Blade 200QX, le test (1)

73
2136

Dsc_0017-600Attention, multirotor d’exception en vue ! On ne va pas vous faire le coup d’attendre jusqu’à la fin de cette chronique pour donner notre impression… Ce tout nouveau et tout petit Blade 200QX est un petit bonheur ! Notez que l’appareil nous a été prêté par la boutique en ligne Arcadrone. Comme à l’accoutumée, n’hésitez pas à nous dire si vous pensez que le test a été influencé par ce prêt…

Tour du propriétaire

A l’ouverture de la boîte du Blade 200QX de Horizon Hobby, c’est la taille minuscule de l’appareil qui surprend. Surtout si vous avez expérimenté son grand frère, le modèle Blade 350QX. Sans ses hélices, il mesure 16,5 cm de largeur, 17,3 cm de longueur et 9,5 cm de hauteur. Les hélices mesurent 10,2 cm de longueur. Elles aussi se révèlent toutes petites ! Et le poids ? 149,9 grammes sans la batterie. En ordre de vol, c’est-à-dire avec la batterie, l’appareil pèse 193,3 grammes. Le format du Blade 200QX est inédit : il est plus imposant qu’un Ladybird de Walkera ou un X4 de Hubsan, mais moins qu’un RC Eye One Xtreme de RC Logger ou un Alias de LaTrax. Dsc_0025-600L’appareil reprend à son compte le look du Blade 350QX, avec ses pieds arqués, sa coque aux formes anguleuses et ses supports moteurs prévus pour laisser la chaleur s’évacuer. Mais la coque blanche « à la Phantom de DJI » du Blade 350QX a laissé la place à une matière plastique blanche translucide. Un look assez déconcertant, à vrai dire, puisqu’on aperçoit un peu des entrailles de l’appareil au travers de la coque. Mais la prise en mains de l’appareil est rassurante : la finition se révèle excellente. Les moteurs sont des modèles brushless, de 3000Kv, qui devraient assurer une durée de vie assez longue.

Avant de décoller

Le Blade 200QX est pour l’instant vendu en version BNF (Bind aNd Fly) uniquement. Cela signifie que vous devez disposer d’une radiocommande compatible avec la norme Spektrum DSM. La liste est longue, depuis la radiocommande MLP4DSM de type « joystick de console de jeu » jusqu’à DX18 hérissée de boutons et d’interrupteurs. Toutes les radiocommandes ne sont pas égales : certaines offrent un accès à toutes les fonctions du Blade 200QX, d’autres une partie seulement. Pour tout savoir, le plus simple est de télécharger le manuel de l’appareil (ici par exemple) et d’y consulter la compatibilité des radiocommandes. DSC_0054a-600Pour notre part, les essais ont été conduits avec une Devo 8S de Walkera flashée avec le firmware alternatif DeviationTX. Du côté du Blade 200QX, il faut recharger la batterie, une 7,4V 800 mAh 2S 20C. L’opération repose sur un chargeur à brancher sur le secteur, avec l’aide d’un câble adaptateur (livré). Elle prend 1 heure et 10 minutes pour une charge complète. Il faut retirer la trappe sous l’appareil pour y glisser la batterie. Pas de souci, il y a de la place, elle entre sans forcer. La prise d’équilibrage est un peu casse-pieds à caser, mais le câble d’alimentation ne bloque pas la fermeture de la trappe. Ensuite ? Il suffit d’appairer la radiocommande avec le Blade 200QX (une fois pour toutes), selon la méthode propre à la radiocommande. Petit souci pour nous : la MLP4DSM n’a pas daigné reconnaitre l’appareil. Aucun problème avec une LP6DSM ni avec la Devo 8S (DeviationTX), en revanche. Lorsque la diode bleue arrête de clignoter et passe au vert fixe, vous êtes prêt à décoller ! Notez que des diodes s’allument à l’intérieur des bras, visibles par transparence. Une fois de plus, le choix du constructeur est étonnant : les diodes rouges matérialisent l’avant, les diodes vertes l’arrière. Dsc_0066-600Une disposition qui n’est pas en phase avec les règles de l’aéronautique, ni avec celles de la route. Mais l’avantage de ces diodes, c’est qu’elles sont bien visibles lorsque la lumière est faible, dans un gymnase ou par temps couvert. En plein soleil, en revanche, on ne les voit pas…

