Flairics Journalist

16
255

flairics1La société allemande Flairics s’est spécialisée dans le développement de multirotors prévus pour des usages spécifiques. La base est commune à tous les projets, mais les appareils sont modifiés pour être adaptés aux particularités de chaque usage. Le modèle « Journalist » fonctionne sur ce principe.

Pour le terrain

Les caractéristiques retenues pour qu’un multirotor soit capable d’accompagner un reporter sur le terrain sont la capacité à être plié pour faciliter le transport et à disposer de protections d’hélices pour éviter les incidents et ne pas être obligé de transporter une valise d’hélices neuves. flairics-journalist-09L’appareil est bien sûr doté d’une caméra pour shooter depuis les airs, en photo et en vidéo. Pour que les images soient exploitables, le Journalist est équipé d’une nacelle stabilisée. Et conçu de telle manière que la structure de l’appareil, pieds et protections d’hélices y compris, n’apparaissent jamais dans le champ.

Les fonctions

Le mécanisme pliant ne requiert pas de vis ou d’écrous, il a été pensé pour que le blocage des bras des moteurs soit facile, tout en évitant que l’appareil ne puisse se replier en vol sous l’effet des contraintes de pression. La nacelle stabilisée avec des moteurs brushless permet de positionner la caméra à l’horizontale et de l’orienter à distance jusqu’à la verticale. Elle est prévue pour accueillir des appareils de type NEX 7 de Sony. flairics-journalist-15Les supports des moteurs ont été renforcés pour limiter les risques de casse dans le cas d’un usage un peu chaotique – sachant que les conditions de vol sur un reportage risquent fort de ne pas être idéales. Des LED de forte puissance permettent de bien visualiser l’appareil dans l’espace pour éviter les erreurs d’appréciation pendant le pilotage. Tout comme le mécanisme pliable, la nacelle et la batterie peuvent être installés sans outil. Il y a possibilité de choisir la position de la batterie pour optimiser le centre de gravité selon l’équipement embarqué sur le Journalist. Le contrôleur de vol est un Pixhawk qui prend en charge la stabilité de l’appareil, la gestion du GPS et de la télémétrie, le retour automatique au point de départ, la navigation automatique par points de passage, le Follow me. Pour un reporter sur le terrain, il peut donc être programmé pour se positionner à une hauteur définie et rester en stationnaire pour filmer. Ou partir filmer en indiquant la zone à atteindre sur une carte. flairics-journalist-13Les concepteurs indiquent que toutes les données du vol sont stockées sur une carte microSD, faisant office de boîte noire.

Les caractéristiques

Déplié, le Journalist mesure 84,5 x 84,5 x 17,5 cm. Replié, il ne mesure plus que 84,5 x 21 x 45,5 cm, des dimensions qui permettent de le placer dans un sac de sport. Il est principalement fait en fibre de carbone et en plastiques, avec des moteurs brushless de 740KV qui animent des hélices de 30,5 cm de diamètre. Le poids à vide est de 2,2 kilos, avec un poids total au décollage qui peut atteindre 4,7 kilos. Le vol a une autonomie de 15 minutes environ, selon l’équipement embarqué, avec une batterie Lipo 5S de 8000 mAh. La machine fonctionne entre -20 et 40°, jusqu’à une altitude de 3900 mètres. Pas de prix ni de disponibilité pour l’instant, mais vous pouvez suivre le développement du Journalist sur le site de Flairics, ici.

La vidéo officielle

D’autres photos

flairics-journalist-15

flairics-journalist-14

flairics-journalist-12

flairics-journalist-11

flairics-journalist-10

flairics-journalist-08

flairics-journalist-06

flairics-journalist-05

flairics-journalist-04

flairics-journalist-02

flairics-journalist-03

flairics-journalist-01

flairics-journalist-02

16 COMMENTAIRES

  1. c’est alléchant, mais je ne vois pas de parachutes ou gps pour le retrouver, or 4 moteurs, c’est peu…. en cas de panne de l’un d’entre eux….

  2. Salut j ai remarqué qu il y avait un peu d air dans ma batterie qui ne m’a servit que 2 3 fois , ce n’est pas grave ? Est ce dût au forte chaleur ?

  3. ça a l’air d’être du solide en tous cas (résiste même aux impacts de balles et autres chocs violents apparemment) et le tripale a la meilleure répartition de puissance pour un contrôle total de l’appareil…Pas d’écrou donc gain en rigidité certain…Encore une fois, le seul défaut c’est l’autonomie bien trop courte pour faire le mariole sur la bande de gaza…Minimum 30 à 40 minutes pour du reportage sur le vif ! N’importe quel journaliste reporter de guerre sait qu’il n’a que quelques brèves minutes de tournage sur un site dangereux, le reste c’est s’éloigner le plus rapidement du site ou alors de très vite servir de cible pour terminer dans un sac poubelle….Dans ma règle générale, pour 2 minutes de tournage sur un site dangereux en drone, il vaudrait tout de même mieux être relativement éloigné de plusieurs kilomètres et si possible dans un véhicule en mouvement (pour éviter le repèrage du signal et la fameuse roquette de “bienvenue”)…Pour moi c’est jouable, mais là, il faut être un très très bon pilote car les radars militaires actuels (si si allez demander aux militaires français) localisent depuis peu facilement ce type d’engin même à basse altitude (même avec une équipe de bras cassés aux commandes contrairement à ce que l’on entend dans les médias ???).Les batteries modernes de missile se mettent en acquisition en moins de 5 minutes même pour un avion à 10.000 mètres d’altitude malheureusement…Alors qu’un simple” Stinger,” c’est quelques secondes mais la source de chaleur dans ce cas précis ne sera pas suffisante ???Donc que du vol au ras des paquerettes pour notre droniste reporter et donc de multiples obstacles à éviter pour se faufiler dans la nature à fonds les ballons…Personnellement, ça serait intéressant de voir une simulation grandeur réelle de ce type d’intervention !!!…Peut-être une idée de promo originale pour le fabricant de mettre en situation son engin dans un futur clip vidéo réaliste ! Après tout, actuellement ce n’est pas les conflits et autres lieux de tension qui manquent sur cette planète en ce moment !!!??….

  4. C’est le symptôme de la batterie qui a eu chaud:
    Elle n’arrive pas/plus à fournir assez d’intensité soit par mauvais choix de celle ci, soit par vieillesse…

  5. 30C X 2200mAh soit 30X2,2=66
    Ta batterie est capable de fournir 66 Ampères en continu.

    A toi de voir les conditions de vol quand cela s’est passé, mais bon, très très légèrement gonflée, de ce temps ci c’est un peu normal. Fort gonflée c’est moins bon 😉

  6. En amateur j’ai bricolé un truc de la même catégorie, le Z800.

    495x320x100 plié, 800mm déplié, il est dispo en quadri ou octo (ultra rigide, bras de 25mm)
    – pieds pliables à verrou automatique intégré
    – 2 rack alu de fixation/refroidissement des ESC
    – véritable nacelle entièrement sur roulements (les portes a faux moteurs c’est réaliste sur une Gopro ou une Mobius mais surement pas sur un APN de 500gr)
    – Cage carbone de protection de l’APN
    – véritable réflection sur l’amortissement de la nacelle

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.