Droit pénal et drone civil

55
586
Julien BROCHOT -  Avocat au Barreau de Paris
Julien BROCHOT –
Avocat au Barreau de Paris

Envie de savoir ce que vous risquez en pratiquant le radiomodélisme, avec et sans caméra ? Le sujet est, vous le savez, extrêmement complexe. Profitez de l’éclairage apporté par Julien Brochot, avocat au Barreau de Paris. Il s’agit d’une analyse détaillée et argumentée qui prend en compte les arrêtés du 11 avril 2012 ainsi que les poursuites engagées dans les récentes affaires de Nancy et de La Défense. Prenez la peine de découvrir les divers scénarios et leurs issues pénales possibles. Avec, en conclusion, des interrogations sur les différents usages illégaux qui peuvent être faits d’un drone avec caméra. Une lecture indispensable…

L’article Drones civils : objets volants pénalement non identifiés, par Julien Brochot, se trouve en libre consultation ici.

 

55 COMMENTAIRES

  1. Bonjour ^^

    Sa se lis vite et bien ! ^^

    Se monsieur connait sont métier ^^

    Je dirais juste que sa conclusion est très juste ^^

    Sinon Fred vous savez si notre “amis” du barreau possède un drone ?! :-p

    Bien amicalement

  2. Article fort intéressant et qui donne de nouveaux éclaircissements sur les risques encourus actuellement. Et pas besoin d’avoir fait des études de droit pour comprendre.

  3. ps: plus de 3247 vus du sujet ^^ pas mal ! pas mal !! ^^

    Msieu Fred ! vas falloir sortir le costume ! va y avoir de la visite sur hélicomicro !

    Bien amicalement

  4. “Le plus connu de ces appareils a une structure en fibre de carbone qui ressemble fort à du polystyrène.”
    Heuuu faudrait se decider, c’est pas vraiment la meme chose quand meme 🙂
     
    Mais sinon c’est plutot objectif comme article pour changer

  5. C’est tout à l’honneur de Julien que de faire en sorte que ce soit compréhensible par tous, et c’est ce que j’ai apprécié (entre autres) dans sa démarche…

  6. Bonjour ^^

    Il c’est mélangé les barreaux ( heu les pinceaux) ^^

    Il voulais surement parlé de la canopy du AR.drone, en polystyrène qui ressemble à du carbone ^^

    J’ai bien ris quand il à parlé de la puissance et du poids autorisé ! ^^

    J’ai de suite vus une mobylette dans les airs avec 4 hélices de la taille des roues 😀

    Bien amicalement

  7. Pour le parallèle avec un engin motorisé, il ne faut pas oublier que les novices en modélisme et en aéronautique (ce sera probablement le cas lors des décisions qui seront prises pour les affaires en cours) ont besoin de se raccrocher à des notions qu’ils connaissent…

    N’hésitez pas à faire vos remarques ici à Julien, qui passera de temps en temps. Ou directement sur le site du Village de la Justice…

  8. Peut on en conclure que nous pouvons voler en FPV tranquillement en plein champs loin de toutes habitations ???

    En tout cas, merci pour le lien.

  9. J’imagine qu’il vaut mieux attendre le résultat des affaires en cours. Celle de La Défense nous dira ce qu’on risque à utiliser un équipement d’immersion hors normes…

  10. Tout à fait d’accord !

    Il est difficile pour le non initié savoir à quoi peut correspondre une telle puissance !

    Si il pouvais nous faire quelque “traduction” dans le même genre au fur et à mesure des futures lois sa serais top ^^

    Bien amicalement

  11. Pour une fois, je vais être critique.
    Son article est un mélange de vulgarisation du sujet et de 2eme année de droit, dont il a repris les éléments matériels et moraux de l’infraction.
    Là où il est critiquable c’est à mon sens qu’il n’a pas poussé sa reflexion plus loin.