Premier décollage

Pour démarrer les moteurs, il faut faire « loucher » les joysticks de la radiocommande vers le bas sur la LP6DSM. Sur la Devo 8S, c’est beaucoup plus simple : un interrupteur permet de lancer les moteurs. Si la diode principale est allumée en vert, vous êtes en mode Stabilité à angle faible. C’est-à-dire le plus « pépère ». Il est possible de passer en mode Agilité à angle élevé, la diode passe alors au bleu. Enfin, il existe un troisième mode, Agilité, qui permet de se frotter à la voltige. La diode, dans ce mode, est rouge. Dsc_0049-600Notez que les passionnés du 200 QX ont rebaptisé le mode Agilité à angle élevé en « Stagilité ». Soit le juste milieu entre Stabilité et Agilité. Pas bête, et nous allons l’employer, du coup ! Il est également possible de régler les débattements des commandes, petits (70 %) ou grands (100 %). Pour le premier vol, restons en mode Stabilité (vert) et petits débattements. Les moteurs démarrés, pousser les gaz permet de décoller avec douceur, et surtout avec une grande précision. L’appareil se place en vol stationnaire dès que vous relâchez un peu les gaz, avec très peu de dérive. Corrigez avec les joysticks le temps de régler les trims pour vous débarrasser de toute dérive. Dsc_0055-600La stabilité est exemplaire : le Blade 200QX ne bouge pas d’un poil ! Il réagit au quart de tour lorsque vous lui donnez un ordre même si le mode Stabilité, à l’évidence, est doux sur les commandes. Dans la pratique, il ne permet pas de voler de manière agressive, mais vous aide à pratiquer un pilotage tout en souplesse. Et vous laisse le temps d’anticiper pour voler sans stress. Les pilotes débutants vont adorer !

Un peu de pep’s ?

Passez l’interrupteur de débattements sur la valeur Grande (100 %) : le Blade 200QX réagit un peu plus nerveusement. Mais le changement est à peine perceptible. Repassez en petits débattements (70 %) – faites-le vraiment, vous allez comprendre pourquoi. Passez en mode Stagilité, celui indiqué par une diode bleue. Le Blade 200QX, cette-fois ci, se révèle beaucoup plus pêchu ! Il prend de l’inclinaison et file rapidement. Ce mode est parfait pour passer à la vitesse supérieure une fois le pilotage basique maîtrisé. Dsc_0036-600Envie de plus encore ? Passez en grands débattements. Et voilà que l’appareil devient une véritable fusée ! Mais une fusée parfaitement contrôlable, puisque la stabilité est exceptionnelle et que l’engin ne va jamais jusqu’à déclencher une pirouette (tonneau ou looping) si vous le malmenez. En revanche, il est capable d’accélérations fulgurantes, de virages serrés où les hélices produisent un son d’air comprimé très impressionnant. Il grimpe aussi à une vitesse folle, à tel point qu’il faut vraiment rester concentré pour conserver le contrôle. Il peut aussi chuter comme une pierre, mais être repris en main au dernier moment. Ce mode Stagilité couplé avec les grands débattements est tout simplement génial ! Mais il vaut mieux avoir un peu de pratique avant de s’y frotter – voilà pourquoi il était important de repasser en petits débattements avant d’activer le mode Stagilité…

La suite de cette chronique, ça se passe ici ! Il y sera question de vols acrobatiques, de caméra à bord, de défauts…

La vidéo

Quelques vols en intérieur et en extérieur (avec du vent)

 

D’autres photos

Dsc_0029-600

Dsc_0040-600

DSC_0059a-600

Dsc_0031-600

73 COMMENTAIRES

  1. Merci pour le test 1ére partie. Question recurrente qui mérite dorénavant et à mon avis un paragraphe à tous les tests. Quid de la fiabilité moteurs et surtout leur remplacement si l’un d’entre eux tombe en rade. Question qui mériterait un rajout dans les tests précédent au moins sur les plus populaires : hubsan x4, dji.
    Oui je sais, je suis pénible.

