Skyartec Butterfly, le test

24
431

Dsc_0024-600Le constructeur Skyartec est présent sur le marché des engins radiocommandés depuis plusieurs années, sans pour autant atteindre la notoriété de concurrents tels que Walkera, Horizon Hobby ou DJI. Un constructeur chinois, encore ? Oui, mais de Taiwan, à la différence de ses concurrents basés en Chine continentale. Son dernier modèle, le quadricoptère Butterfly, interpelle avec un look amusant. Une sorte de soucoupe volante…

Tour du propriétaire

La structure du Butterfly (« papillon » dans la langue du prince Charles) est faite d’une plaque découpée pour obtenir 4 bras et un cerclage de renfort. 4 plaques ajourées constituent les pieds. Le tout semble assez résistant. L’appareil tient dans un carré de 28 cm de côté (hors hélices), avec une hauteur de 10 cm. Le canopy est un dôme en plastique qui recouvre le plot central ainsi que les bras. Il est maintenu par deux vis… que l’on ôte rapidement pour accéder plus facilement à l’électronique. Dsc_0103-600Même sans les vis, le canopy reste bien fixé avec deux ergots. Les moteurs sont de type Brushless, de 2200 Kv. Les plots pour maintenir les vis sont peints en bleu à l’avant et en rouge à l’arrière. Est-ce que cela aide en vol pour reconnaître l’avant de l’arrière ? Pas du tout, on les distingue plus une fois en l’air. Les hélices sont de type tripale, d’un rayon de 6,4 cm. Sous l’appareil se trouve une plaque, reliée aux pieds, qui permet d’accueillir la batterie. Ce n’est pas une trappe fermée, il faut donc attacher la batterie avec un bout de velcro (fourni dans la boîte). Une fois n’est pas coutume, la carte électronique n’est pas alimentée dès que vous branchez la batterie. Un interrupteur permet d’allumer ou d’éteindre l’appareil. Pratique. La batterie ? C’est une 7,4V 1300 mAh, accompagnée par un chargeur secteur. La recharge complète nécessite 1 heure et 30 minutes. Le tout pèse 332 grammes. C’est plus que le Hoten X de Walkera, qui est pourtant un peu plus grand et doté de moteurs plus puissants.

A l’intérieur ?

Dsc_0114-600Vous pensiez que l’appareil, noté RTF (Read TO Fly), était prêt à voler une fois sorti de sa boîte ? Ce n’est pas tout à fait ça. Il est entièrement monté, certes, il suffit de visser les hélices et de brancher la batterie. Mais il faut aussi calibrer la radio par rapport au Butterfly. Pour cela, il faut impérativement ôter le canopy. On accède alors à la plaque centrale, un carré de presque 10 cm de côté. Elle est bien chargée en composants. Outre le récepteur, on y trouve la carte mère principale et les 4 ESC (contrôleur des moteurs). Pour réaliser le calibrage, il faut allumer la radio et appuyer sur le bouton de « correction ». Ensuite faire bouger les manettes dans toutes les directions. C’est fait, il ne reste plus qu’à décoller. Un conseil ? Ne replacez pas le canopy tout de suite, car les réglages ne sont pas terminés… L’appareil est fourni avec une radiocommande 2,4 GHz en mode 1 ou 2 (à choisir à l’achat, rien n’est prévu pour changer de mode). Elle est correcte, avec un écran LCD monochrome, mais au design monolithique, pas vraiment séduisant. Les réglages sont un peu pénibles, à piloter avec les 4 touches autour de l’écran.

Premier décollage

Poussez l’interrupteur Gear vers le haut et l’interrupteur Flight mode vers le bas pour armer les moteurs, puis poussez la manette de gauche vers la droite (en mode 1) ou vers le bas droite (mode 2) pour les faire démarrer au ralenti. Ensuite, poussez franchement les gaz. Le Butterfly décolle… mais il n’adopte pas une position stationnaire. Dsc_0018-600Puisqu’il dérive un peu, vous poussez machinalement les commandes dans le sens inverse pour contrer le mouvement. On s’aperçoit tout de suite que l’engin est doté d’une grande inertie. Il est donc indispensable d’être doux sur les commandes et d’anticiper les mouvements, autant que possible… Il se peut d’ailleurs que l’appareil ait la tremblote. Dans ce cas, posez-le rapidement, désarmez les moteurs, et faites tourner avec un tournevis cruciforme le petit potentiomètre qui se trouve juste à côté du bouton de « correction ». Il permet de régler la sensibilité du gyroscope. Décollez à nouveau prudemment et vérifiez si le vol est plus stable. Recommencez jusqu’à ce que l’appareil ne tremble plus. Vous pouvez obtenir un stationnaire convenable, mais l’inertie des commandes complique la stabilisation ainsi que les réglages des trims. L’autonomie ? Elle atteint 9 minutes. C’est plutôt bien.

