AIP Drones web gratuit !

131
4704

Attention, les exemples décrits dans ce post ne sont plus d’actualité : les zones ont été modifiés dans les documents de l’AIP et le service AIP Drones n’est plus à jour. Seules la méthode de recherche des informations reste d’actualité.dgac

On apprécie la tolérance affichée par la DGAC pour la pratique du radiomodélisme avec caméra à bord, que vous aviez sans doute découverte dans ce post. Reste que les déclarations de Maxime Coffin, chef de la Mission Aviation Légère Générale et Hélicoptères (MALGH), comportent cette mention : il faut se conformer aux dispositions relatives « à la proximité des aérodromes ou d’espaces aériens spécifiques ». Quelques mots simples qui, dans la pratique, renvoient à la lecture des cartes aéronautiques et aux nombreuses sources de restrictions de vols au-dessus du territoire. Avec ou sans caméra à bord, et quelque soit le modèle de multirotor…

Soyons clairs

Se conformer à ces dispositions est mission impossible sans aide ! Il faut une formation ou beaucoup de patience et l’aide de personnes compétentes pour comprendre les cartes aéronautiques. Nous vous avons présenté une solution d’aide en mobilité, disponible pour iPad, il y a peu de temps. Voici maintenant, présentée en exclusivité pour Helicomicro, la version web, accessible depuis tout ordinateur doté d’une connexion à Internet et d’un navigateur. Y compris les tablettes de type Android ! Qu’y trouve-t-on ? Une carte aéronautique au 1:500 000e (sur l’équivalent papier, 1 cm = 5 km), des fonds de cartes Google Maps (dans leurs différentes déclinaisons notamment la vue hybride), un fonds de cartes OpenStreetMap. aip-12A cela viennent s’ajouter les représentations graphiques de l’emprise des pistes d’aéroports, aérodromes, plateformes ULM, hélistations et hélisurfaces telles que définies dans l’annexe II de l’arrêté du 11 avril 2012, ainsi que les représentations graphiques des zones impénétrables aux drones et celles qui sont réglementées, pour suivre les requis de l’annexe I de l’arrêté du 11 avril 2012. On y trouve aussi les cartes VAC Approche et Atterrissage, les zones militaires RTBA, etc.

C’est gratuit !

Olivier Duque, l’éditeur d’AIP Drones, offre ce service. Pour les pilotes de multirotors, notamment ceux qui pratiquent le pilotage de loisir, l’outil est bien pratique pour son rôle pédagogique et l’accès simplifié à des dispositions d’une complexité redoutable. Il ne dispense pas de l’apprentissage de la lecture de cartes aéronautiques, mais il facilite leur approche – et comprend d’ailleurs une section destinée à comprendre la symbolique utilisée par la carte aéronautique au 1:500 000e. L’un des buts de cette gratuité ? Donner une chance aux particuliers de voler en tenant compte de l’insertion dans l’espace aérien. Un requis légal doublé d’une obligation morale – histoire de ne pas aller à la rencontre inopinée d’un vrai avion, hélicoptère, planeur, ULM… C’est gratuit, certes, mais ça coûte quand même de l’argent. Qui finance ? L’auteur du service et le projet F-AERO de sécurité aéronautique pour les pilotes privés, avec le soutien de la FFA (Fédération Française Aéronautique). Si vous avez envie d’aider ce service, vous pouvez acheter l’appli pour iPad. Notez que les initiatives pour faciliter l’accessibilité et l’intelligibilité des textes sont souvent prises en charge par des particuliers. C’est le cas de ce service proposé par Olivier Duque, et c’est aussi le cas de nos tentatives régulières d’explications des textes.

Quelques exemples

Imaginons un premier scénario. Cet été, direction la côte ouest, à Belle île en mer (Marie Galaaaaaaante). Deux superbes spots, là où des photos extraordinaires ont été prises, ce sont la Pointe des Poulains, au nord de l’île et la Citadelle de Vauban, sur la partie est. 1024px-Belle-ile_Les_Poulains_un_jour_de_tempete_2Nous ne parlerons pas des requis autres que l’insertion dans l’espace aérien, c’est à vous de vérifier si vous ne passez pas au-dessus de rassemblements de personnes ou d’animaux (c’est-à-dire des troupeaux de touristes ou de moutons – vous pouvez les confondre, peu importe, les survoler est interdit). Première étape : direction les cartes AIP Drones, ici.