  2. seulement. Pour tout savoir, le plus simple est de télécharger le manuel de l’appareil (ici par exemple)

    Il manque le lien 😉

  3. Hahaha Trop bon !!! 🙂

    Je le sentais que c’est un tueur ce quad :)….
    Bon un poil cher …. mais là je suis très très tenté !!!!!!

    Hors sujet …. j’essaye de finir avec difficulté la review du JXD 393 …. c’est une merde sans nom : mou, pas d’autonomie, pas stable, yaw rate catastrophique, pas de roulement à billes, etc… etc.. 🙁 …. seul point positif, les nouveaux JXD sont encore compatible DeviationTX (Sky Wlr protocol des dernières versions des Nightly Build)

  4. merci pour ce 1er reportage.

    Il en envoie pas mal quand même!
    Vous avez des précisions sur l’autonomie, en attendant la suite ?

  5. “Une fois de plus, le choix du constructeur est étonnant : les diodes rouges matérialisent l’avant, les diodes vertes l’arrière. Une disposition qui n’est pas en phase avec les règles de l’aéronautique, ni avec celles de la route.”

    En même temps, ils sont beaucoup comme ça ^^ (DJI Phantom, Syma X5C,Galaxy Visitor 2…)

  6. Yes, il coûte un bras, c’est clair… Mais il les vaut, clairement…

    Aie pour le JXD 393… 🙁 Mais c’est bon à savoir, j’attends la vidéo avec impatience 🙂

  7. Bonjour ^^

    Il à l’airs sympas 🙂 par contre quid de la résistance de la canopy au crash … sa parait être du plastique pas chère 🙁

    Bien amicalement

  8. C’est prévu, les plots sous les moteurs font office de train. Mais c’est du plastique dur, mieux vaut coller un bout d’antidérapant de chaise pour amortir. Je n’ai pas pesé les pieds et leur vis…

  9. Sur des vols à la cool ou au-dessus d’herbe comme dans la vidéo, pas de souci, je me suis gamelé sauvagement sans conséquence. Maintenant, sur du béton, forcément… Mais plus que le plastique, qui n’est pas mal du tout malgré le look translucide, c’est plus la nervosité de la bestiole qui va lui porter préjudice 😉 On prend vite confiance pour le pousser. C’est tellement stable qu’on se risque vite à faire des âneries 😉

  10. Well done Fred 🙂
    (Comme dhab, tu me diras)
    Question, puisque je vois que tu as testé en interieur : c’est stable comment ?
    Tu peux lacher la manette ou faut constamment jouer comme sur un X4 ?
    C’est plus proche d’un parrot (je n’oserai pas la comparaison avec un phantom/350) ou d’un micro/mini ?

  11. Pour l’instant les videos sont en privés….
    https://www.youtube.com/watch?v=3OU5lpNSNsg

    https://www.youtube.com/watch?v=0ETVfaPu61U

    Je sais même pas si je vais continuer à écrire la review. C’est pas moticant que c’est une daube. Dans le quad-flop 2014, pour l’instant il a pour moi le 1ier prix… Déçu par JXD sur ce coup là. Je pense que les 391 et 390 ne sont pas bcp mieux. Pour ce 393, il manque cruellement de la puissance. Il est trop lourd par rapport à sa capacité de levage. Ou alors, c’est le système de transmission qui est sous performant

    Du coup j’ai dit à la correspondante Tmart que c’était une bouze .. Elle va le retirer de la vente. Vraiment, j’apprécie de plus en plus l’attitude de Tmart… Ils essayent absolument pas de m’influencer et ecoutent les retours …

  12. Avec une möbius, ca doit être un tueur ce quad !!!! .
    Want One !!!!

    C’est dispo quand ?