    – Quant à la qualification de l’infraction.
    Tout avocat qu’il est, il n’est pas magistrat. C’est le Parquet qui, souverain, décide de l’incrimination. Le Parquet a retenu la mise en danger de la vie d’autrui. Donc sauf à se pourvoir en cassation et obtenir un renvoi devant une juridiction d’appel, c’est la dessus que le mise en cause sera jugé. Je ne suis pas magistrat non plus, je connais assez bien leur fonctionnement pour imaginer (sans plus) la raison qui a motivé à prendre cette décision. En droit, comme ailleurs, lorsqu’un sujet est trop complexe, on prend l’infraction la plus générale.
    En l’occurence, plutot que d’incriminer sur un arrété que peu de magistrats maitrisent (j’imagine meme aucun), on incrimine en se fondant sur un texte généraliste duquel on fera ressortir les éléments matériels et moraux. La démonstration du délit sera plus aisée et pourra amener à un verdict plus rapide, sans l’intervention d’une horde d’experts se contredisant (donc sans interet pour la justice, en terme de rapidité, d’efficacité et de cout).
    L’autre aspect est, toujours selon moi, qu’en prenant une infraction plus générale, le magistrat a déja décidé dans sa tete que la sanction sera legere. Clémente sans doute. Sans doute aussi, le procureur aura trouvé un peu exagéré la convocation et la garde à vue ainsi que tout le battage médiatique qui s’en écoule et aura voulu s’en dépétrer le plus rapidement possible. Mais je ne suis pas à la place de la magistrature assise.

    – Quant à la signification de l’infraction retenue.
    Il en parle dans son article. Mais ne fait que l’aborder. Le procureur ne retient pas le doit à l’image (qui nexiste pas vraiment en France comme on le conçoit dans la langue vulgaire) et ne retient pas l’utilisation d’un aéronef sans autorisation bla bla bla.
    Ce qui laisse tout simplement à penser que AUJOURDHUI (j’insiste), la chancellerie n’en a que faire de cet arrété. Le message induit est “tant que vous voulez loin des tetes des gens, on ira pas vous chercher des poux”
    Ceci bien entendu, en attendant une législation claire, simple et applicable par le Parquet, comme peut l’être la législation sur les armes, sur les véhicules motorisés, les substances classées dans le code de la santé ou la détention de certains animaux.
    Je le répète encore : je ne connais AUCUN POLICIER (chaque mot est important) qui ira verbaliser pour détention ou utlisation d’un aéronef bla bla bla au dessus d’un champ de blé. Ou d’un parc isolé.
    Par contre, aller taquiner l’une des principales sources de revenu de la France (le tourisme) en frolant les tetes, ça plait vachement moins, du coup. Et AUCUN POLICIER n’ira controler la possession de license (la plupart voire tous ne savent meme pas qu’il en faut une) ou la conformité des fréquences ou puissance utilisées. Là on est à la limite de la science fiction.
    Ceci n’est pas un blanc seing pour aller voler au dessus du jardin du luxembourg. Juste une dédramatisation de la situation. Et n’engage que moi.

  12. Fred, le Pulitzer des “drones” 🙂 🙂 🙂 et c’est bien mérité (y) … Blague à part, sacrément instructif sur les points de droit civil et droit pénal… J’espère que les instances administratives en ont pris connaissance, et réflèchir posément sur l’evolution de l’arrêté prévu pour le 1er semestre 2014. Dans l’affaire de Nancy, le gars a choisi une comparution en reconnaissance préalable de culpabilité, il n’y aura donc pas de procès publique, qui aurait été interressant àsuivre, car de nombreuses questions qui restent en suspens, auraient pu être posées par la défense et auraient été interressantes à évoquer… Le juriste évoque également le texte de la Gendarmerie, c’est étonnant qu’il n’évoque pas l’article L6232-4 du Code des transports qui apparement “émoustille” pas mal les Gendarmes, à savoir les poursuites pour mise en service d’un aéronef non homologué… Mais, c’est sain que des juristes réagissent sur ce thème… Enc ore chapô, Fred (y)