Le type de carte

Le webservice vous géolocalise (selon votre fournisseur d’accès à Internet). Mais ce qui nous intéresse, c’est Belle-Île. Dans un premier temps, décochez les cases « Carte.Aero » et « Annexe II – Drones », puis cochez sur « Google Map », ou « Google Hybrid », ou encore « OpenStreetMap ». Choisissez le type de carte que vous préférez selon vos habitudes de consultation de plans.

aip-01

 

L’endroit où voler

Ensuite, il faut voyager vers Belle-Île. Allez-y en faisant glisser la carte jusqu’en Bretagne. Petite astuce : tapez le code postal pour un accès rapide. Belle-Île, c’est 56360. La recherche fonctionne aussi avec les noms de communes !

aip-02

 

Vous êtes arrivé à bon port ?

Zoomez sur la Pointe des Poulains. Pour bien visualiser la zone sur laquelle vous comptez voler, cliquez sur la carte pour créer un périmètre fait de plusieurs points. Pour refermer la zone, double cliquez.

aip-03

 

La carte aéronautique

Dézoomez un peu (avec la molette de la souris ou le symbole « – » en haut à gauche de l’écran. Cochez « Carte.Aero ». Ce n’est pas très parlant ?

aip-13

 

Les explications !

Cochez la case « Annexe II – Drones ». Ce que vous voyez apparaître, ce sont les emprises de terrains pour avions et hélicoptères. Le rectangle multicolore correspond à l’aéroclub de Belle-Île en Mer, le rond multicolore à l’hélistation de l’hôpital Yves Lanco. La bonne nouvelle, c’est que la Pointe des Poulains est hors distance de ces emprises, suffisamment loin pour que vous n’ayez pas à vous en soucier.

aip-04

 

Zones CTR, P, R, etc.

Décochez la case « Annexe II – Drones » et cochez la case « Annexe I – Drones ». Ouille, tout est devenu rouge. Un souci ? Il faut un peu de recherches pour le savoir.

aip-14

 

Identification des zones

Décochez la case « Annexe I – Drones ». On s’aperçoit que la zone que nous avons délimitée se trouve à cheval sur 3 zones. Pas de chance, ça fait 3 fois plus de choses à vérifier. Dézoomez pour avoir un aperçu de la région et surtout lire les noms des zones. Au nord, c’est le « R 13 B », au sud la « R 13 C » et à l’est la « D-18-A ». Il faut maintenant aller à la pêche aux informations sur ces 3 zones.

aip-05

 

Vous aimez les jeux de piste ?

Aller chercher ces informations, c’est un peu comme un jeu de piste (auquel on n’a pas du tout envie de jouer). Depuis l’accueil du site de l’Aviation Civile, ici, cliquez sur « AIP-Cartes » sur la gauche de l’écran, puis sur « Publication d’information aéronautique (AIP) », puis sur « Manuel d’Information Aéronautique (GEN, ENR, AD) », puis sur « Manuel d’information Aéronautique GEN-ENR-AD en vigueur », puis sur « EN-ROUTE (ENR) », puis sur « ENR 5 AVERTISSEMENTS A LA NAVIGATION AERIENNE », puis sur « ENR 5.1 Zones interdites, réglementées et dangereuses ». Vous y êtes. Ce n’est pas la peine de mémoriser l’adresse de ce fichier PDF, elle est modifiée tous les 28 jours. Eh oui.

aip-06

 

C’est la zone !

Faites une recherche pour trouver la zone « R 13 B ». Trouvé ? On y apprend qu’elle est potentiellement active de MON-THU (lundi à jeudi – les indications sont généralement indiquées en français, ceci est l’exception qui confirme la règle) de 7h à minuit sauf pendant les vacances, et le vendredi de 7h à 16h. D’autres activations sont possibles, indiquées par des NOTAM. L’été, l’horaire est décalé, il démarre une heure avant. L’acronyme SFC signifie Surface, et UNL Unlimited. C’est-à-dire que la zone va du sol sans limite de hauteur. Le risque de mauvaises rencontres, c’est quoi ? « Activités spécifiques défense. Vols d’aéronefs télépilotés non habités. Tirs et explosifs ». Ca calme, non ?

aip-15

 

C’est toujours la zone !

Il faut aussi se préoccuper de la zone « R 13 C ». Son activation est indiquée par une NOTAM, que l’on doit consulter sur le site de l’Aviation Civile. Bon courage pour la trouver. La dernière zone est la « D-18-A ». D signifie zone dangereuse. Mais dans le cas d’un appareil qui évolue en vue directe et à basse altitude, on peut considérer que le danger est faible. Mais certainement pas nul. C’est à vous de voir si vous prenez le risque d’y voler.

aip-16

 

Récapitulons

1280px-Belle-ile_fortin_de_Sarah_BernhardtLes restrictions sont telles au nord de la Pointe des Poulains qu’il n’est pas possible d’y voler, pas plus que sur la partie ouest. Restent les vols sur la partie est. Vous voulez passer outre les restrictions des zones « R 13 B » et « R 13 C » ? Il est peu probable que votre multirotor soit abattu par un Mirage 2000 un peu susceptible. Mais en cas de crash ou d’incident, votre assurance se débrouillera certainement pour démontrer que vous n’étiez pas dans une zone de vol autorisée…

 

Et la citadelle ?