    En tout, je pense que tu as une exclu mondiale sur ce test 🙂
    Bravo Fredou 🙂

  13. 🙂 🙂
    Tu peux lâcher, mais pas longtemps. Clairement, il ne reste pas en place plus de 2 ou 3 secondes, il faut jouer un peu sur les joysticks. Donc oui, il est plus proche d’un micro/mini que d’un Parrot qui s’appuie sur sa caméra verticale.
    Mais ce n’est pas handicapant, sauf si ton but est d’avoir un stationnaire automatisé…

  14. Nikel.
    Le but n est absolument pas d’avoir un phantom/parrot mais un truc quand meme un peu plus stable que le X4.
    Parfait 🙂
    Merci

  15. Oui, ça fonctionne bien avec la Mobius 🙂 🙂

    C’est déjà dispo ! Je crois qu’il n’y en a pas beaucoup pour l’instant… Du coup, je suppose qu’il y a des tests déjà publiés, je ne suis pas encore allé voir. Sur RCgroups, il y avait peu de monde à être équipé quand je suis allé poser des questions 😉

  16. Salut,

    Je confirme que c’est un super quad !
    J’ai fait une petite revue sur le forum Helimag… (et non cette fois Fred n’a pas eu l’exclu)…
    Mais bon rien à voir avec le professionnalisme d’heliomicro… 😉

    J’ai aussi fait des tests avec une mobius (bon mon système de fixation est basique) et c’est effectivement une plate-forme pour prise de vue d’appoint très sympa.
    Reste a tester le FPV, ce que je devrais faire ce weekend…

    A+

  17. C’est DSMX, avec le frequency hopping et tout le reste. Mais compatible DSM2 pour ceusses qui n’ont pas accès à une radio DSMX, juste une DSM2.
    Je n’ai pas fait de test de portée, tout dépend de la radio utilisée. Ma Devo déviée pousse un peu la puissance de manière logicielle. En tous cas, je suis allé en limite de vue sans souci (soit un bon 100 mètres). Il faudrait faire les tests avec les différents modèles de radios pour répondre correctement à la question.

  18. Pas toujours facile de démonter du matériel en prêt 🙂

    Pour le démontage des moteurs, je pense qu’on peu s’attendre à un principe similaire au 350QX (avec moins de vis 😉 )
    – on retire l’hélice
    – on dévisse les vis qui maintiennent le moteur
    – on dévisse et on retire le frame.
    – on déconnecte et retire le moteur :
    … image moteur 350 qx : http://nsa33.casimages.com/img/2014/05/28/140528023028171481.jpg
    … image moteur monté 350 QX : http://nsa34.casimages.com/img/2014/05/28/140528023617121080.jpg
    – on connecte et monte le nouveau moteur puis on remonte en ordre inverse le reste.

    Dans le manuel, on a une vue d’ensemble qui laisse penser qu’on peut accéder à presque tout (ce qui est rassurant pour remplacer des pièces) :
    http://nsa33.casimages.com/img/2014/05/28/140528024000372377.jpg

    Avec des moteurs de 3000kv (soit presque 3x plus puissant que les moteurs du “grand” frère qui étaient des 1100kv et plus lourd …), je comprends qu’il faille se concentrer pour ne pas le perdre de vue lorsqu’on pousse les gaz 🙂

  19. Si tu cliques sur le lien de la boutique qui a prêté le 200QX pour les tests, tu verras qu’il est à un peu plus de 200 Euro (sans radio).

  20. Bon j’ai reçus le miens mais je n’arrive pas a configurer mais inter sur ma DX8?quand j’y arrive je n’arrive plus a couper les moteurs!

  21. il est propre le résultat avec une Mobius sur la vidéo! pas d’effets Jello, le top (grâce au chouchou)

    J’avoue que là, ce petit Quad est parfait pour remplacer un micro Quad

    je regrette déjà mon Alias 🙁

    Mon avis : évitez les moteurs coreless et brushed si vous comptez plus vous amusez… longtemps… 🙂

  22. En partant, le mots brushless le dit: il n’a pas de brosses qui usent.

    Se sont les brosses qui font rendre l’âme des moteurs brushed, alors que ce sont les roulements à billes qui use chez un moteurs brushless qui chez certaines marques, peuvent se changer. Les moteurs brushless sont beaucoup plus durable. L’espérances de vols se compte dans les trois chiffres avant qu’un roulement à billes lâches alors que les brushed n’espérez pas atteindre la centaines même avec la meilleur qualité.