  13. Si ils devaient confisqué et verbalisé tout les modélistes qui n’ont pas “d’aéronef” homologué, ils devraient utilisé du papier toilette pour les pv !!!! et plus un seul engins en l’airs ! 😀

    Mais il me semble que la catégorie A (donc sans cam ^^) des aéro de loisir ne sont pas assujetti au “documents de navigabilité” (qui est un prés requis pour homologué un drone ^^) … mais je peut me trompé …^^

    De toute façon il n’a pas de licence ULM, ETC, etc, etc …

    Comme le dit STYLOBLANC : ils veulent surement faire court et pas s’embêté avec des nuance qui ne finisse plus et qui finiras par être tellement médiatisé, que au final les gens diront que l’on fait chié un ados pour un jouet, et passerons encore pour des [censuré] ! ^^

    Bien amicalement

  14. D’ailleurs en voyant la limitation de puissance equivalente à 20ch, ca m’a fait penser à un collegue du club qui a équippé son Goblin 700 d’un moteur qui sort 21ch (en equivalence), je dois en deduire qu’il est hors la loi? 🙂
    PS: pour répondre a la question implicite, oui, ca arrache grave ;p

  15. Enfin un peu d’intelligence !

    En gros ça réfléchit, plus qu’à attendre qu’une nouvelle loi sorte 😀

  16. Ton analyse est très intéressante !
    Juste une question pour moi : “Je ne connais AUCUN POLICIER (chaque mot est important) qui ira verbaliser…”. Si c’est une demande qui est faite (par la DGAC) à la gendarmerie (pas la police), n’est-elle pas tenue de le faire ?

  17. Oui, l’affaire de Nancy aura au moins eu cet intérêt : faire bouger les choses… (faut ce que ce soit dans le bon sens maintenant 🙂

  18. J’imagine que oui. J’imagine que la DGAC a autorité sur la gendarmerie.
    Mais quel cadre de loi encadre la procédure de controle ?
    Il faudrait de nouvelles dispositions au code de procédure pénale comme en matiere de controle d’identité (art 78 et suivant) ou en matiere de controle des papiers afférents à la circulation et à la conduite de véhicule (art je sais plus combien du code de la route).
    Il faudrait aussi une formation des gendarmes à ce type de controle, sans compter le matériel necessaire. Je connais peu la gendarmerie (enfin pas enormement), tout juste que leur organe de communication est l’un des plus importants de l’Etat. Et qu’en ce sens, si leur organe de communication leur donne pour instruction de faire tel ou tel type d’intervention, ils le feront. Pour la pub.
    Je ne réponds pas vraiment à ta question, mais je me renseigne demain ou dés que possible et je te dirai (j’ai quelques gendarmes OPJ dans mes connaissances)

  19. Hmmm, en fait je n’avais pas la Gendarmerie “classique” à l’esprit, je pensais à la Gendarmerie des Transport Aériens (GTA) qui “est placée pour emploi auprès de la Direction générale de l’Aviation civile (DGAC) par arrêté du 28 avril 2006” (selon Wikipedia, je ne suis pas allé faire la vérification). J’imagine que c’est à eux qu’est supposée revenir la tâche d’aller pêcher les contrevenants…
    Dans les cas de Nancy et La Défense, je ne sais pas si c’est la Gendarmerie Nationale ou la GTA qui est intervenue…

  20. Je crois que l’expertise de Fred devient incontournable. Et en matière de vulgarisation, les articles de ce site sont d’un haut niveau, reconnu par notre juriste droniste! 😉
    Je me demande si Fred ne devrait songer à une reconversion professionnelle et politique! :-))
    En attendant, continue, Fred, et merci!