Cette citadelle construite par Vauban en 1549 est-elle située en agglomération ? A priori non (mais ça se discute !). Supprimez le tracé de la zone sur la Pointe des Poulains. Cliquez sur « Trajectoire », puis « Effacer ». Décochez toutes les cases pour ne conserver que « Google Hydrid ». Cliquez pour tracer un périmètre autour de la citadelle, puis double-cliquez pour le refermer.

aip-08

C’est rouge, c’est rouge !

Dézoomez un peu, puis cochez la case « Annexe II – Drones ». Ouille, voilà notre périmètre qui disparait sous des couleurs. Celle qui prime ? La rouge la plus foncée. Elle interdit de voler à partir de la surface du sol. Conclusion ? Pas de vols au-dessus de la citadelle de Vauban. Déçu ? Forcément. Mais au moins vous respectez les textes en vigueur !

aip-17

 

Mais alors…

On peut voler où ? Dézoomez pour voir toute l’île : les emprises de l’aéroclub et de l’hélistation sont importantes, mais les vols ne sont interdits que dans les zones en rouge foncé. Les autres couleurs indiquent les hauteurs auxquelles vous avez le droit de voler. Dans l’emprise de l’aéroport, par exemple, c’est 45 mètres dans la zone rouge clair, 100 mètres dans la zone bleue, et 150 mètres au-delà (sachant qu’il n’est pas possible de dépasser cette hauteur, où que ce soit). Attention à bien tenir compte des zones qui se chevauchent.

aip-18

 

Pointe de Skeul ?

Envie de voler au-dessus de la Pointe du Skeul, au sud de l’île ? Cliquez sur « Trajectoire » puis « Effacer » pour retirer le périmètre de la Citadelle de Vauban. Ensuite, tracez un périmètre pour bien visualiser la Pointe du Skeul. Dézoomez et cochez la case « Annexe II – Drones ». On s’aperçoit rapidement que l’endroit est sous l’emprise de l’hélistation de l’hôpital, avec une limitation à 90 mètres matérialisée par la zone bleue au nord. Donc sur la Pointe du Skeul, restez à 90 mètres de hauteur maximale pour être certain de suivre les textes… Ce n’est pas pratique, on ne voit rien sous les zones d’emprise ? Sachez qu’une transparence réglable sera ajoutée par AIP Drones sous peu. Edit : la fonction est ajoutée !

aip-10

 

C’était compliqué ?

L’insertion dans l’espace aérien est terriblement complexe. Le webservice de AIP Drones permet de visualiser les emprises sans devoir les calculer à la main… Il offre aussi un accès à la carte aéronautique de la France au 1:500 000 et indique les zones impénétrables aux drones, réglementées et dangereuses. C’est une base confortable pour parvenir à respecter les textes des arrêtés du 11 avril 2012… N’oubliez pas de regarder les autres cartes, comme les VAC d’atterrissage par exemple. L’icône en point d’interrogation permet d’obtenir une aide et des explications sur la symbolique des cartes aéronautiques. Enfin, un chat permet de poser des questions à l’équipe de AIP Drones…

aip-11

 

Deux derniers exemples ?

Un petit tour du côté du bois de Boulogne où les radiomodélistes pratiquent leur loisir depuis des décennies. Le tracé est celui de la Plaine de Bagatelle.

aip-19

 

Zones P et CTR ?

Bagatelle se trouve dans une zone CTR, ici indiquée en cochant la case « Annexe I – Drones ». CTR, cela veut dire une Control Zone qui est impénétrable au drones pour protéger le trafic aérien des aéroports proches. En d’autres mots, pas de décollage possible ici. Notez que Paris intra-muros est en zone P, impénétrable aux drones elle-aussi. Ce n’est pas la peine de consulter les emprises d’aéroports et d’hélistations, la zone CTR est suffisante pour interdire le décollage des drones. Est-ce pour autant impossible de voler dans des zones impénétrables ? Pas du tout : il « suffit » d’obtenir les autorisations des autorités compétentes… Mais ça, c’est une autre histoire…

 

Et une bonne nouvelle ?

Parce que toutes ces interdictions, à la fin, ça tape sur le système… Imaginons un petit week-end à Etretat. Maurice Leblanc, Arsène Lupin, l’Aiguille Creuse… Est-il possible d’aller voler et prendre de superbes images des falaises ? Délimitez le périmètre de vol…

aip-22

 

Ouiiiiiiii !