    Les moteurs brushed (coreless ou pas) ont des brosses qui font le contacte électrique au centre avec la partie mobile du rotor qui est le bobinage de fils. Ce sont ces brosses qui s’use. Chez les petits moteur, les brosses sont en générale de petit peigne métallique fin.

    La différence entre un moteur brushed coreless et un moteur brushed non coreless est le support sur lequel le fils de cuivre est enroulé. Chez un moteur coreless, il n’y a pas de support. Le bobinage de cuivre est enroulé et figé en place avec une résine. Le poids réduit du rotor donne lieu à des accélérations plus rapides que les moteurs avec support. Aussi cela réduit le poids total du moteur.

    Chez les moteurs brushless, la parti mobile n’est plus le bobinage de fils mais la cage avec laquelle les aimant sont maintenus. Ce sont les aimants qui tournent, on n’a alors plus besoin de brosse pour maintenir le contact électrique avec le bobinage de fils qui est rendu fixe.

    Pas de brosse:
    égale pas de frottement,
    égale pas de brosse qui use,
    égale moteur plus durable,
    égale moins de perte d’énergie,
    égale plus faible consommation d’énergie.
    égale plus performant.

  23. Fred,

    Je n’aime pas vraiment ta définition de moteur brushless dans ta rubrique «À propos» dont la différence avec un moteur brushed n’est pas du tout par rapport aux aimants.

    Tu pourrais aussi éclaircir la différence entre les moteurs Brushless, Brushed et Brushed Coreless

  24. Ok, je me range à l’avis des spécialistes… Je me permettrai de récupérer une partie de ce que tu as dit dans le précédent comm’ pour modifier la définition. Tu me diras si ça te semble mieux. Pas tout de suite, ce sera pour le milieu de la semaine prochaine…

  25. J’ai déjà le blade 350 qx et je cherchais un petit quad qui envoie du “lourd”…Je m’amuse avec l’Alias de Latrax qui est très agréable mais avec l’habitude on sent un petit manque de puissance pure tout de même…Là, ce petit blade 200 qx , c’est le “Best Seller” se l’été à n’en pas douter : Très puissant, nerveux et terriblement agile (en toute sécurité) !???? Encore faut-il savoir piloter à des vitesses rarement vues pour un engin de cette taille… Pour un habitué du pilotage de quad c’est quasiment Jouissif !

  26. J’ai acquis ce jour cette chose venue d’un autre monde qui semble être une petite bombe, mais je n’arrive pas a configurer ma DX7EU.
    L’appairage se fait bien, les diodes vertes, bleu et rouge s’allument bien en fonction du mode choisi, mais mes moteurs ne démarrent pas !!!
    Please HELP …

  27. Aie, j’espère que quelqu’un d’autre pourra te répondre, je n’ai pas d’idée (à part vérifier les valeurs mentionnées dans le manuel, mais je suppose que tu l’as fait).

  28. J’ai presque tout essayé, dont les deux manches en bas à gauche, en bas à droite, en bas vers l’intérieur, etc…
    Je fini par croire que les réglages indiqués par la notice ne sont pas les bons, ou que mon QX 200 a un problème (il est neuf, n’a évidemment jamais volé, et les moteurs n’ont jamais tournés).

  29. C’est bizarre, sur mon 200 QX, pour armer les moteurs je dois faire un mouvement gauche / droite sur le stick du Yaw. Le mode d’emploi parle aussi de faire loucher les sticks.
    Pour ceux qui en ont un, comment faites-vous pour armer les moteurs ???

  30. J’ai enfin réussi !!!
    Et oui les courses des sticks n’allaient pas à 100%, et après un réglage des courses tout est ok:
    Les deux sticks en bas dans les angles intérieurs et hop mes moteurs démarrent.
    Cependant, ils ne s’arrêtent qu’en mettant les “sub trims” à moins 20%, ce qui est une manipulation fastidieuse et longue (surtout en cas d’urgence).
    N’y aurait il pas une façon de stopper les moteurs avec un inter?

  31. Tu as augmenté l’ATV ou tu as juste modifié les Sub-trim. Laisse les Sub-trim et les Trim centrés et augmente juste l’ATV. Ça devrait régler ton problème.