Aller plus loin

Une fois les réglages effectués, vous pouvez en demander un peu plus au Butterfly. Evitez les vols en intérieur, l’engin est caréné, mais la protection n’évite pas que les hélices touchent un mur ou tout autre obstacle. Dans ce cas, la chute est assurée (et les pales des hélices y perdent des plumes). La documentation explique qu’il faut calibrer avec le bouton « correction » la toute première fois. Dsc_0131-600Seulement voilà : à plusieurs reprises avec une batterie fraîchement rechargée, le Butterfly a décollé… comme une crêpe qu’on retourne ! Il a fallu refaire la procédure de calibrage pour qu’il décolle correctement. C’est un peu casse-pieds, surtout que l’un de retournements a brisé une hélice et cloué l’appareil au sol faute de pièces de rechange. Mais sinon, ça vole bien ? Ca vole, mais sachez qu’il faut vraiment piloter, l’assistance de l’électronique à bord est réduite à son plus strict minimum. Si vous avez fait vos premières armes sur un Ladybird de Walkera ou un X4 de Hubsan, vous risquez d’être surpris : le Butterfly ne se stabilise pas tout seul lorsqu’il part dans une direction, c’est à vous de rétablir l’équilibre. Les pilotes confirmés vont adorer, les débutants vont détester ! Avec un peu de pratique et de concentration, le Butterfly est capable de voler très vite, de monter rapidement, et faire des descentes tout aussi fulgurantes. Est-il pour autant agréable à piloter ? Pas vraiment…

Mode vibreur activé

Le Butterfly vibre, et il vibre beaucoup ! La structure semble avoir été mal étudiée : elle répercute les vibrations en provenance des moteurs, qui s’additionnent en se propageant par les bras. Le carénage extérieur renforce ces oscillations, il vibre avec une petite amplitude, mais très rapidement. Presque comme une corde de guitare. Dsc_0104-600Il suffit de poser le doigt dessus, au sol avec les moteurs au ralenti : il tressaute déjà. Les mouvements parasites s’amplifient encore en vol ! Nous avons placé une caméra sous la plaque de support pour la batterie. Le résultat est sans appel : l’image est perturbée par vibrations d’amplitude variable, selon la vitesse de rotation des moteurs. Les habituels supports en mousse ou avec amortisseurs de caoutchouc n’y changent rien. Sur l’exemplaire que nous avons acheté, l’un des trains d’atterrissage était mal fixé et s’est détaché en vol. Etait-ce la source des vibrations ? Un point de colle et quelques dizaines de minutes plus tard, confiants, nous avons repris les airs… sans constater la moindre amélioration. Nous avons équilibré les hélices, tant bien que mal – ce n’est pas facile avec un modèle tripale – sans résultat non plus… Nos tests ont finalement été interrompus lorsqu’un retournement de trop a porté un coup fatal à deux hélices…

Pièces détachées

Dsc_0091-600Impossible (à l’heure où nous publions ce test) de trouver des pièces détachées pour le Butterfly. Le site officiel propose bien des hélices, mais la procédure d’achat échoue au moment de payer. Et aucun autre site ne semble disposer de ces pièces en stock. Certains possesseurs de Butterfly ont tenté d’adapter des hélices aux caractéristiques similaires. Sans succès, l’appareil devenant incontrôlable… Ce qui fait vraiment râler, ce sont les fiches techniques du Butterfly sur les sites d’achat en ligne qui décrivent les hélices comme « un-breakable ». Non seulement elles sont molles et déformables, mais en plus, paradoxalement, elles se brisent ! Le mode d’emploi mentionne un logiciel prévu pour modifier les réglages de l’appareil. Bon point. Sauf que… Sauf que l’adaptateur USB pour brancher la carte mère à un PC n’est pas fourni dans la boîte. C’est un accessoire vendu séparément. Qui n’est évidemment proposé nulle part. Et tant pis pour les réglages. Notez qu’une voie reste disponible sur l’émetteur Skyartec, ce qui permet en théorie de piloter un appareil photo ou une caméra à distance. Très bien. Mais les vibrations, encore une fois, mettent à mal toute tentative de vidéo embarquée. Vous l’aurez compris, nous avons été déçus par cet appareil qui semblait pourtant prometteur. Car il porte sans problème une mini caméra. Mais les vibrations excessives rendent l’expérience catastrophique. Nous le déconseillons totalement aux pilotes débutants. Les passionnés talentueux pourront tenter de le maîtriser. Mais le plaisir de voler est absent. Le prix ? Environ 130 € chez Banggood (ici). La page officielle du Butterfly chez Skyartec se trouve ici.