  21. Et puis, une réflexion: ne vaudrait-il pas mieux pour nous un large espace de liberté – souvent défini ici – avec des lignes rouges claires relatives à la sécurité d’autrui (je ne partage pas l’opinion optimiste de notre sympathique juriste droniste sur les conséquences de la chute d’un quadri d’un kg depuis 100m sur une personne), dont le franchissement délibéré serait sévèrement sanctionné, plutôt qu’une clémence variable dépendant de l’opinion des magistrats locaux?

  22. Je m’achète un cerveau “Pa.. “. Mais c.est vrai que tout est parti de là… Du moins en France, mais dans les autres pays, est ce qu’il y a des affaires semblables ?

  23. Toute cette agitation judiciaire donne de la matière aux medias. Je commence a etre vu comme “un hors la loi” aux yeux de mes proches; Mince alors ! Le luckyluck du drone va bientôt dégainer son pétard et faire encore plus de promo. Cette techno de plus en plus performante est un vrai futur problème de sécurité, c’est une certitude et pas du fantasme ! Un renforcement de la loi, sera la seule réponse de nos politiciens. Vente autorisée, consommation interdite ! Le drone n’a pas fini de faire parler de lui. Je sens qu on va revoir le Monsieur sur “C dans l air” dans pas longtemps ! L’émission n’aura jamais aussi bien portée son nom. Bon Job !

  24. Bonjour ^^

    Se matin je me suis décidé à faire le tour de pas mal de site d’infos, de forums, etc qui aborde le sujet des drones civiles.

    Je suis navrés de voir un telle extrémisme des dronistes et des anti drones !!!

    Entre se qui veulent faire n’importe quoi n’importe ou sous prétexte d’une pseudo liberté, et les autres qui veulent que l’on brules tous c’est drones assassins et voyeurs !!!

    Ok ! un drone de 500g à 1kg qui fait une chute de 20m à 50m sa peut causé du dégâts ! Si faut être honnête ! regardé le trous dans le champs quand un drone tombe … sa peut blessé quelqu’un . Mais ! faut être aussi réaliste ! les seuls blessés que j’ai vus sur le net sont du à :
    1) imprudence du propriétaire qui c’est blessé (coupure légère et bosse )lui même !
    2) un inconscient qui c’est pris pour un pilote chevronné et qui à blessé (coupure et bosse) d’autres personnes !(le même genre de mec qui prend sa voiture le soir et roule à 90 en pleine ville)
    Aucune blessure grave (du moins pour l’instant)qui doit faire environs 50 personnes dans le MONDE sur 3 ans environs ( constatation théorique de ma part non quantifié officiellement ).

    Pour se qui est du voyeurisme ( vidéo et photo), les seules personnes à cette plainte publiquement sont soit des peoples poursuivis par des paparazzi soit quelques personnes qui on vus un drones “officiel” devant sa fenêtre (comme dans l’article récent du 20min.ch)…

    Quand je vois le nombres de vidéo en ligne prise en vol, je vois beaucoup de paysages, de bâtiments et le peut de personnes que l’on vois sont soit avec le sourire, soit font coucou au drone, soit on vois 1/4 sc une personnes se baladé à pied ou à vélo …
    Je vous conseille d’allé voir les profil FB des gens qui s’inquiète pour leurs vis privée … lol
    Maintenant oui certains utilise des drones ( AR.drone majoritairement ), pour commettre des délits ! faire rentré en prisons téléphone, drogue, etc et surveillance de maison pour vole … MAIS ! se sont une minorité qui se serve des drone comme il pourrais utilisé d’autres choses, une voiture ou un scooter pour faire des braquages et pourtant on interdit pas les véhicules de roulé !!!

    Pour finir je constate que bien souvent les autorité dise que le vol en zone urbaine est strictement interdit, mais laisse sous entendre que si on vol loin des habitations, des animaux et des gens sa leurs pose pas de problème …

    J ai lus un commentaire, qui comparé le survol d’une famille par un drone à une ballade en foret, en pleine période de chasse !