Cochez les « Annexe II – Drones » et « Annexe I – Drones ». Petit miracle : il n’y a pas de restriction à cet endroit. Le vol est possible. Sans vouloir faire le rabat-joie, pensez à respecter les autres règles : hauteur de 150 mètres, vol en vue directe, pas de survol de rassemblement de personnes ni d’animaux…

A vous de jouer pour vérifier vos aires de vols en France métropolitaine…

aip-23

 

131 COMMENTAIRES

  1. Cela devient vraiment … pour faire voler un engin avec une cam.

    Quad sans caméra peut voler partout.
    Quad avec caméra ne peut voler partout.

    On est dans un pays de fou OU QUOI.

    Et en plus avec caméra, on veut vous prendre de l’argent tout le temps. ARRÊTONS CELA AU PLUS VITE, FAIRE UNE PÉTITION TOUS ENSEMBLE , RÉGLER CE PROBLÈME RAPIDEMENT.

    ON N’EST PAS DES PIGEONS !!!

    Notre hobby est un loisir, nos quad sont des jouets, nous sommes tous adultes et responsable.
    Ne nous laissons pas faire.

    Comme toujours dans ce pays de moutons…
    Sinon vous allez tous le regretter rapidement.

    Amicalement 😉

  2. Encore merci pour cette article, le temps passer par l’équipe d’hélicomicro sur ce sujet est déjà une montagne. 🙂

  3. Entièrement d’accord. Il faut espérer qu’une association œuvre rapidement pour la défense des droits des aéromodélistes de loisirs et arrêter cette escalade réglementaire stérile

  4. Génial,

    Mais limité a une petite fraction des utilisateurs potentiels.
    Pourquoi avoir limité l’accès a un système relativement peu diffusé comme l’Ipad?

    Cette appli pourrait vraiment devenir un must avec une version Windows ou Android.

  5. Bonjour
    je suis d’accord avec onclefly, comment peut on mettre fin à cette absurdité (si l’on veut rester dans la légalité)qui consiste à brider et brimer les utilisateurs de drones dotés de caméras pour des raisons qui ne tiennent pas la route. Pétition ? lobbying ? si quelqu’un a une entrée auprès d’un parlementaire ?
    je suis passionné et intéressé par l’achat d’un drone doté d’une caméra comme celui de DJI vision + par exemple ou le Hubsan H109S X4 PRO (sur le point de sortir), mais je suis très embêté par la législation inadaptée.
    ne peut-on pas lancer une pétition sur ce site ?

  6. Je n’ai pas compris ta remarque, Onclefly ? Les zones de vols autorisées sont les mêmes avec ou sans caméra (selon les précisions de Maxime Coffin et celles mentionnées sur le site du Ministère de Transports)… Ou alors j’ai écrit un truc qui prête à confusion ?

  7. Super TUTO, merci! L’outil est très bien fait, j’ai presque envie de dire qu’on prend plaisir à dénicher des endroits sympa pour voler 😉 En plus cela va même m’aider pour mes vols en para-moteur!

  8. La version web est dispo pour tout le monde gratuitement… Ca fait quand même une belle fraction des utilisateurs potentiels… 😉
    Pour les autres versions natives, j’imagine que le coût de développement est élevé, il faut pouvoir le rentabiliser. Pour avoir fait développer des applis sur Android, je sais que ce n’est pas super facile de rentrer dans ses frais…

  9. Il faut vraiment remercier O.Duque et Helico Micro pour les outils et le temps donnés pour éduquer les ignorants que nous sommes souvent face aux risques que notre loisir fait courir…
    Mais franchement, ok, on va essayer d’etre en règle mais c’est un peu décourageant!
    Si la même rigueur s’appliquait à l’usage de la voiture, la circulation serait fluide!
    Qui a dit, ça viendra? 🙂

  10. Voler partout sans cam…faux
    Tu peux voler avec ou sans cam:
    Que sur terrain d’aéromodélisme ou privé avec l’accord du proprio et jamais en agglomération ni rassemblement de personnes. Sinon il faut toutes les autorisations, licences et assurances pour exercer professionnellement cette activité.
    Je ne vois pas ou est le problème?
    Voler en ville avec un multi est tellement dangereux et stressant en que je ne vous pas l’état revenir en arrière pour ces dispositions. Pour s’amuser, il y a tellement de verdure en France…
    Quand je rentre d’une journée de tournage en agglomération, je peux te dire que je suis sur les rotules tellement la concentration et la peur de l’accident sont fortes, même avec un balisage extrême et l’aide de la police pour certains cas. J’aurai préféré faire des images de châteaux en ruine ou de cascades…
    En tout cas bravo à AIP drones, je possède la version iPad avec la carte aéro et je regarde régulièrement et cela permet de montrer aux clients que certaines scènes sont impossibles à tourner en aérien ou de ne pas pouvoir monter trop haut, je vais vite essayer la version présentée sur mon ordi portable. Bravo aussi pour l’article, très complett!

