Speed Burger et les drones

11
938

De très nombreux médias se sont faits l’écho d’une première, la livraison de burgers avec l’aide d’un drone. Le concept d’Amazon, repris par de nombreuses enseignes, a donc été mis en place lors d’une expérimentation à Nice. La plupart de ces médias expliquent que les burgers ont parcouru une vingtaine de kilomètres en 15 minutes avant d’être parachutés près du château de Nice. Belle prestation ! A y réfléchir, on se demande tout de même comment les autorisations ont pu être débloquées pour pratiquer un vol en scénario professionnel S-4. Carton plein dans les médias, qui ont raconté ce vol sur 20 km, allant jusqu’à assurer que le largage des burgers en parachute était une question de sécurité.

Spot publicitaire

Il s’agit bien évidemment d’une publicité dont le tournage a été réalisé en plusieurs parties, associant Sycta, une entreprise niçoise de transports et de logistique, et Drone 06, en charge du pilotage de l’appareil (et celui qui le filmait en vol). Les différentes scènes, au château de Nice, sur la promenade des Anglais, près de l’entrepôt de Sycta, ont été montées pour produire une belle séquence. Le site de Sycta est clair : « Si vous souhaitez réaliser une vidéo promotionnelle de livraison par drone, il sera bien sûr préférable de découper chaque étapes du process lors du tournage pour un meilleur résultat ». La livraison en drone et en milieu urbain ne semble pas prête d’être opérationnelle : la sécurité n’est pas encore assurée de manière satisfaisante, et la réglementation actuelle s’y oppose.

Totalement irréaliste ?

Non, la technique pourrait être utilisée pour des livraisons difficiles à réaliser avec les moyens terrestres classiques. Interrogé par toute-la-franchise.com, le responsable niçois de Speed Burger Jérôme Fleutiaux est confiant : « Ce qui est intéressant, c’est que nous pourrions développer notre zone de chalandise afin que Speed Burger livre des zones reculées de l’arrière-pays niçois, trop lointaines pour être desservies en scooter. Toutes les personnes un peu isolées pourraient ainsi être livrées grâce au drone et profiter du même service que les habitants du centre-ville“. Un point de vue partagé par Sycta : « Nous précisons que les livraisons par drone sont utilisées pour les localités difficiles d’accès par route, ou excentrées, dont l’urgence de livraison est importante afin de réduire le risque d’accidents, embouteillages et pollution ». Avec une précision : « Sachez que nous sommes d’un point de vue technique tout à fait capable de livrer par drone, il ne reste plus que la loi s’assouplisse ».

Crédits photo : Sycta / Speed Burger / Drone 06

 

11 COMMENTAIRES

  1. habitant l’arrière pays Niçois / Mentonnais, c’est du grand foutage de gueule en plus si on prend
    le lieux de départs du porteur et la géologie aux alentours, pas sur du tout qu’il arrive a destination et si il y arrive, a moins d’avoir l’option micro-ondes ou destruction de lipo pour réchauffer les burgers, ils seront froid et immangeable!

  2. Faut arrêter les coups de com avec la livraison par drone ! et le hamburger lâché par un parachute !! on nous prend vraiment pour des cons ou quoi ? j’imagine bien les gens courir après leur hamburger parce qu’il y a eu une rafale de vent à l’atterrissage. Le mieux que l’ont puisse faire c’est arrêter de relayer ce genre d’informations qui ne sert qu’a faire de la pub gratuite pour cette société de hamburger.

  3. @ Philippe Claes : Je ne suis pas d’accord. Certes les livraisons de burgers n’ont pas d’intérêt. Mais que la technologie soit déployée pour livrer des produits moins futiles là où il faudrait des plombes, ou débourser des sommes folles pour un hélico, ça justifie la com’, notamment pour venir à bout de la réglementation qui coince.
    S’il faut une déclaration 6 mois à l’avance, avec un pilote S-4 (on ne parle plus de théorique ULM) pour surveiller un vol automatisé qui part survoler des arbres, tout ça avec toutes les chances d’un refus administratif, juste pour livrer 10 doses d’anti-venin à un refuge isolé, c’est qu’il y a encore du boulot…

  4. A la limite, pourquoi pas ? Un randonneur d’altitude en difficulté, presque à l’agonie et qui souhaite se taper son ultime hamburger ?

  5. Je vois aucun soucis. C’est le futur ! 🙂
    Derrière l’écran, on peut avoir une vision assez étroite.. Mais penser IRL. Ça serrez assez sympas je pense.

    Puis, les risques sont très faibles. Car si le drone est bien équiper, il a un parachute dans le pire des cas…

    -Ce qui m’intrigue, c’est plutôt de savoir comment les entreprises vont protéger leur drone contre la délinquance.
    Car bon, ils ont beau livré en hauteur…Il suffit d’un lance-pierre pour shooter le drone.
    Ce genre de truc sera très rare mais ça vas bien arrivé au moins 1 fois je pense.

  6. Moi en tout cas ce n’est pas le hamburger que je m’efforcerai de récupérer 🙂 🙂 Le drone lui m’intéresse plus 🙂 🙂 et même froid …

  7. Faut vraiment que vous soyez passionnés par votre activité…et c’est tout à votre honneur. J’en fais partie. Vive le progrès et la liberté. Mais sii la vie d’un homme est en danger, l’hélico le fera avec la zone aérienne dégagée et l’heure de vol ne sera pas un problème. Si c’est pour des futilités, quel législateur acceptera de réfléchir plus de deux secondes à des machines qui volent dans tous les sens avec des hélices, des lipos, des crashs, la visibilité, les ulms, les avions et tout ce qui est déjà ingérable.
    Pour les riverains, les carabines vont sortir des armoires : chaque tir ciblé donnera un lot gagnant.

  8. Après les sacs et emballages de burger jetés sur le parking (devant chez moi), bientôt des toiles de parachutes ^^

  9. 100% d’accord avec Fanot… Le ciel risque de devenir un monstrueux bordel géant, avec des accidents, plus ou moins sévères à la clé, du tir au pigeon en bcp plus fun, et pourquoi de la livraison de cam ou autres trucs chelous au milieu de tout ça. (certains le font dèja pour passer les douanes).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.