteur d’antenne est de type SMA. Sur la façade avant, on trouve un petit écran LCD et deux boutons de contrôle. Il y a aussi un évent qui ressemble à un haut-parleur. C’est en fait une aération, qui se prolonge d’ailleurs sur les côtés. Dsc_0129-600Sur l’avant de l’appareil, on trouve une prise pour y enficher le connecteur principal à 4 broches.

Les connecteurs ?

Il y en a deux qui sont livrés dans la boîte. Le premier est en fait un câble complet prêt à l’usage : il comporte une prise USB pour Gopro 3 et 4 (mais pas Gopro 2 ni les caméras sportives concurrentes) ainsi qu’un connecteur d’alimentation JST BEC rouge. Le second est dénudé à ses extrémités. Le fil rouge est l’alimentation, qui peut varier entre 6 et 25V, le noir est la masse, le blanc est le signal vidéo, le jaune est le signal audio. Les indications imprimées sur le boîtier ne sont pas exactes : le blanc est le signal audio et le jaune est le signal vidéo. Il fallait s’y attendre, le manuel reproduit la même erreur de couleur (merci à Sébastien pour avoir relevé le problème !). Fort heureusement, le câble Gopro 3 fourni fonctionne correctement. A vous de réaliser un montage avec soudures pour correspondre à votre caméra et votre alimentation. Pour alimenter le FT956, il vous faut une batterie entre 2S (7,4V) et 6S (22,2V). Un bon point puisqu’il est du coup possible de monter cet émetteur sur de nombreux multirotors du marché.

Essai avec une Gopro 3

Dsc_0142-600Le premier réflexe, avec un émetteur vidéo, consiste toujours à s’assurer que l’antenne est bien branchée. L’oublier, c’est s’exposer à une surchauffe très rapide menant une petite fumée, une odeur de plastique brûlé et… un émetteur sans vie. Un modèle bâton, avec une articulation à la base, est livré dans la boîte. Libre à vous d’en changer pour un modèle plus efficace, comme une Pinwheel, une champigon… Une fois le câble branché sur la prise USB de la Gopro 3 et la batterie branchée, le FT956 s’allume… et on le sait. Car un ventilateur se met en route, et il fait un sacré bruit. L’écran LCD s’allume en vert en affichant le canal et la fréquence exacte en MHz. Appuyer sur le bouton de droite permet de changer de canal parmi les 8 disponibles dans la plage de fréquences. Appuyer sur le bouton gauche permet de changer de plage de fréquences parmi les 4 disponibles. Ce qui fait 32 possibilités de réglages, permettant de couvrir l’intégralité des fréquences vidéo disponibles en 5,8 GHz.

Changement de puissance

Dsc_0151-600Par défaut, l’émetteur diffuse avec les réglages à 25 mW, soit en conformité avec les réglementations françaises et européennes. La portée ? Environ 100 mètres sans perturbation avec un récepteur simple à antenne bâton, avec un signal qui continue à être correct jusqu’à 150 mètres, puis souffre de parasites. Peut-on aller plus loin ? C’est le principe de cet appareil, que l’on peut « pousser » en puissance. Si on se trouve dans un pays où la pratique est autorisée, bien sûr. Avec une pression longue sur le bouton de gauche, 3 secondes au moins, on obtient l’affichage de la puissance d’émission. Une pression courte passe la valeur à 50, puis à 100, 200, 400, 500, 600 et 800 pour finalement revenir à 25. Vous avez donc le choix d’une puissance entre 25 et 800 mW. Intéressant ! La portée ? Elle augmente beaucoup, pour atteindre 400 mètres à 800 mW. Mais elle est très sujette à des parasites, surtout en restant près du sol. Et l’image a tendance à disparaître quand il y a un obstacle, un peu trop rapidement.

Tests de puissance

johnpwarren_antenna_and_radio_waves-1979pxNous nous sommes armés du Power Meter d’ImmersionRC pour réaliser les mesures de puissance réelle. Il a fallu y passer du temps : nous avons réalisé comme d’habitude deux mesures par réglage, sur les 4 plages, les 8 canaux, et les 8 puissances. Soit 2 x 4 x 8 x 8 mesures, un total de 512. Ce que nous avons zappé dans ce test : les mesures de débordement. Car pour chaque valeur, il aurait fallu parcourir les 32 canaux sur un récepteur à proximité. Soit 512 x 32 = 16 384 mesures. On y serait encore. Que disent les chiffres ? Comme toujours, la puissance réelle mesurée à la base de l’antenne varie beaucoup selon les plages et les canaux. Le document récapitulatif (avec les précédents émetteurs vidéo) se trouve ici.