  11. On peut espérer que ça viendra 😉
    Mais il reste quand même que l’insertion dans l’espace aérien est potentiellement plus dangereuse que celle sur une route. Comment alléger les requis de vols sans compromettre la sécurité ? Il y a des endroits où les règles semblent stupides, d’autres où on comprend bien qu’elles sont totalement indispensables. Compliqué 🙁

  12. bonjour Fred
    les zones de vol sont les mêmes qu’il y ai caméra ou pas mais, sauf erreur de ma part, la législation n’est pas du tout la même, non ? C’est ce point que voulait soulever onclefly

  13. Tout dépend de l’interprétation de l’article 3a de l’arrêté du 11 avril 2012, rapport à la “photographie”. Et la prise en compte (ou pas) de cette mise au point de la DGAC (ici) – qui n’a pas valeur de loi, puisque c’est aussi une interprétation.
    Si on se tient à cette dernière, on filme comme on veut autant qu’on veut tant qu’on n’utilise pas commercialement, ce qui ne fait donc pas de différence avec un vol sans caméra. La différence potentielle, c’est l’éventuelle atteinte à la vie privée. Mais en respectant les requis, c’est-à-dire en volant hors d’agglomérations, sans survol de rassemblement de personnes, avec accord du propriétaire dans le cas d’un terrain privé, il y a peu de chance qu’il y ait atteinte à la vie privée.
    Mais tout ça est discutable…

  14. Pourquoi pas une campagne crowfunding pour financer la dev d’un version android, comme ça les gens intéresser ( comme moi ) avance l’argent et se retrouve avec une aplis un jour, sinon l’investissement est rembourser! Je me vois mal payer un produit de la pomme juste pour l’avoir dans ma poche !
    Merci a Fred pour les explications très clair ainsi qu’a aip drone pour leur version web ! Bravo !

  15. Bien entendu, si HM ou un autre lançait l’initiative avec un développeur Android spécialisé en carte déroulante et un projet transparent et accessible aux aéromodélistes, j’apporterais ma contribution et mes cartes pour faciliter cela

  16. Ouais je lâche des € sans souci pour ce genre de projet, en espérant que l’app soit dispo avant la Mu Thermal Camera 😀

  17. Je voudrai dire un GRAND merci à HelicoMicro et AIP-Drones (particulièrement à Fred et Olivier Duque).
    HelicoMicro pour les explications toujours très simples, et AIP-Drones pour nous mettre le service à disposition gratuitement.

    En quelques minutes, j’ai pu voir que chez moi (Haute-Vienne), et en vacances (souvent Puy-De-Dôme), je peux voler plutôt sereinement puisque je suis juste en dehors des aérodromes / hélistations / couloirs RTBA !
    Là, au moins, c’est clair, et je pourrai même imprimer la carte pour montrer si besoin aux forces de l’ordre que je me suis bien renseigné avant de décoller.
    C’est vraiment de l’excellent travail, merci !

    Je me permets juste une petite remarque (que j’espère constructive) : le web-service a l’air assez gourmand, j’essaierai ce soir sur ma tablette Android mais j’ai peur que ça soit limite. Du coup, je serai également vraiment intéressé par une application Android, et l’idée de Pabalo concernant une campagne pour lever des fonds est une très bonne idée. Je suis sûr que nous serions suffisamment nombreux pour financer cette application.
    Vous pourriez même en faire 2, comme c’est souvent le cas : une gratuite avec publicités, et une payante sans pub.

    La campagne permettrait de financer les 2 (finalement la même application, très peu de différences), et ceux qui ont participé au financement auraient droit à la version payante à sa sortie. Ceux qui n’ont pas participé auraient le choix entre la pub, ou payer pour ne pas avoir de pub. Les revenus publicitaires pourraient contribuer à amortir le coup du service. Il existe d’ailleurs des systèmes de pub pas trop invasives : elle s’affiche en plein écran au lancement de l’appli, reste quelques secondes, puis disparait.