    … La différence c’est que le chasseur vous tire dessus et vous insultes, alors que le drone lui ne fait que passé …

    Bien amicalement

  25. J’oublié une question qui me turlupine …

    On parle des drones, mais si demains je prend un hélico ou un planeur, qui sont réellement considéré comme de l’aéromodélisme (le législateur ne c’est toujours pas dans quoi nous classé, nous drone de loisirs ) je peut volé avec une gopro sous le ventre ??

    A savoir que si j’accroche un APN à un cerf volant ou un ballon d’hélium prisonnier, je le monte à 50m avec un retour vidéo on peut rien me dire … ^^

    Bien amicalement

  26. 2 cas à l’internationnal :
    -les Etats-Unis plutôt conciliants en matière de modélisme, mais ça n’empêche pas Trappy d’avoir des embrouilles avec la FAA (~DGAC locale
    Ceci dit j’avais cru comprendre qu’un sujet de commercialisation d’images est à l’origine du conflit
    https://www.facebook.com/helico.micro/posts/534503369974986
    -la Suède très conciliante si l’on en crois l’aventure arrivée à David Windestal, mais ça remonte à janvier 2009, la pratique du FPV était encore jeune et rare.
    http://rcexplorer.se/2009/01/
    Pour situer, c’était avant la commercialisation de l’AR drone ~2010, précurseur de la commercialisation des modèles grand public avec caméra embarquée

  27. Chers amis,

    Merci beaucoup pour vos réactions positives et vos éclairages techniques. Je reste en effet sur ce dernier point un amateur du plus bas niveau puisque je n’utilise que l’AR DRONE 2.0.

    Je tenais à vous apporter quelques éclaircissements complémentaires au regard de commentaires qui ont été postés.

    En effet, mon article devait respecter certaines contraintes de synthèse et de simplicité pour qu’il soit accessible à tous, conformément à l’esprit du site sur lequel il a été publié.

    J’ai pu lire notamment que le procureur était souverain et qu’il pouvait choisir de poursuivre sur la base de l’infraction la plus large.

    En réalité, le procureur ne dispose que de l’opportunité de poursuivre ou de ne pas poursuivre (article 40-1 du code de procédure pénale).

    S’il s’avère que les éléments constitutifs du délit, détaillés dans mon article, ne sont pas réunis, alors le prévenu sera relaxé par le Tribunal correctionnel.

    Par ailleurs, le procureur ne peut faire l’économie de l’analyse des arrêtés du 11 avril 2012 : l’article 223-1 du code pénal exige en effet qu’un règlement soit violé. Ainsi, il devra faire la démonstration que les deux arrêtés précités 1. prévoyaient une obligation particulière de sécurité ou de prudence 2. qu’ils ont été violés de façon délibérée.

    Il s’agit là d’un préalable absolument nécessaire de telle sorte que les arrêtés du 11 avril 2012 entreront forcément dans le débat.

    Je précise enfin qu’aucun délit ne peut être poursuivi sur le fondement du seul arrêté. En effet, un texte réglementaire ne peut créer ou réprimer un délit. C’est du domaine exclusif de la loi (article 34 de la Constitution).

    Par ailleurs, en tout cas dans l’affaire de NANCY, le procureur n’a pas spécialement voulu éviter le tapage et ce pour deux raisons :

    – D’abord, il a lui même fait des déclarations tonitruantes dans la presse, ce à quoi il n’était nullement obligé, nonobstant les éventuelles sollicitations,
    – Ensuite, il était nécessairement informé de la garde à vue, si du moins il y en a eu une ce dont je ne suis pas certain pour NANCY (article 63 du code de procédure pénale),
    – Enfin, il aurait pu poursuivre sur le fondement contraventionnel (articles R. 151 et suivants du code de l’aviation civile) ce qui aurait fait moins de bruit.