Une vidéo

http://youtu.be/Dx3tFlGI05U

Des photos supplémentaires

Dsc_0130-600Dsc_0128-600Dsc_0122-600Dsc_0117-600Dsc_0115-600Dsc_0112-600Dsc_0100-600Dsc_0099-600Dsc_0097-600Dsc_0094-600Dsc_0017-600Dsc_0025-600Dsc_0152-600

24 COMMENTAIRES

  1. Merci pour le test, je l’avais vu sur Hobbygaga et je me demandais justement ce que çà pouvait valoir ce petit joujou par rapport au prix.

  2. Mouais, à part l’interrupteur (je me demande pourquoi ce n’est pas en série sur tous les drones) ça a l’air d’être une belle daube quand même, limite foutage de gueule…

  3. Ouais, un des rares articles (“horribles” ;-)) qui ne donne pas envie de cliquer sur “Ajouter au panier” !!!
    J’eusse préféré un test sur le Walkera QR X350 !!
    Certainement d’une autre trempe !

  4. Oui, Ali l’aime bien, j’avais vu ça… Mais je reste sur mon premier avis. Je serai d’ailleurs moins tendre avec le recul, au vu de la non disponibilité des pièces…

  5. Mhhmm, je suis pas sur que la carte de vol soit en cause.
    En revanche, je pense que les moteurs sont faiblards. Des Mystery A1510-15 en 2200kv serait plus adaptés.
    Ensuite envisager de passer sur des tripales en 5″
    Enfin passer en 3S, si tant est que l’ensemble Carte de vol + les ESC, le supporte.

    Fred,
    si par soudure tu appelle des gros tas d’étain ça ira, car c’est tout ce qu’il faudra, après faut quand même mettre du chatterton autour quand même 😉

  6. Ben non, justement, ils ne le sont pas ! Il y a une mention “Ce produit est hors stock actuellement, il exige 10 jours ouvrables de demander” qui, dans le langage des boutiques chinoises, signifie “ça arrivera quand ça arrivera”.

  7. Avec des bi-pale ,ça doit être beaucoup mieux ,surtout pour problème de tremblote .

    ça devez aussi monter l’autonomie et la stabilité .

    Les hélices tri-pale ,à part gain de place ,niveau performance elle sont nul par rapport aux bi-pale .

    A tester et ça ce faut ,le problème vient de là .

  8. Salut Fred, super test même si je ne suis pas trop tenté. Je cherche justement un drone d’un taille moyenne pour 200-230 euros où je pourrais mettre une GoPro. J’ai déjà le Wltoys V959 et le Hubsan X4 H107. Que me conseilles-tu ?
    Merci
    Bonne journée.

  9. Le V303 Seeker de WLtoys semble dans ta gamme de prix : http://www.hobbygaga.com/fr-wltoys-v303-seeke-quadcopter-drone-fpv-gps-quadrocopter-rc-rtf-2-4ghz-p267556.htm
    Je ne sais pas ce qu’il vaut dans la pratique.

    Le X400 de HobbyGaGa est 240 €, mais il porte le poids d’une Gopro sans broncher. http://www.hobbygaga.com/fr-flypro-drone-x400-avec-devo-7-fpv-quadcopter-rc-rtf-2-4ghz-p267519.htm
    Le test est prévu pour… dès que je l’aurai écrit et que j’aurai filmé 😉

  10. J’avais vu le V303 de Wltoys mais le problème est que je ne trouve sur aucun site les pièces détachées… Ce qui est un peu embêtant…

  11. Salut,

    Je viens de recevoir et de régler cette machine et je n’ai pas eu de soucis pour faire un premier vol en intérieur.
    Il est vrai que la frame à la grosse tremblotte en vol !
    Je pense ultérieurement à tout mettre sur une frame fpv250…
    Sinon votre site est très instructif pour mettre le pied à l’étrier et éclaircir ses choix quand au matos etc.
    Les news sont top, super site francophone.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.