    Désolé pour le long pavé…

  18. Je laisse Olivier répondre, mais je suppose que c’est un coût supplémentaire en cartes et en développement. Il faut trouver les roupies pour le faire, quoi…

  19. ROMUALD, cela m’ennuie vraiment mais je n’y suis pas arrivé pour pleins de raisons, d’autant que je suis particulièrement attaché à l’outre-mer. J’espère y arriver bientôt si je trouve les ressources

  20. Le truc qui me dérange vraiment c’est que pour survoler une zone en scénario S2 ou S3 (S4 on en parle pas), il faut avoir un drone certifié DGAC, avoir posé sa map, avoir l’autorisation de la préfecture etc… ET SURTOUT avoir le BB ULM a minima (qui est un examen complètement hors de propos), mais quid de la vrai capacité de pilotage du télé-pilote ? j’ai rencontré pas mal de gens qui passe le BB ULM à la DGAC pour ensuite s’essayer à l’activité Dronesque, et qui ne savent même pas ce que veut dire une inversion de commande !! En gros on espère que les systèmes de récupérations et de secours (Parachute, retour Home GPS)vont fonctionner correctement (Bonjour les dégâts en cas de forte bourrasque ou perturbations…), mais par contre aucune conscience du pilotage a vue en mode manuel pour essayer de récupérer une situation… L’examen DGAC ULM est complètement hors de propos, à changer au plus vite, et il faudrait vraiment un examen en complément sur la capacité de pilotage !

    Pascal pilote helico 3D et de multi-rotors en club FFAM.

  21. Pour Android, pas besoin vous avez le site Web par votre navigateur, sur smartphone et tablette. 😉

    Pour la législation, il faut bouger.

    Car ce qui nous arrive, s’est comme si je vais à Paname avec mon AP(appareil Photo) et qu’il met interdit de photographier la tour Eiffel, le Louvre, les bateaux mouches et la Seine, etc, …

    Moi je pense à tous, les garçs de la campagne mais aussi celui des villes et village.

    J’ai pas envie d’aller sur un terrain de modélisme pour exercer mon hobby.
    Je veux le faire comme tous dans le monde, librement. Prendre mon Quad dans un sac et le sortir ou je veux, filmer, photographier ou pas.

    Je vois pas l’intérêt de filmer des choses ou il y a rien comme exemple un terrain de foot ou un champs.

    Moi je veux filmer et voler avec mes proches, dans mon jardin, à Bagatelle entre passionnés, au Trocadéro, à Cannes, au puits du fou, etc…

    Si s’est pour faire la même chose qu’en ULM ou avec mon Paramoteur, aucun intérêt.

    Si s’est pour que cela soi réservé à des privilégiers, aucun intérêt.

    Notre hobby est un loisir, nos Quads sont des jouets, nous sommes tous adultes et responsable.
    Ne nous laissons pas faire.

    Regroupons nous, fessons entendre nos passions pour voler librement partout.

    ARRÊTONS CELA AU PLUS VITE, FAIRE UNE PÉTITION TOUS ENSEMBLE , RÉGLER CE PROBLÈME RAPIDEMENT.
    ON N’EST PAS DES PIGEONS !!!

    Il est temps de ce faire entendre.

    Autre chose, si il y en a qui stresse quand il vole, un bon conseil, poser vous, et revenez plus serin. 😉

  22. Merci Fred pour tes réponses, et pour résumer les interrogations sur le sujet, voici deux questions précises :
    1/ Si je fais l’acquisition d’un dji visions + et que je vole dans un parc mais loin des gens (j’habite dans la région de Nice) , est-ce que je risque d’être interpellé par un représentant de l’ordre qui passe par là par hasard ou qui a été appelé par quelqu’un et de me voir dresser un PV avec convocation à un tribunal pour comparaître devant un juge ?
    2/ En cas d’accident sur un tiers, suis je assuré contre les dommages causés sur un par le drone?

  23. 1/ Il y a trop de paramètres pour te répondre précisément. C’est à toi de vérifier que tu satisfais aux requis du vol de loisirs. Si tu n’y satisfais pas, ce qui est probable dans toute la CTR de l’aéroport de Nice (elle est assez grande et bien visible sur AIP Drones, case Annexe I), alors tu sais que tu peux être inquiété. Dans la pratique, c’est “pas vu pas pris”. Mais notre avis chez Helicomicro, c’est que le bon sens est primordial : si tu sais que tu risques de gêner quelqu’un, si tu n’es pas sûr de pouvoir gérer ton vol en toute sécurité (peu importent les raisons), il faut t’abstenir. Mieux vaut un vol non effectué qu’un accident effectif…
    2/ C’est à vérifier avec ton ou tes assurances…

  24. Je n’aimerais pas me retrouver dans la file d’attente du Louvre avec un Phantom qui vole au-dessus de moi, avec un pilote dont je ne sais rien et que je ne vois même pas. Je n’aimerais pas non plus savoir qu’un drone vole au-dessus des quais de Seine quand je passe en scooter, même un petit X4… Je ne voudrais pas non plus savoir que je passe à 50 km/h à côté d’un jardin privé où évolue un Alias dans les mains de quelqu’un qui ne maîtrise pas forcément (et qui croit peut-être qu’il est un champion de la voltige).
    Ce qui me dire qu’il est très peu probable que le vol en zone urbaine soit autorisé un jour.

