BEA : enquête sur le crash d’un DJI Inspire 2

34
12226

Le site du Bureau d’Enquêtes et Analyses (BEA) pour la sécurité de l’aviation civile fait état d’un « incident sérieux impliquant un drone DJI Inspire 2 ». Il s’agissait d’un vol opéré par un télépilote professionnel de Fly Art Prod lors d’un événement musical le 14 juillet 2019 à Barcarès, dans les Pyrénées Orientales.

Les conditions ?

L’appareil procédait à des prises de vue du public. Selon le BEA, « après quelques minutes de vol, un message de panne conduit le télépilote à interrompre le vol. Au cours du retour, le télépilote perd le contrôle du drone qui heurte un obstacle et atterrit dans le public où il touche 2 personnes ». Les blessures, selon le BEA, sont légères. La faute à pas de chance ? Probablement, sachant que le respect des distances de sécurité par rapport à un rassemblement de personnes est indispensable, mais il ne garantit pas pour autant la sécurité du vol.

Source : Le BEA

34 COMMENTAIRES

  1. C’est tout le problème des produits DJI. Ils donnent une illusion de simplicité et de sécurité, mais ce n’est qu’une illusion. En plus, en tant que pro, ce n’est pas très sérieux de faire confiance à une boite noire dont on ne sait pas grand-chose, surtout dans des situations risques comme celle-ci. En France, on a la chance d’avoir des sociétés très compétentes dans l’assemblage et l’entretien de frames sur mesure. Autant en profiter.

  2. @Geoffroy:
    Vous êtes sérieux ?
    Dji est quand même un leader dans ce domaine, ils innovent depuis le début et font du R&D.
    Je vous donne un petit exemple: entre 2 prestations dans des conditions difficiles l’une avec du matériel dji avec nacelle intégrée auto stabilisée, l’autre avec du châssis maison + stabilisateur et un reflex, devinez qui a le meilleur rendu pre-prod ?
    Sortez de votre monde de bisounounours, on est plus en 1990, la qualité et le savoir-faire local a disparu dans quasi tous les domaines, les boites françaises sont tout autant des boites noires, allez leur demander les specs détaillées, le code source des logiciels, ils vont vous rire au nez.
    La seule qui chose qui change c’est la réglementation et les normes qu’elle sont “censées” suivre.

  3. Bonjour,
    Statistiquement comme il y a beaucoup de drone Dji qui volent, ils ont plus. De chance d’avoir un incident que des machines de petit constructeurs. Il très important pour DJI d’avoir les machines les plus fiables possibles donc je pense qu’ils prennent le sujet très au sérieux. Maintenant on ne sait pas qu’elle est la cause du crash peut être une rupture d’hélice donc attendons le résultat. À partir du moment où un constructeur ne fait que de l’assemblage il est dépendant de la fiabilité des pièces qu’il utilise. Donc fabrique t’il des machines plus fiable ?

  4. Laurent: Il ne parle pas de “boîte noire” pour sa signification “enregistreur de vol”, mais pour sa signification “truc fermé donc on ne connaît rien de la conception et du fonctionnement”.

  5. Bon je pense que nous confions quotidiennement nos vies à des voitures dont nous ne connaissons plus rien non plus, même changer une ampoule devient mission impossible ?
    Donc DJI ou un autre, je ne pense pas que le vrai souci soit là. ? , on est tout simplement en présence de machines, qui statistiquement sont toutes sujettes à pannes, ce qu’il est bon de ne jamais oublier. Qu’on soit pro ou amateurs ?

  6. Le drone du telepilote a du avoir une alarme le forçant a revenir a son point de decollage.
    Il a du essayer de le faire rentrer mais en passant au dessus de la foule ce qui est TOTALEMENT interdit.
    Quoiqu’il arrive, si tu pers le controle et que ton drone se dirige vers la foule (en esperant qu’il n’etait pas deja au dessus lors de sa prise de vue), il faut activer la coupure d’urgence qui coupe les moteurs, et declenche le parachute d’urgence.
    De ce que j’ai vu, les moteurs tournaient encore lors de l’impact…
    Cela va en tous cas resserer les exigences ce qii n’est pas plus mal au demeurant lorsque l’on voit ce que font certains pro et non pros.
    Car même non pro, il faut etre conscient de la da’gerosité de ces machines et même en 3 et 5 pouces.