Grosses variations

Dsc_0155-600Tout particulièrement sur plage 3, ou C (selon l’appellation utilisée par les marques) : entre les fréquences 4 et 5, il y a un rapport de puissance d’environ 2 sur les fortes puissances, mais de plus de 9 sur la plus faible (en 25 mW) avec à la clé un sérieux dépassement de puissance. Par exemple, en 25 mW, si vous émettez sur le canal 35, la puissance est de 18 mW. Mais si vous émettez sur le canal 34, elle est de… 175 mW ! Un peu beaucoup pour une valeur qui devrait restée cantonnée aux alentours de 25 mW. La valeur la plus faible, avec le réglage 25 mW, est 11 mW. La plus élevée est donc 175 mW… C’est le grand écart ! Autres constatations ? De 25 à 400 mW, la moyenne des puissances mesurées est supérieure à la promesse. Mais au-delà, elle est inférieure. En 500 mW, la moyenne est de 472 mW, en 600 mW elle est de 485 mW, et en 800 mW, elle est de 492 mW. Les 800 mW ne sont jamais atteints, sur aucun des canaux. A-t-on vraiment besoin de ces 800 mW ? A vrai dire, peu importe, on peut simplement regretter qu’ils ne soient pas disponibles alors qu’ils sont mis en avant dans les caractéristiques techniques.

Les conclusions ?

Dsc_0140-600La puissance varie selon le canal choisi. Ca, c’est une constante qui se vérifie sur tous les émetteurs vidéo 5,8 GHz pour lesquels nous avons mesuré la puissance en sortie. Mais avec le FT956, elle varie beaucoup plus que sur des émetteurs concurrents. Donc notre récapitulatif des mesures est un bon moyen de savoir ce que l’émetteur est en train de « balancer ». Car si vous choisissez par exemple une puissance de 100 mW dans les réglages, vous pouvez aussi bien obtenir 45 mW que 531, selon le canal ! Un rapport de plus de 1 à 10, qui influence évidemment la portée vidéo. La question que l’on peut se poser, en France et dans les pays qui limitent la puissance d’émission, c’est : « est-ce que ce produit a un intérêt pour respecter la loi selon le pays où on vole ? » La réponse est donc oui, mais… si on se fie uniquement au réglage affiché par le boitier, on peut dépasser de beaucoup la limite autorisée.

Mais encore…

Dsc_0143-600Posons la question autrement. « En cas de contrôle par les forces de l’ordre, l’appareil est-il en règle ? ». Nous n’avons pas la réponse. S’ils nous lisent, ils savent désormais que la puissance d’émission varie énormément selon le réglage de puissance ainsi que la fréquence. Mais soyons réalistes, il est peu probable qu’ils nous lisent et quand bien même, l’étude de ces mesures n’est pertinente que si on pinaille pour obtenir une portée optimale. Le principal est de pouvoir indiquer à qui veut bien l’entendre que l’appareil est utilisable en 25 mW « selon le constructeur ». Même si dans la pratique, les 25 mW ne sont pas respectés : la moyenne est de 43 mW…

Faut-il l’acheter ?

Dsc_0116-600Pour équiper un multirotor de grande taille, oui, pourquoi pas. L’appareil se comporte correctement et peut faire illusion avec un contrôle de la part des forces de l’ordre puisqu’il est vendu pour fonctionner en 25 mW à l’allumage. Il est notamment prévu pour être branché directement à une caméra Gopro 3 ou 4 : pratique ! Mais cet émetteur n’est pas du tout indiqué dans le cas de vols en immersion de type FPV racing ou low riding. Il est assez lourd, mais c’est surtout son ventilateur qui se révèle gênant : la force centrifuge qu’il produit n’est à l’évidence pas compatible avec un usage un peu sportif. Le risque est d’une part de fatiguer très rapidement le ventilateur et risquer la chauffe excessive, d’autre part de perturber le vol à cause de l’effet gyroscopique du ventilateur… Le prix du FT956 est inférieur à 60 € chez HobbyGaGa (hors port et taxes).

