Horizon Hobby nano CP X, le test

3
1266

On en rêvait, voici enfin un micro hélicoptère capable de figures en 3D ! “Micro” car il n’est pas plus imposant (moins, même !) que les appareils birotors pour débutants. Ne vous méprenez pas, cet engin est destiné aux amateurs éclairés, pas aux pilotes néophytes…

Tour du propriétaire

Ses dimensions ? Hors pales, il mesure 21 cm de longueur, 4,4 de largeur, 7,9 de hauteur. Minuscule, donc. Son volume est quasiment le même que celui des Blade mSR et mSR X. D’ailleurs, il en partage certaines pièces, comme le train d’atterrissage ou le rotor arrière. Mais les comparaisons s’arrêtent là ! C’est un véritable hélicoptère radiocommandé à pas variable sans barre de Bell. Quelques explications s’imposent ? En mode normal, le nano CP X se comporte comme un hélicoptère à pas fixe : l’angle des pales du rotor principal est figé, et la vitesse de rotation permet de monter (plus rapide) ou de descendre (plus lente). Dans ce cas, l’appareil est semblable à un Blade mSR X… à ceci près que la vitesse de rotation est bien supérieure – ce qui assure une grande précision dans le vol, une nervosité accrue. Et de voler sans craindre quelques bourrasques de vent, par exemple. Le nano CP X peut aussi passer en mode Idle Up. Dans ce cas, la vitesse de rotation est figée, mais l’angle des pales change pour monter ou descendre. Cela permet en théorie un pilotage très agressif, et de réaliser des figures dites « en 3D ». C’est-à-dire de passer en vol sur le dos (et y rester), de réaliser des tonneaux, des loopings, des vols à 45°. Bref, de défier la gravité ! Quelques chiffres ? L’appareil pèse 29 grammes, le rotor principal mesure 20 cm, le rotor de queue 4 cm… La batterie est de type bâton, 1S 3,7V 150 mAh 25C. Elle est compatible avec celle des modèles Blade mSR et mSR X, mais offre 3,5 ampères en continu, alors que celles fournies avec les Blade (15C) ne délivrent que 2,25 ampères. Ce que cela signifie dans la pratique ? Les batteries 25C peuvent se décharger plus vite (que les 15C), offrant plus de puissance (mais leur autonomie est alors réduite).

Cette puissance, elle est tout simplement nécessaire lorsque le pilote se lance dans des figures 3D avec son nano CP X… L’appareil est compatible avec la plupart des radiocommandes Spektrum DSM2 et DSMX. Nous l’avons utilisé avec une radio DX5e sans aucun souci : le levier Idle Up fonctionne sans besoin d’aucun réglage. Notez que Horizon Hobby a ajouté un joli X sur la verrière (opaque) du canopy. Ce n’est pas fortuit, puisque le look rappelle sans équivoque celui des modèles de marque Align (connue pour être spécialiste des appareils prévus pour les vols en 3D).

Premier vol

Pour prendre en main le nano CP X, mieux vaut prévoir un peu d’espace. Car la bête est nerveuse, c’est le moins que l’on puisse dire. Il décolle vite, proprement, et se place en vol stationnaire avec une grande facilité. Attention tout de même, son comportement est celui d’un hélicoptère à pas variable, même lorsqu’il n’est pas en Idle Up. Cela signifie que les pilotes débutants, généralement habitués à des appareils birotors ou monorotor à pas fixe, ont toutes les chances d’être surpris par la vivacité du nano CP X.

Pas question de faire de la « mayonnaise » avec les joysticks, c’est-à-dire de tenter de compenser avec de grands gestes. Non, le pilotage de cet appareil requiert des gestes doux et mesurés. Il peut voler dans un mouchoir de poche s’il est bien tenu. Il ne vibre pas, tient le cap sans bouger. L’altitude est un peu difficile à maîtriser, il faut quelques minutes et un peu de montagnes russes pour y parvenir. La première batterie sert justement à trouver ses marques. La seconde (car Horizon Hobby en fournit deux) permet d’aller plus loin. En extérieur, même avec un peu de vent, le nano CP X fait preuve d’une puissance étonnante pour un appareil de cette taille. Il monte vite, redescend aussi vite (et proprement, sans vaciller ni perdre son cap), prend de la vitesse. Il se révèle extrêmement stable, aidé par le système AS3X, imaginé par Horizon Hobby. Attention, il est petit : on perd vite le sens de l’orientation ! Surtout si on s’essaie à la 3D…

Figures libres

Car l’intérêt du nano CP X, c’est de permettre des évolutions en 3D. Pour cela, il faut passer en Idle Up. L’activation peut s’effectuer au sol (joystick des gaz poussé à moitié) ou en vol, peu importe. Le vol change peu, on entend simplement le bruit de l’hélico devenir plus régulier, signe que le rotor tourne à vitesse fixe. En revanche, la commande des gaz, qui agit sur le pas des pales, devient bien plus réactive. Les pilotes habitués à la 3D peuvent se lancer directement dans des figures acrobatiques, le nano CP X répond vite et bien. Les plus expérimentés (dont nous ne faisons pas partie !) peuvent même s’essayer à des vols dos et des figures en intérieur. Car dans les mains d’amateurs éclairés, il enchaine les loopings et les tonneaux dans un mouchoir de poche. Et cela avec un nano CP X sorti de sa boîte, sans aucune bidouille ni amélioration matérielle. Ne vous y méprenez pas, si vous êtes un pilote débutant ou d’un niveau moyen, vous risquez d’être déçu : il faut des heures de pratique pour y parvenir.