  25. Voila ce qui arrive quand on lit de travers!
    je n’avais pas compris qu’il y avait une version Web.

    Effectivement plus personne n’a d’excuse pour ne pas respecter les zones réglementées.

    Un superbe travail de leur part et une grande avancée pour tous.

  26. Mais Franchement Fred il suffit de flouer la vidéo, et la respect de tous vie privé et autre. 😉

    Ou est le soucis !

    C’est pas celui qui sais pas voler qui va faire cela, il est pas bête et si il est responsable il apprenne dans un coin tranquille.

    Tout les jours de choses passent au dessus de nos têtes s’en le savoir.

    Les quads dans le monde les gens font des photos et vidéos de familles ou rassemblement. POURQUOI PAS EN FRANCE ????

    Le but de mes écrits, s’est de faire bouger les choses dans notre sens et pas à notre répriment.

    Mes exemples sont forts pour que tout le monde comprennent que en restant prudent, en respectant les consignes de sécurité, il n’y a pas de risque.

    A vous écoutez, on laisse le GÂTEAUX AU PRO
    et nous les passionnés LES MIETTES !

  27. d’accord avec toi Fred, mais il faut que le législateur fasse preuve de bon sens, (comme il nous ait demandé de l’avoir, en tant qu’utilisateur de drones), en l’occurrence déjà s’ils pouvaient aligner le règlement sur les drones non équipés de caméra, ce sera déjà un point important et qui nous rassurerait.

  28. Bonjour ^^

    D’abord merci pour avoir rendu accessible c’est infos sur un site et de facon gratuite !
    Merci à hélicomicro pour nous donné les infos et les expliquations 🙂

    Je ne comprend pas cette acharnement de certains, à vouloir se battre contre une rêglementation qui est (pour une fois) correct !

    Vous voulez volez n’importe ou ! n’importe comment !! c’est juste dangereux et irresponsable !

    Volé en pleine ville … et si un moteur lache ? une hélice casse ? un autre drone percute le votre ? si il tombe parterre au millieu d’une place vide sava … mais si sa tombe sur une voiture qui roule ? sur un groupe d’enfants qui font des pater sable ?? ou simplement sur la tronche de votre compagne sur le bord de votre piscine ??

    Beaucoup d’emprise aero en france, oui ! rien que le nombre de décollage à ORLY s’eleve a plus de 229000 pour 2013 !! charles de gaulle c’est 1300 mouvements par JOURS ! en gros sa fait 800.000 avion par AN au dessus de paris rien que avec c’est 2 la …

    Laissons volé librement ! au dessus des plages cannoises ou antiboise ! je suis pas sur que l’émir vas apprécié le vole de sa “villa” sur la route de golf-juan …

    Allé donc demandé aux espagnols se qu’ils en pensent de notre règlementation par rapport à la notre !
    Certains devrais relire certaines news comme celle du 9 MAI ! imaginé 2sc la même en plein mois de juillet ou aout …. avec vos familles en dessous …

    Les même qui se plaignent c’est dernier temps que sur hélicomicro on répète en boucle les règles de sécurité et la règlementation … mais qui n’on toujours pas compris que l’on parles d’aéromodélisme dans les textes ! qu’il y est 1, 2, 3, 4, 6 ou 8 hélices ! camera ou pas !

    Bref … désolé pour le coup de gueule mais fallait que sa sorte !

    Bien amicalement 🙂

  29. Mais ce n’est pas la vie privée qui me dérange, je suis déjà filmé à mon insu, pris en photo, etc.

    Ce sont justement les pilotes qui ne savent pas qu’il ne savent pas voler qui m’inquiètent. J’adore faire mention du bon sens, mais je dois me rendre à l’évidence, ce n’est pas une évidence pour tout le monde.
    Que 600 professionnels travaillent dans les règles de l’art (et même qu’il y ait quelques manquements dus à des professionnels pas très… professionnels), ça fait très peu de vols au final et donc peu de risques d’accidents. Mais 500.000 pilotes de loisirs créent mathématiquement un risque beaucoup plus important.
    L’incident récent à Nice, même s’il manque des éléments pour le comprendre, montre que l’usage d’un drone de loisir en zone urbaine est dangereux, et que les pilotes ne sont pas à l’abri d’un incident technique ni d’une erreur de pilotage. S’il y a cet été sur la plage de Nice 5 Phantom qui décollent chaque jour, il est tout de même très probable qu’un incident survienne…
    D’où la nécessité de communiquer…
    Faut-il attendre que la DGAC communique au grand public avant fin juin, date du grand rush vers les plages ? Ou attendre un accident pour tout interdire ? Ou faire le pitre chez Canal+ pour tenter d’éveiller les consciences ? Proposer un logiciel qui facilite la compréhension des endroits où il ne faut pas voler ?