  7. Curieux ! Visiblement cet inspire 2 était équipé d’un système parachutes/coupe circuit totalement indépendant de l’électronique du drone ?

  8. @Geoffroy: Vous êtes sérieux ? DJI est une référence, j’en pilote moi-même et je n’ai pas encore entendu d’accident ou d’incident pareil dans mon entiurage. Dire qu’en France ont ferait mieux c’est n’importe quoi, au mieux on assemblé mais on ne fabrique rien ou peu s’en faut ! La seule vérité c’est que ce sont des machines et aussi magnifiques soient-elles, elles sont assemblées par des humains. Tout ce qui est conçu par les humains est perfectible. La critique est facile, l’art est difficile…
    @Stephane comment pouvez-vous prétendre interagir sur le contrôle alors que justement vous venez de PERDRE le contrôle !?
    Perte de contrôle = impossibilité d’éviter la foule, de couper les moteurs, d’interagir avec le drone !
    Pourquoi faut-il toujours que certains face d’une exception une généralité et trop souvent le contraire !!

  9. dans tous les cas cela implique un drone et cette pratique est déjà assez réglementé pour que en plus ils en rajoutent à cause de cet incident ! J’ai plusieurs drones DJI et ils ne m’ont jamais fait défaut mais n’oublions pas que cela reste des machine dangereuses et parfois imprévisible … mais de là à faire autant de règles c’est quand même beaucoup.
    Certains me diront que c’est juste un test a passé et une homologation à faire (pensez-y d’ailleurs) mais cela conduit les personnes à se méfier des drones et parfois même ceux qui les pilotes et tout ça à cause d’un telepilote qui n’a pas appuyer sur un bouton pour ouvrir les parachutes c’est quand même fou !

  10. Ju et croyais que c’était interdit de faire voler un drone quand il y a du public ?
    A ben non c’est vrai les professionnels peuvent le faire car si l’appareil tombe c’est moins grave s’il blesse des gens.
    C’est plus grave quand il s’agît du drone d’une personne lambda.
    Je pense plutôt que l’interdiction a été mise en place pour que seul les professionnels puissent prendre des vidéos qu’ils pourront vendre.
    Si les personnes lambdas le font elles aussi personne n’achètera les vidéos des pros.

  11. @PapounetUT :
    Il n’est pas interdit de faire voler un drone quand il y a du public, mais il est interdit de faire voler un drone AU-DESSUS du public. On peut parfaitement faire voler un drone à 10m du public. C’est la loi.
    Et en plus, il faut savoir que cette restriction est plus impactante pour les professionnels que pour les particuliers, car pour les particuliers, il n’y a pas de distance minimum avec les personnes. Il ne faut juste pas les survoler, c’est tout.
    Ensuite, quoi de plus normal que seuls les professionnel puissent vendre leurs vidéo ?? Tu es en train de dire que les non-professionnels pourraient vendre leurs vidéos ?? Hmmmm … Si c’est pas un délit ça…..

  12. @Fred, mais quid lorsqu’on parle de “défaillance” totale?
    Rien n’est sûr à 100% sauf à ne plus rien faire !
    Les avions, les hélicoptère, les ULM, les parachutes, les bateaux, les trains, les camions, les voitures, les vélos, les trottinettes, tous présente un risque potentiel, c’est totalement impossible à éviter.
    Le risque zéro n’existera jamais !

  13. @ Julien : Absolument, rien n’est sûr à 100 %. Mais le plus souvent sur des outils à déclencher en cas d’urgence, non automatisés et non redondants, l’erreur est humaine. Dans le cas précis de ce fait-divers, je n’en sais pas plus que le rapport du BEA.