  32. Bonjour quelles sont les possibilités de gestion de l’altitude ?
    Arrive-t-on à obtenir un bon stationnaire?
    Merci d’avance.

  33. Pour le stationnaire, oui. Il faut tout de même piloter, on ne peut pas lâcher les commandes…
    Je n’ai pas compris la question sur l’altitude…

  34. Ce que je veux dire, c’est si on arrive à régler la manette des gaz pour que l’altitude soit stable et qu’elle le reste, ou si il faut en permanance la corriger.

  35. De rien.
    Merci pour le fichier de config et l’astuce ;).

    Mon seul regret est d’avoir fait l’icône avant d’avoir eu l’occasion de voler avec le quad.
    Résultat : sur l’icône, le 200QX vole à reculons (hélices noires devant …) :p

    Tu me diras, j’avais qu’a bien relire tes tests 🙂

  36. Je possède le 200qx depuis quelques jours, et j’ai eu le temps de faire trois vols.

    Malheureusement je n’ai pas eu l’occasion d’aller en exterieur (habitant un appart parisien)et je pensais m’entrainer en interieur comme je vois sur votre video mais je n’obtiens pas vraiment le même résultat…

    Je précise que je suis un débutant, j’ai passé plusieurs heures sur le Vision 2 de mon père (à la campagne mais avec beaucoup d’obstacles) et j’étais assez à l’aise, je sais bien que ça n’a rien à voir, mais pour le coup je m’attendais à ce que le 200qx soit un peu moins pour “pilote confirmé”. Car c’est mon ressenti après les premiers essais.

    J’utilise une DX6i, en mode stabilité, mais je n’arrive pas à obtenir un stationnaire, les commandes sont vraiment très (trop?) réactives. Il dérive un peu dans tous les sens. C’est pas évident
    Sur la commande des gaz je n’arrive pas à trouver la bonne hauteur pour le maintenir à la même altitude ? est -ce normal ? (un gars sur helifreak dit que oui)

    A priori les réglages de l’emetteur sont bons, j’ai rendu les commandes plus dur (en serrant) sur l’emetteur.

    A la vue du resultat en interieur, je suis un peu inquiet d’aller en exterieur ou alorsil faudrait vraiment un endroit extrement dégagé.
    Dommage chez moi la fenetre donne sur une impasse et je pensais m’amuser depuis mon balcon du 1er mais j’en suis loin 🙂

    est-ce simplement le processus d’initation au pilotage ??
    Me faut-il un appareil différent pour débuter (compte tenu que je suis plutot en interieur) ? Nano Qx ? Un qui a bon stationnaire ?
    Merci d’avance pour vos lumières

  37. J’ai très souvent des questions sur les vols stationnaires, je vais sans doute publier un post à ce sujet pour éclaircir les choses et faciliter la compréhension. Pour faire simple : sans un bardas de capteurs qui assurent une aide au pilotage (ou plutôt une prise en charge du pilotage), il est impossible d’obtenir un stationnaire fixe. C’est à dire que la grande majorité des appareils dérivent un peu (ou beaucoup), et qu’il faut contrer et “jouer” avec les trims pour s’approcher au mieux d’une position fixe. Avec un appareil muni d’un GPS et d’une fonction Position Hold, le contrôleur de vol est supposé tenir la position. Il ne fait en corrigeant automatiquement le vol, ce qui donne des oscillations plus ou moins grandes, qui sont fonction de la qualité du positionnement GPS, du vent. Ca ne fonctionne pas en intérieur, en l’absence de réception GPS. Les appareils de Parrot s’appuient sur une caméra placée à la verticale pour détecter un déplacement et tenter de contrer. L’avantage, c’est que ça fonctionne en intérieur. L’inconvénient, c’est que ça ne fonctionne pas toujours…

