Blackmagic Design : premières infos sur la caméra URSA Cine Immersive

Blackmagic a choisi de communiquer sur les réseaux sociaux au sujet de la caméra URSA Cine Immersive, destinée à l’écosystème du casque du Vision Pro d’Apple. Etait-il prévu que Blackmagic parle de cette caméra ? Pas sûr. 

La présentation fait suite à l’événement développeurs WWDC où Apple a fait référence à une nouvelle caméra destinée à produire des images pour son casque Vision Pro – soyez sympa avec votre banquier, il faudra lui expliquer qu’Apple vous réclame « à partir de 3999 € » pour ce casque. Prévu ou pas, le spécialiste de l’image a décidé de communiquer à son sujet, alors qu’elle est encore en développement…

Qu’est-ce que la URSA Cine Immersive ?

C’est une caméra destinée à produire du contenu spécialement prévu pour le Vision Pro avec le logiciel DaVinci Resolve. Le système permet de filmer, monter et diffuser les séquences. La caméra peut-elle être montée sur un drone ? Oui, comme le suggère la photo fournie par Blackmagic. Son poids n’a pas été dévoilé. Son prix non plus, mais on se doute qu’il boxe dans la catégorie des poids lourds.

Mais encore ? 

Je vous livre les explications telles que distillées par Blackmagic Design…

« Basé sur la nouvelle plateforme Blackmagic URSA Cine, le nouveau modèle Blackmagic URSA Cine Immersive est doté d’un système de lentilles fixes et personnalisées avec un capteur offrant une résolution de 8 160 x 7 200 par œil avec synchronisation au niveau des pixels. Il dispose d’une plage dynamique extrêmement large de 16 diaphragmes et filme à 90 ips en stéréoscopie dans un fichier Blackmagic RAW Immersive. Le nouveau format de fichier Blackmagic RAW Immersive est une version améliorée de Blackmagic RAW conçue pour rendre la vidéo immersive simple à utiliser tout au long du flux de travail en post-production.

La Blackmagic URSA Cine Immersive dispose également d’un système d’objectif personnalisé conçu spécifiquement pour les capteurs d’image grand format de la Blackmagic URSA Cine, avec des données de position extrêmement précises qui sont étalonnées au moment de la fabrication. De plus, les données des lentilles immersives sont cartographiées, calibrées et stockées par œil dans le fichier Blackmagic RAW afin qu’elles soient transmises tout au long du processus de post-production dans le fichier Blackmagic RAW Immersive lui-même. Cela élimine le besoin de plusieurs fichiers pour capturer une scène immersive.

Les nouvelles mises à jour de DaVinci Resolve en font le premier éditeur vidéo immersif au monde.

Il existe de nombreuses mises à jour et modifications pour prendre en charge les flux de travail immersifs, notamment une nouvelle visionneuse vidéo immersive qui permettra aux éditeurs de faire pivoter, incliner et faire défiler les clips pour les visualiser sur des moniteurs 2D. Mais ce qui est le plus intéressant, c’est que nous pouvons même permettre aux clips d’être ajustés et surveillés sur Apple Vision Pro lui-même pour une expérience d’édition immersive complète. C’est une fonctionnalité très intéressante.

Les transitions rendues par Vision Pro pourront également être contournées à l’aide de métadonnées XML, donnant ainsi aux éditeurs des fichiers maîtres propres dans lesquels les transitions sont rendues dans Vision Pro. Les préréglages d’exportation permettront la sortie dans un package pouvant être visualisé directement sur Apple Vision Pro.

Nous travaillons dur sur la nouvelle Blackmagic URSA Cine Immersive et sur la nouvelle version de DaVinci Resolve, qui sortiront plus tard cette année ».

Source : Blackmagic Design sur LinkedIn
Crédits photos : Blackmagic Design

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×