  14. Nous ne savons rien ! Attendons le résultat de l’enquête !
    En tout cas, le dictons, fais ce que je dis mais pas ce que je fais ! … et vraiment d’actualité dans l’utilisation pro du drone !

  15. Dji c la qualité produit parrot (français) de la grosse merde malheureusement. Les chinois font mieux que les français et c est pas du copiage et il faut l accepter.

  16. @kilrah le systeme de coupure moteurs et declenchement du parachute est totalement independant de la telecommande donc la coupure est possible meme si le drone ne recoit plus aucun signal.

  17. @julien le vol en scenario S3 prevoit une coupure des moteurs et un declenchement du parachute totalement independants. C’est un système d’urgence a utiliser lorsque l’on perd le controle par le biais de la telecommande justement.

  18. plus on en utilise plus il y aura d incidents.
    Dji comme les autres.
    ces vols sont autorises avec un dispositif independant liberant le parachute.
    ca ne suffira pas.voler tres pres de foules reste dangereux.
    en plus des pannes les interferences brouilleurs gps et ou Wi-Fi ca existe

  19. un parachute même s’il limite bien la vitesse est a la merci du vent une fois déployé, il peut donc
    très bien tomber au milieu de la foule et blesser légèrement celle-ci, le risque zéro n’existe pas, que
    ce soit du DJI, YUNEEC, PARROT, ou du matos assemblé!

    de plus je rajouterais que ce n’est pas la machine qui est faillible mais celui qui est derrière la radio, qui décide quand même de décoller alors que les conditions sont pas top, etc, etc…

    On est pas dans la machine, donc l’implication n’est pas la même que si tu est dans un appareil volant au commandes, pour avoir pratiqué le parapente en montagne assidûment, quant tu fait une erreur tu la paye cash, tu la fait une fois (au début quand tu est en confiance) et après c’est plus pareil, tu pilote autrement, tu fait gaffe a ton matos, a la météo, etc, etc, parce-que ta vie est concernée, c’est toute la différence qu’il y a entre ça et piloter un drone a 5/6000 €, finalement si tu crashe, c’est chiant car tu perd de l’argent mais
    tu meurt pas!!

  20. @Vitamine “Dji c la qualité produit parrot (français) de la grosse merde malheureusement” qu’est ce que c’est de la grosse merde pour toi ? Parce que entre l’Anafi et le Mavic Air (comparons ce qui est comparable) je vois plus souvent ressortir sur le net des soucis de connexion drone – radio avec le Mavic Air qu’avec l’Anafi par exemple. Donc bon, je pense que tu as du avoir un passé houleux avec Parrot pour être aussi venimeux (ou être un peu trop fanboy de DJI).

  21. j’etais à la électro beach c’est la qu’il y a eu le crash je suis photographe et j’etais en zone ViP à quelques metres. ça ne sert à rien de politiques sur la qualité de DJI, elle n’est plus à prouver. ce qui me choque c’est la manière dont est raconté ce crash. le drone à en fait taper le haut de la scène car le pilote était trop près de cette dernière il ne s’agit en aucu cas d’une panne. le drone à taper la structure métallique puis est tombé en tournant sur lui même dans les premiers rang de la foules sur le coté gauche de la scène ( quand on regarde la scène en face). Alors quand je vois qu’on raconte que les distances été respecté ça me fait doucement rire.

  22. C’est donc en fin de compte une erreur de pilotage. Cela dit la sécurité du public (des tiers) n’était peut-être pas au top , car erreur de pilotage ou pas une défaillance matérielle peut toujours arriver avec un drone (DJI , Yuneec, Parrot etc ) . C’est peut-être pour cela ( aussi pour la réglementation avec le non-survol de personnes tiers et zones d’exclusions en utilisation professionnelle plutôt que distance de sécurité comme en loisir ) que l’utilisation des drones est de plus en plus remplacée par d’autres techniques de prises de vues aériennes … Comme on le voit pour des spectacles et autres événements sportifs, c’est des caméras sur des nacelles, sur des Tyroliennes ( Exemple : Roland-Garros ou spectacle musicaux) , voir les 2 combinées (foot au stade de France) ou hélicoptère avec caméra stabilisé (tour de France). Trop de contraintes d’autonomie du matériel , de dangers défaillances techniques ou d’erreurs de pilotage donc de mise en danger du public (les tiers) avec des drones pour ce genre de retransmissions sportives ou spectacles avec publics. Aussi en cas de problème la responsabilité revient à l’organisateur du spectacle ou de l’émission.