Un hélico parfait pour les débutants ?

Oui ! Mais… pour les débutants en vol 3D ! C’est-à-dire pour des pilotes déjà expérimentés. Car passer d’un hélicoptère birotor à un monorotor à pas fixe, puis un monorotor à pas variable constitue le cheminement naturel et en douceur d’un pilote. Pour acquérir les réflexes indispensables au vol en 3D, mieux vaut passer un peu de temps avec un simulateur de vol. Plutôt que de dépenser beaucoup d’argent à acheter puis réparer un hélico 3D classique, le nano CP X serait-il l’engin parfait pour se faire la main sans risquer la casse à chaque erreur de pilotage ? Oui, sans aucun doute. Car si vous évoluez suffisamment en hauteur, le système AS3X est capable de stabiliser l’appareil même si vous loupez une manœuvre. Il faut simplement éviter de partir trop loin : en cumulant une figure ratée et de trop de distance, vous ne savez plus dans quelle position se trouve l’hélicoptère et vous ne parviendrez plus à le ramener à bon port. De plus, il est suffisamment petit pour être très résistant. Un peu comme le quadricoptère Ladybird de Walkera, sa petite taille le protège des crashes trop violents (et destructeurs). Si vous volez au-dessus d’une pelouse, vous ne risquez pas grand-chose même en cas de perte totale de contrôle ! Voilà qui est vraiment rassurant pour faire ses premiers pas en vol 3D. On commence par réaliser des pirouettes rapides, histoire de reprendre le contrôle immédiatement. Puis on s’essaie à de courts vols sur le dos, qui deviennent plus longs au fil du temps. Nous avons beaucoup progressé avec le nano CP X, débarrassés de la crainte du crash… lequel se solde généralement par une commande de pièces détachées. Avec cet appareil, malgré des erreurs de pilotage manifestes, nous avons endommagé le canopy (sans incidence sur le vol) et le train d’atterrissage, particulièrement fragile. Mais quelques points de colle ont suffi à remettre les choses en place, l’intégrité de l’appareil n’étant pas remise en cause.

Quelques défauts ?

Difficile d’adresser des reproches au nano CP X : il constitue un appareil brillant, capable de faire ce qu’on attend de lui. L’autonomie de la batterie atteint 8 minutes et 30 secondes en vol normal (en pas fixe), ce qui est plutôt satisfaisant. Mais elle est très réduite en Idle Up lorsque le moteur est très sollicité. N’espérez pas briller avec des acrobaties plus de 3 minutes : la puissance n’est plus suffisante pour le secouer au-delà de cette durée. Pour vous amuser plus longtemps, il va falloir acheter des batteries supplémentaires. Ne faites pas de petites économies : il faut qu’elles soient capables de décharges rapides pour assurer de belles figures. Il faut environ 17 minutes pour recharger une batterie.

Nous avons essayé la version BnF, donc livrée sans radiocommande, du nano CP X. Outre l’hélicoptère prêt à voler, la boîte contient deux batteries, un chargeur qui fonctionne avec des piles (fournies), une paire de pales de rechange (avec lests, pour des vols plus stables), deux rotors de queue de rechange et un tournevis.

En résumé…

Nous avons adoré le nano CP X, bien plus que son grand frère le Blade mCP-X. Plus petit, plus réactif, moins fragile, c’est un excellent choix pour voler en extérieur comme en intérieur. Idéal quand il fait un temps à ne pas sortir un hélico, puisqu’il se révèle suffisamment précis pour évoluer en intérieur… Son prix ? Il est correct, il faut compter environ 140 € en BnF (sans radio, mais avec deux batteries), ou 170 € avec une radio DX4e, en mode 1 ou 2, et deux batteries. Vous le trouverez chez les revendeurs habituels (voir les liens tout en bas de cette page). La page officielle du nano CP X se trouve ici.

La vidéo des premiers vols

http://youtu.be/rdzlwcVzOXc

Passez en plein écran pour mieux profiter de la vidéo.

 

La vidéo d’un pilote (très) expérimenté

Merci beaucoup à Pascal pour cette vidéo… Pour en voir d’autres ? C’est ici…

Passez en plein écran pour mieux profiter de la vidéo.

 

D’autres photos !

A gauche, un Blade mCP-X (fatigué), à droite le nano CP X…

 

3 COMMENTAIRES

  1. Bonjour.
    J’ai vu que cet appareil était livré pour sa version rtf avec une DX4e non programmable et certains site la proposaient avec la Dx6i. En dépit de la différence de prix, est ce que ce n’est pas trop difficile de piloter cet appareil avec une dx4 sans pouvoir l’adoucir ?

  2. Pour débuter, la DX4e suffit largement. J’utilise le nano avec une DX5e, également non programmable. Pas de souci pour les vols normaux ni la 3D. Evidemment, quand on commence à maîtriser la chose et à vouloir aller plus loin, il faut envisager une radio programmable.

  3. Bonjour,

    Bel article. En revanche, en mode normal les gaz et le pas varient. La différence avec l’iddle up c’est que dans ce dernier cas il y a une variation symétrique du pas negatif-positif avec les gaz à 100%.

    En somme un CP en mode normal n’est pas un FP. Pour cela, je vous invite à consulter le manuel du Nano ou d’autres (mcpx etc…): ceux-ci donnent les courbes de gaz et pas à programmer sur DX6i, 7S, 8, 9 etc… et vous verrez que le pas change en mode normal.

    Bons vols à tous

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.