D’autres photos

Dsc_0133-600

Dsc_0132-600

Dsc_0119-600

Dsc_0125-600

Dsc_0137-600

Dsc_0138-600

Img_1801-600

Img_1803-600

22 COMMENTAIRES

  1. Bonjour Fred, intéressant mais un peu lourd le bébé!

    Sinon, il y a une erreur, dans la 7eme partie (Grosses Variations) tu parles 2 fois du canal 35 du coup ce n’est pas très clair. 😉

  2. Pas de quoi;)

    En fait c’est toujours le cas, la fréquence la plus basse émet toujours plus que la fréquence la plus élevé. Dans les 35 fréquences c’est toujours celle-ci qui fonctionne le mieux (C4 ou 34 suivant les appellations) et ceci, en général, sur tous les émetteurs.

  3. Même pas. Ce sont des strip LED 3W de chez HK. C’est juste une inversion de couleur. Si on branche tel quel, ça marche.

  4. Juste pour info, j’ai utilisé pendant 10 minutes cet émetteur. Oui pas plus, car il s’est mis à fumer.
    Bonne tension, antenne bien connectée et puissance à 25mW.

  5. Non, on ne peut pas le louper celui-la, il tourne à la même vitesse quelle que soit la puissance.
    Les chinois m’en envoient un nouveau, j’espere qu’il durera plus longtemps.

  6. C’est le modèle “gain se barre” 😀 (pas cher mais vraiment pas durable). “HobbyCaCa vous remercie pour votre achat. Chez nous, tout ce qui est acheté est à jeter” 😀

  7. Nino, c’est une très classique Lipo 2S 7,4V 15C de 850 mAh. La marque est EasyModel, mais il y a des tas de concurrentes…

  8. Salut tout le monde,
    Voilà, j’ai un blade 200 qx avec lequel je commence à prendre bien du niveau. Le but est bien sûre de lui installer tout le matos pour faire du FPV EN FRANCE principalement. Quand j’ai vu ce poste sur un émetteur réglable et qui peut fonctionner en 25 mW, je me suis dit super, enfin un poste sur un émetteur utilisable en France, malheureusement, il n’a pas l’air adapté pour du vol en immersion, oh déception! Bref, tout ça pour dire qu’il y a beaucoup de test d’émetteur ou de caméra/émetteur qui ont l’air génial mais qui sont en 200 mW donc inutilisable en France et aucun test sur des émetteurs à 25 mW pour du FPV. Ne disposant pas encore de jet privé pour aller faire du drone à l’étrangé quand je veux (ça viendra sans doute 😉 , je pense qu’il serait intéressant pour moi et sans doute pour beaucoup d’autres, de faire un post sur un ou plusieurs émetteurs 25 mW et comment l’optimiser à fond: genre comment choisir les antennes ou autre combine que je ne connais pas…encore 🙂

  9. Toutes mes excuses, je me suis planté sur ce coup. En me baladant, j’ai vu des articles intéressants à ce sujet. Queqlque chose me chiffonne tout de même. Je compte prendre le Flysight TX58CE dont tu as fait une bonne critique Fred. Mais par contre, tu dis bien que au moindre obstacle entre le drone et ton récepteur, tu perds le signal. Est-ce que il est possible d’améliorer ça? Sans forcément avoir un traqueur d’antenne mais avec les antennes qui vont bien et un récepteur diversity. Pour être clair, est-ce qu’il est possible de voler en sous-bois avec un émetteur 25 mW optimiser ou est-ce que je peux tout de suite oublier?
    Ps: désolé pour le message d’avant, ce site est décidément parfaitement complet!!

  10. tu penses vraiment que le ventilo peut entraîner un effet gyroscopique? Je n y avais pas pensé. Je compte tester cet émetteur sur mon j Pay spider. Le poids ne sera pas un probleme mais l effet gyro ça me perturbe. Ça me fait peuuuuuuur..
    Sérieux c est possible. T as testé en vol?

  11. @Fredouillo : Oui, j’ai essayé en vol. Je pense que l’effet gyroscopique n’a pas d’incidence sur le vol de la machine, sauf peut-être sur un appareil dont le contrôleur de vol est sensible. Pas un racer, mais un multi pour les prises de vues. En revanche, je suis persuadé que l’effet gyroscopique n’est pas bon pour le ventilateur lui-même sur une machine nerveuse. Genre un racer. Le couinement du ventilo quand tu appuies un peu sur le boîtier n’est pas rassurant, d’autant que ça me le fait aussi si je le secoue. L’autre truc gênant, ce sont les mesures de puissance qui ne sont pas conformes à ce qui est annoncé par le constructeur. Dommage, l’idée d’un émetteur à puissance variable est juste excellente !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.