Phantom VGE Mount, le test

21
554

Dsc_0022-500Comment supprimer les « vagues » à l’écran, ces vibrations qui rendent les vidéos désagréables sur un quadricoptère Phantom de DJI ? La première solution consiste à équilibrer les hélices, une manipulation à voir ici. En voici une seconde : il s’agit d’un accessoire vendu sur eBay, dont le nom complet est DJI Phantom VGE GoPro Anti-Vibration Low Profile Mount « No jello fix ». Ouf. VGE, pour nous les français, c’est Valéry Giscard d’Estaing. Mais dans ce cas, rien à voir avec un ancien président, il s’agit de Vintage Glow Engines, une société américaine. Qui se prévaut d’ailleurs de réaliser ses produits exclusivement aux Etats-Unis.

Découverte

Le Phantom VGE Mount (on va l’appeler ainsi pour faire plus court) est livré dans une petite enveloppe, sous plastique. Comment ça marche ? Une plaque de plastique vient remplacer le support GoPro vissé sous le carénage du Phantom. Dsc_0026-500Une autre plaque de plastique, similaire, héberge le support pour GoPro. Entre les deux, et c’est là le principe actif du produit, se trouvent quatre isolants de caoutchouc. Ils ont pour mission d’amortir les vibrations et, donc, de supprimer l’effet jello… La fiche technique indique que les plaques sont des carrés de 2,25 pouces, soit 5,7 cm, et 0,5 pouces d’épaisseur, soit 1,3 cm. Celles que nous avons reçues mesuraient en fait 6,3 cm de côté, pour 2 mm d’épaisseur. Le constructeur indique que le tout (y compris la visserie) pèse 24 grammes. Là encore, ces indications sont optimistes : la pesée du Phantom VGE Mount indique 25,9 grammes. Ce n’est pas un énorme surpoids, mais on est souvent dans une chasse au gramme supplémentaire quand on équipe un quadricoptère !

Montage

Dsc_0018-500Il faut tout d’abord retirer le support GoPro fourni par DJI, puis visser la première plaque en réutilisant les deux vis d’origine. Ensuite, il faut visser le support GoPro sur la seconde plaque, en utilisant pour cela les deux vis fournies avec le kit. Le tout ne présente aucune difficulté, c’est l’affaire d’une minute avec un tournevis cruciforme classique. Attention au sens des vis : leurs têtes doivent se faire face pour qu’elles ne se touchent pas. Les vis du support GoPro se trouvent donc à l’envers par rapport à leur orientation originale. Ensuite vient l’étape de la mise en place des isolants en caoutchouc. Ce n’est pas difficile à faire, mais il faut réussir à faire passer la partie large de chaque embout dans un petit trou de la plaque. Avec l’aide d’un tournevis et en prenant son temps, surtout en restant calme, on parvient à leur faire traverser la plaque. Il faut ensuite faire de même avec l’autre plaque. L’étape précédente a servi d’entrainement, fort heureusement, car les manipulations se révèlent un peu plus compliquées, tout simplement parce qu’il y a très peu d’espace entre les plaques pour forcer (avec douceur) le passage des isolants. Il faut un bon quart d’heure pour s’en sortir.

Pas bouger !

Après avoir un peu souffert pour cette mise en place, on espère vraiment que le dispositif soit efficace. Car pour le retirer, il faut accéder aux vis. Et pour cela, pas d’autre alternative que de retirer les embouts de l’une des deux plaques. Outre le poids, utiliser ce support a un autre effet : il abaisse le support de la GoPro d’un centimètre (tout pile). Pas de souci, la base du support est encore à 1,1 centimètre du sol. Vous pouvez même remplacer le support DJI par le boîtier étanche de la GoPro : il reste encore trois millimètres entre la base du boîtier et le sol. Les plaques réduisent un tout petit peu le débattement d’ouverture de la trappe pour la batterie, mais c’est en fin de course et cela ne gêne pas.

Secouez-moi !

Alors, ça fonctionne ? Nous avons essayé le support avec des hélices mal équilibrées : il corrige un peu le phénomène jello, mais ne le réduit pas complètement. Avec des hélices équilibrées – et donc un jello faible -, plus aucune vague n’est visible. Dsc_0021-500Nous avons essayé de voler un jour de grand vent. Grand vent à Paris, c’est environ 30 km/h, normands, bretons, basques et catalans ont le droit de se marrer. Mais ce vent est suffisant pour balloter le Phantom, et provoquer des vibrations à chaque fois que l’électronique embarquée s’évertue à compenser la perte d’équilibre. Sans le support, les vidéos sont vraiment pénibles à regarder : aux mouvements de tangage s’ajoute un effet jello. Avec le support, le tangage n’est évidemment pas supprimé, mais les vagues dues au jello disparaissent. Un bonheur pour obtenir des vidéos plus calmes, aussi bien pour filmer de belles séquences aériennes que pour voler en immersion. Même s’il ne vous dispense pas d’équilibrer vos hélices, le bilan est très positif pour ce kit qui ne coûte vraiment pas cher : il est proposé à 30$, c’est-à-dire 23,04 € + 5,35 € de port, soit un total de 28,39 €. Il est vendu exclusivement (à notre connaissance) sur eBay. Voici le lien : s’il ne fonctionne plus, il suffit de chercher « phantom vge gopro » sur eBay pour le retrouver. Nous avons reçu le nôtre en 11 jours.