    J’ajoute que beaucoup de lecteurs m’ont contacté pour m’indiquer que la plupart des quadricoptères pourraient, en cas de chute, blesser quelqu’un.

    Bien entendu je n’en disconviens pas. Encore faut-il que le quadri chute !

    Ainsi mon propos n’est pas de dire que rien n’est potentiellement dangereux mais que la probabilité d’une chute, si elle existe, est trop faible pour que la condition d’exposition à un risque immédiat (donc quasi-certain) soit remplie.

    La meilleure preuve en est qu’aucun média, à la suite de affaire de NANCY, n’a parlé de la chute d’un drone type AR 2.0 ou DJI PHANTOM qui aurait entraîné la mort ou une mutilation permanente (la presse ne se serait pas gênée pour crée le buzz).

    En revanche, si d’aventure un drone devait faire un blessé, son propriétaire pourrait être condamné pour des faits de blessures involontaires (article 121-3 et 222-19 du code pénal). Ces textes sont moins exigeants que 223-1 puisqu’ils sanctionnent même la simple d’imprudence si elle est en relation de causalité directe avec le dommage.

    Quant au droit à l’image et aux infractions aux codes des transports et des postes et des télécommunications, ils devront faire l’objet d’un développement à part au regard des mécanismes en jeu.

    Voilà encore désolé pour ce nouveau pavé et merci beaucoup pour vos réactions !

    Bonne journée.

  28. Précisions pour ceux qui ont la flemme de jeter un oeuil à l’aventure Windestal, le mec s’est quand même crashé contre la mairie !
    L’histoire a fait l’objet d’un article dans le journal qui mettait plus l’accent sur l’intérêt technique de l’aventure que sa dangerosité.

  29. Mais quand on est au volant d’une voiture on met aussi en danger la vie d’autrui !! 1 tonne lancée à 100km/h ca en fait un paquet de joules !!!
    Suffit de perdre le controle.

  30. L’histoire du dispositif de prise de vues vaut pour tous les appareils non captifs, à voilure tournante et fixe…
    Pour les captifs, il y a tout de même des restrictions dans l’arrêté de 2012 (mais j’avoue que j’ai zappé, c’était déjà assez prise de tête 🙂 )

  31. … du plus bas niveau, vous ne pourrez que évolué ^^

    Si on par du principe que le drone utilisé est un appareil fabriqué en série on suppose que le risque est moindre que un model fabriqué maison ?? es que sa peut avoir une influence ?

    Je vois que l’on nous parle partout de l’arrêté du 11 avril 2012 comme d’un épée Damoclès, mais effectivement on constate que c’est d’autre texte qui sont retenue pour les poursuites …

    Bien amicalement

  32. Moins le modèle est objectivement fiable, plus le risque est important et donc plus on se rapproche du critère d’immédiateté exigé par le texte pénal. Il est probable qu’un modèle fait maison soit peu fiable. Votre remarque est donc parfaitement pertinente.

    L’arrêté a son importance : l’article 223-1 du code pénal visant la mise en danger délibérée exige la violation d’un texte légal ou réglementaire.

    Dans le cas des drones, ce texte est l’arrêté – un arrêté ministériel est un règlement. Sans arrêté, pas de poursuite possible sur le fondement de 223-1.

  33. En gros on ne peut pas mettre mettre un appareil photo sur un quadricoptère qui monte à 100 mètres, mais on peut sur un cerf-volant ou un ballon captif qui monte aussi à 100 mètres.

  34. Je repose ma question :

    A vos yeux quelle est la probabilité que les gendarmes débarquent en plein champs, et que pourront ils faire ou contrôler ?
    Quels sont vraiment leur pouvoir de contrôle ?

    Merci

  35. La probabilité est faible mais pas anodine. En effet, le champs est très certainement la propriété d’un tiers qui pourrait contacter la gendarmerie – d’où l’intérêt, comme le soulignait Fred, de solliciter l’autorisation préalable du propriétaire !