    Concernant la tenue de la hauteur pour le QX200, il faut trouver la bonne position de la commande des gaz… et ce n’est pas toujours possible ! Parfois il y en a trop, il monte, pas assez et il descend. Donc avec cet appareil, tu peux approcher une position presque fixe, mais il faudra toujours piloter pour la maintenir. En gros, tu peux lâcher les commandes pendant 2 ou 3 secondes s’il est super bien réglé. En extérieur, le vent va le faire dévier.
    Pour la trop grande réactivité de la radio, tu peux adoucir les commandes de manière logicielle sur la DX6i. Je ne l’ai pas à dispo pour te conseiller, mais tu dois pouvoir modifier les D/R Expos, le Travel Adjust, et même la Throttle Curve pour adoucir les gaz. Sorry, là il va falloir te balader dans des forums anglophones pour avoir des conseils 🙁

    Un NanoQX te permettrait d’expérimenter avec un “droit au crash” 😉 Mais je suis certain que tu peux progresser très vite avec le 200QX. Le souci, c’est qu’il faut que tu évites quand même de le faire en intérieur au début, ton plateau de jeu est trop petit 🙂 Et à Paris, tu n’as le droit d’aller nulle part en extérieur. Tu peux aller faire ça (illégalement mais sereinement côté sécurité) bien à l’écart de tout (le monde) à Boulogne ou Vincennes. C’est le mieux que tu puisses faire.

    J’espère que ça répond à tes interrogations…

  38. Merci d’avoir pris le temps de répondre Fred. J’apprécie beaucoup. Ton site est génial.
    Effectivement je viens d’un pilotage avec full assistance et ça fait bizarre du coup.

    Après nuit blanche sur les forums anglais, je suis tombé sur une conversation de dérives, suite à un remontage d un 200QX, et le type signalait qu’il avait mal vissé le pas de vis d’un moteur et ça a résolu le problème.
    J’ai examiné mon 200QX, j’avais resseré ces grosses visses blanches quand je l’ai deballé mais une des vis semblait tourner dans le vide. Je l’ai devissé, bien remis, et vissé, et cette fois ça tient.
    Je viens juste de faire un decollage indoor, et miracle, ca semble deriver beaucoup beaucoup moins. J’ai même effectuer quelques manoeuvres dans un espace assez petit. Yeah !!
    Donc il y avait du jeu dans la fixation du moteur qui devait vibrer mais je sais que c’est avant tout lié à mon niveau en pilotage (ce qui est normal).

    Pour le reglage avec DX6i, on ne peut toucher au throttle curve que en “HELI”, je suis tombé sur une config NanoQx HELI qui fonctionne :
    http://www.helifreak.com/showthread.php?t=543747
    J’ai bidouillé les parametres et c’est beaucoup moins réactif et donc selon moi plus simple à stabiliser. Ca va permettre une prise en main par étape avec moins de casse 🙂

    Mais je me demande si l’altitude hold du Rc Eye One extrem le rend finalement plus adapté pour débutant ? bien que cette fonction soit accessible en mode sport.

  39. Bonjour, vous dites que votre MLP4DSM n’a pas réussi à s’appairer avec le drone. Pensez vous néanmoins qu’il est possible d’utiliser le drone avec une MLP4DSM ?

  40. Fred Bonjour;
    Il y a quelques mois, totalement novice, tu m’avais conseillé ce 200QX, voire l’Alias. J’avais opté, vu le prix, pour ce dernier. Depuis, je suis passé par le FC40, Q500,Q500+, maintenant j’attends le Q5004K
    Mais pour me frotter à plus rapide je viens d’acheter un 200QX que j’ai appairé à une DX6i.
    Tu dis dans ton test” Il est également possible de régler les débattements des commandes, petits (70 %) ou grands (100 %).”
    Sur quels éléments doit-on agir?
    D’avance merci, et merci aussi de m’avoir fait découvrir un nouveau moyen de perdre mon temps et mon argent. 🙂

  41. Bonjour, J’ai un 200xq depuis quelques semaines. Je n’arrive pas à faire démarrer les moteurs…enfin si 1x sur 10. Quelqu’un saurait me dire pourquoi et quels sont les réglages à faire pour que cela démarre à 100% du temps ?
    Merci d’avance !

  42. esque se drone le blade 200Qx ET CAPADLE de porter une camera de type Efc-721 720p hd elfa 801 et si se drone et dsatble avec cette camera de

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.