Identification électronique : SignalPack de Hionos expérimenté à Brétigny

6
1830

PODIUM un projet destiné à démontrer la pertinence d’outils de gestion du trafic aérien pour les appareils non habités (voir ici). L’une des zones d’expérimentation est l’ancienne base aérienne militaire 217 de Brétigny, en région parisienne. Le produit SignalPack de la société française Hionos (voir ici) a été choisi pour des essais dans le cadre du PODIUM, par l’association Drones Paris Region. Il sera donc intégré à bord des drones utilisés pour le projet, permettant le tracking des drones dans l’espace aérien de Brétigny.

C’est quoi, SignalPack ?

C’est un composant d’identification, de signalement et de limitation de capacités destiné à l’industrie. Il est prévu pour diffuser une identification électronique avec indication de la position du drone, son altitude et l’identité du pilote, limiter les vols à des zones autorisées (altitude et distance), piloter des LEDs et faire office de balise audio de détresse.

Cela vous rappelle quelque chose ?

Oui, le SignalPack répond aux requis imposés par la loi dite « drones » d’octobre 2016, toujours en attente d’arrêtés et de décrets d’application. Elle impose pour les appareils de plus de 800 grammes (voir ici) le signalement lumineux, le signalement électronique à distance, la limitation de capacités et le signalement sonore en cas de dysfonctionnement – bien que cette dernière mesure semble avoir été abandonnée. Il fonctionne avec « tous les drones de plus de 800 grammes », sous forme d’accessoire pour les drones existants ou intégré dans de nouveaux appareils. Hionos est spécialisé dans les outils aéronautiques, chaque étape du développement du SignalPack a donc, selon le constructeur, été accompagnée d’audits pour assurer sa fiabilité.

Quand ? Le poids ? Le prix ?

Ce sont les inconnues… Cet outil sera-t-il celui adopté en vue de répondre aux exigences de la loi d’octobre 2016 ? Il y avait d’autres sociétés en lice, à l’été 2017, pour l’identification à distance (voir ici). Rappelons que la FFAM avait préconisé un outil selon la règle des 10/10 : 10 grammes au plus, 10 € au plus…`

Source : Hionos

6 COMMENTAIRES

  1. C’est bien joili ce truc, mais pourra t il être intégré ( connecté) dans un P3/P4/Inspire1 etc… ?
    Quid de sa compatibilité/cohabitation avec l’électronique de ces derniers ?

  2. C’est con car si on y ajoute la coupure moteurs on dépasse les 2kg pour certains drone juste en deçà de cette limite fatidique.
    Donc soit ils modifient les 2kg soit… Je ne mettrais pas cette merde.

  3. @Nicolas T.
    Le CEO de Hionos a travaillé avec Squadrone sur le Hexo+ et donc avec ArduPilot … donc oui ils connaissent assez bien le framework …et celui-ci permet implémentations des limitations demandé par les états, la plupart des gens les respecterons… les autres, si ils veulent continuer à frauder, c’est leur problèmes mais ça risque de finir avec l’obligation d’enregistrer le numéro de série du contrôleur de vol à l’achat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.