  23. fabiche : ” ce qui me choque c’est la manière dont est raconté ce crash ”
    geoffroy : ” C’est donc en fin de compte une erreur de pilotage ”

    Et pourtant , Fred a fourni le lien vers le site du BEA qui a écrit : ” …Après quelques minutes de vol, un message de panne conduit le télépilote à interrompre le vol… ”

    En gros Fabiche suggère ( sans avoir eu accès aux données du vol contrairement au BEA je suppose ) que le BEA ment ou se trompe .

    Au passage , il m’est déjà arrivé de recevoir un message d’erreur/avertissement sur ma tablette , même si l’appareil restait pilotable et en bon vol , l ‘apparition du message “scotche” le cerveau pendant quelques secondes . Vaut mieux pendant ce laps de temps ne pas toucher aux manettes…

  24. Le BEA ne peut ni se tromper ni mentir à cet instant, car il n’a pas encore commencé son enquête (ou à peine). Ce que l’on retrouve sur son site internet, ce sont les données factuelles de l’accident, probablement données par le télépilote, servant à indiquer de façon préliminaire les faits rapportés.
    Le BEA va ensuite mener son enquête, et publiera un rapport complet quand le moment sera venu. Et ça peut prendre un certain temps.
    Ce qui est sûr, c’est que le BEA et son homologue BEAD sont connus pour leurs sérieux, leurs expertise, et leurs transparence. Un rapport du BEA qui se trompe, c’est rarissime, et un BEA qui ment, ça n’est jamais arrivé.

  25. @ azbloc tu cites Yuneec dans ta liste des drones pouvant chuter après un incident d’hélice cassée comme pour Barcarès, tu te trompes !
    Les hexacoptères de Yuneec, contrairement aux DJI quadricoptères, ne chutent pas si 1 moteur HS ou une hélice cassée en vol, car ils sont optimisés en redondance avec 5 moteurs.
    Un Yuneec Typhoon H480 ou H Plus ou H520 continue son vol, alors qu’un Phantom ou un Inspire se transformera en caca de pigeon !

  26. Quand on voit que dji se permet de ne pas traduire en français les logiciels fournis avec des produits grand public, je suis scandalisé par le fait que la DGAC n’interdise pas la vente de ces produits en l’état !!!!!

  27. Beaucoup de gens pilotent des drones sans savoir comment ça vole!
    C’est simple, il faut s’imaginer que l’engin peut s’arrêter à tout instant, et que le parachute est inefficace du moment que l’on pratique une altitude basse. La DGAC impose cet artifice au dessus de 4 kgs, mais devrait également imposer une altitude minimale de vol,ce qui n’a jamais été fait. Par contre, cela rendrait les tournages impossibles, car entre le temps de réaction du pilote, l’ouverture du parachute et un bon ralentissement, il faut du 40 à 50 m!
    Dans tous les cas, vu les textes, je souhaite bonne chance à la société et au pilote.

  28. De toute façon même avec un parachute une zone minimale d’exclusion des tiers est obligatoire ! Elle se calcule suivant la vitesse au sol et la hauteur de vol à l’instant T. La fameuse formule R = V x etc etc … Avec les abaques, c’est facilement lisible sur le “guide des activités particulières” Livre de chevet de tout bon télépilote qui se respecte. Guide à emporter partout sauf en vacances (certaines parties sponsorisées par Doliprane et Efferalgan ) 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.