La vidéo

La première séquence de la vidéo montre l’effet jello de la GoPro montée sur le support DJI sans équilibrage des hélices ni ajout du Phantom VGE Mount. La deuxième séquence montre la disparition de l’effet jello après équilibrage des hélices et ajout du Phantom VGE Mount. Quelle est la part de l’équilibrage et celle de l’accessoire dans la suppression de l’effet jello ? La réponse est simple : il faut les deux pour obtenir un bon résultat ! La troisième séquence présente une courte vidéo avec la caméra orientée vers le bas : c’est dans cette position que l’effet jello est souvent le plus prononcé. La dernière séquence montre une vidéo filmée en immersion un jour de fort vent. Les secousses du vent ne sont pas éliminées par le VGE Mount, mais il n’y a pas d’effet jello qui vienne s’ajouter aux embardées.

http://youtu.be/IdV4fABk640

 

D’autres photos

Dsc_0002-500Dsc_0003-500Dsc_0013-500Dsc_0010-500Dsc_0016-500Dsc_0027-500

21 COMMENTAIRES

  1. Bon matos Fred c’est vrai, je l’avait vu également sur ebay, il y en d’autres d’ailleurs dans le mème style….Vu le train d’atterrissage que j’ai confectionné pour mon phantom, pas de souci pour la garde au sol !!!

  2. Bonjour,
    Le fait d’isoler la gopro de la chaîne de transmission des vibrations est efficace mais ça vaut le coup de trouver des solutions soit même car il m’étonnerait fort que le caoutchouc est été calculé en fonction de la raideur et finalement de la fréquence propre à filtrer.
    Je veux dire par la que des caoutchouc que l’on a pour filtrer les vibrations des disques durs sont sans doute tout aussi efficaces et sans les plaques de plastiques.
    On fixera par exemple un rectangle de caoutchouc sur la plaque d’origine ou même du feutre.

  3. Oui oui, of course, il y a en a d’autres. Mais je ne chronique évidemment que ce que je peux avoir entre les mains 🙂 Peux pas tous les faire, je serais ruiné 😉

  4. Tu as probablement raison… A vrai dire, puisque je suis un piètre bricoleur (je peux très bien me retrouver aux urgences avec un simple tournevis, alors tu imagines avec une chignole ou un fer à souder !), donc j’essaie de chroniquer des trucs que je peux monter sans tout casser. Ce kit, ça allait. Mais si je devais par exemple retirer des dumpers d’un disque dur et les monter sur un quadri, ça ne donnerait pas forcément un truc terrible 😎 Mais je suis preneur d’expériences de bricoleurs qui maîtrisent leur truc, en revanche 🙂

  5. J’ai parcouru pas mal de forum dont forcement rcgroups et le système wire rope semble etre le top en matière de truc pas cher et même faisable par sois même … Je posterai un retour quand je l’aurai monté 🙂

  6. Merci Fred pour le test. Ce système a l’air bien mais il mériterait une mise en oeuvre plus simple. Est il possible que tu puisses scanner la plaque supérieur de ce système et que tu donnes l’écart entre les deux trous de fixation du support de la GoPro ainsi que le diamètre de deux différents trous ?

  7. Bonjour Fred,

    Est ce que tu peux me confirmer que les trous ont un diamètre de 3,5mm et un écartement de 39,5mm de centre à centre. Je souhaiterais réaliser une nacelle et pourquoi pas que tu la testes car pour l’instant je n’ai pas un DJI Phantom à ma disposition.

  8. Il faut simplement que je trouve le courage de retirer le support et le remettre… J’essaie de faire ça ce week-end Pascal, et je te réponds ASAP 🙂

  9. Ok. Désolé je n’ai pas pensé à la manutention … Sinon une photo et une règle à côté et on va partir sur ça. Je ne veux surtout pas que cela occasionne une casse ou autres.

  10. Les caoutchoucs sont plus faciles a enfiler avec un lubrifiant genre graisse de mécanique, huile de salade, beurre de cacahuète, whatever…
    A sec, c’est juste un enfer.

  11. Avez vous essayé le Phantom avec une caméra intégrant un stabilisateur d’image, comme la SONY HDR-AS15 ? Cela ne résoudrait-il pas une large part des problèmes ? puisque les GoPro, n’ont PAS de srtabilisateur.
    Bravo pour votre site, intéressant et beau !

  12. Oui, le test de cette caméra de Sony (http://helicomicro.com/sony-action-cam-as15/) a été en partie réalisé avec un Phantom. Comme je l’explique dans ce test, la fonction stabilisateur SteadyShot est très efficace pour plein d’usages… mais pas pour supprimer l’effet jello. Les vibrations sont probablement trop rapides. Le résultat se révèle malheureusement encore pire. C’est dommage, j’attendais beaucoup de ce système !

    Merci pour les compliments 🙂 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.