    Quant aux pouvoirs de celle-ci, agissant dans le cadre de la flagrance, elle pourra vérifier la qualification du drone (A ou D ou autre) et en fonction procéder à la vérification des documents obligatoires si le scénario envisagé l’exige.

    S’agissant d’un champs, je les vois mal procéder à une audition libre et encore moins à une garde à vue – qui exige que des raisons plausibles de soupçonner qu’une personne a commis un crime ou un délit.

  36. Le gars de Nancy tu veux dire ? Oui, il y a cette page. Selon les positions, certains appellent ça de la délation, d’autres du civisme… Il y a un peu des deux, sans doute, avec des dérives possible sur les remontées d’infractions, et une

  37. Moi j’avais l’intention d’acheter un phantom chez DSLRPro http://www.dslrpros.com/en-us/products.aspx et bien je me tâte maintenant surtout que j’avais l’intention de m’inscrire dans un club d’aéromodélisme pour apprendre et de faire des images de paroi et de face d’escalades dans mes films une fois l’engin bien dompter…

    Maus J’pense que je vais passer à aute chose…

  38. En l’état, la pratique professionnelle est quasiment impossible à moins d’un budget énorme, ou au risque d’être dans l’illégalité. Je comprends que ce soit décourageant – c’est également décourageant pour nous à Helicomicro, de se dire qu’on fait la “promotion” d’une activité illégale – alors que nous sommes persuadés qu’elle ne devrait pas l’être.
    Est-ce que les choses vont s’améliorer ? Probablement pas s’il n’y aucune pression exercée sur les décideurs (la DGAC)…

  39. Je pense qu’un drone en vol est moins dangereux qu’une caméra cinéma au bout d’une grue de 12m….

    Je pense qu’il faut distinguer 2 choses : le drone comme outils ou comme jeu.
    De même l’altitude varie selon l’utilisation. Le drone est souvent utilisé à 1ou 2m du sol pour remplacer un steadycam… Ou 10m pour filmer des monuments…

    Pour le jeu, ça peut vite monter en altitude juste pour le fun…
    Il y a réellement 2 utilisations distinctes :

  40. … et les usages sont multiples en loisirs. Pour ma part, avec une caméra, je monte rarement en altitude, je suis le plus souvent à 50 cm du sol et à pleine vitesse (enfin, ce dont je suis capable)… 😉 C’est très différent de quelqu’un qui veut faire de belles images d’un monument ou d’un paysage.

  41. Les c.. ça ose tout, c’est même à ça… etc (Audiard)
    Et Dronestagram en fait partie, même si le lien existe en bas de cette page!

  42. il faudrait pas que ça arrache la gueule des gens qui se balladent dessous. Si on pouvait juste se ballader sans risquer de se prendre des trucs sur la tête à moins que soit décrétée la fin de l’ère des ballades en plein air, pour que les passionnés de drones puissent faire joujou avec leurs engins. On va tous finir comme des cons avachis dans des fauteuils à pousser des manettes en se croyant très malins. Vraiment je ne connais pas d’espèce plus vaniteuse que la nôtre.

  43. L’argument “loin des habitations” est quand même légèrement léger. Et alors , il va falloir se cloitrer dans les villes , et ne pas s’éloigner des habitations pour être sûr de ne pas se prendre un drone sur la tronche ?

    L’argument de dire “ça ne s’est jamais vu “, “ça ne se voit pas beaucoup”, c’est un tout petit peu limité comme raisonnement. Evidemment, il n’y a pas autant de drones en circulation que de véhicules automobiles sur le plancher des vaches. Pas encore ..
    Il faudrait s’estimer heureux de voir des drones dans la nature et en forêt, parce que les chasseurs, c’est moins bien !? La tolérance vis à vis des drones a quand même sérieusement à voir avec leur concentration. Ni drones ni fusils, c’est mieux.

    Un ciel dégagé pour tous, cela évoque quelque chose pour vous ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.