    Il y a 15j, je suis allé à une conférence de presse au restaurant Le Saut du Loup, qui se trouve dans une aile du Louvre, côté jardin des Tuileries. Il y avait un gars qui s’amusait avec un Phantom à prendre en vidéo le petit arc de Triomphe du Carrousel du Louvre. Un endroit ultra fréquenté ! S’il y a un crash à cet endroit, faudra quand même espérer très fort qu’il ne tombe pas au mauvais endroit. Et vue la concentration de gens…

  30. Bonjour,
    Comment obtient-on des autorisations de vols dans les zones “bordeaux” ? Faut-il passer par la préfecture, la DGAC… ?
    Merci

  31. Exacte Fred !
    Certains présentent leur mini-quad type QAV250 comme des jouets. Or même un hubsan X4 peut blesser. Directement avec ses hélices ou indirectement en faisant peur à un scooter.
    Un ballon de foot aussi, c’est vrai. Mais jouer au foot trop près d’une route vous expose aussi à une arrestation pour mise en danger de la vie d’autrui.
    Et pour ce qui est du parallèle avec la photo il n’est justement pas mauvais : photographier avec un trépied est interdit par défaut. Il existe une dérogation à Paris. Et diffuser ta photo de la pyramide du Louvre est interdit jusqu’à 70 ans après la mort de son architecte… Qui est encore en vie.
    Eh oui… Impossible de passer sa vie en accord total avec la loi, il faut juste rester le plus prudent possible !

  32. Très juste…

    Je dirais que c’est surtout la sécurité qui importe avec les multirotors, avant même le droit à l’image (pour les personnes) ou le droit d’auteur (pour les constructions).

  33. Tu es bien naïf Onclefly, croire que seul les gens compétents iront voler là ou c’est risqué…

    Quoi que tu en dises voler en ville c’est dangereux et à Paris n’en parlons pas…
    Il faut être borné pour ne pas comprendre que bien que contraignantes, les règles qui existent et que l’on voit synthétisées dans les cartes de l’article sont des règles de bon sens.

    Dans les environs d’un aéroport comment veux tu faire autrement qu’interdire le vol d’engins radiocommandés ?? Une règle genre quand il y a un avion atterrissez ? Peu importe la probabilité d’un accident, le risque existe et il faut donc des règles strictes pour s’en protéger ! Croire ou faire croire que ces règles n’existent qu’en France c’est pareil. Je crois qu’en Belgique c’est encore pire que chez nous et aux US je suppose qu’il doit y avoir également un paquet de règles ! Les vidéos que l’on voit c’est comme le dit Fred du pas vu pas pris. Si tu veux prendre des risques en volant en agglomération etc prend les, mais assume les conséquences le jour ou il y en aura !

    Quand je prend l’avion je suis bien content de savoir que les zones autour des aéroports sont interdites surtout quand je vois des gugusse faire des vidéos de leurs drones au dessus des nuages… !

    Et pourtant j’ai un X4 et j’attends impatiemment la sortie du 109S Pro. Le jour ou je serai équipé d’un vrai quad d’extérieur (107L V2 en attendant) j’irai voler hors des zones rouges !

  34. Je voulais dire dans les zones rouge bordeaux qui correspondent en général au centre d’un aérodrome. Je suis sur La Rochelle et la zone “rouge bordeaux” recouvre toute la ville. Est-ce que cela veut dire que tout survol intramuros de la ville de La Rochelle est interdit malgré l’autorisation préfectorale S3 ?

  35. ” … Que sur terrain d’aéromodélisme ou privé avec l’accord du proprio…” c’est faux….

  36. Arf, au temps pour moi, j’étais à côté de la plaque… 😉
    Je t’avoue que je ne sais pas répondre, je me suis concentré sur les problématiques de vols pour les loisirs, pas les activités particulières. Je ne veux pas te raconter d’âneries, le mieux est que tu te tournes vers la Fédération Professionnelle du Drone Civil.

  37. La modif’ de l’examen pour faire un brevet drones est en cours, il me semble. Mais je ne sais pas si elle inclura une partie pratique…

  38. Je ne sais pas quelle est la proportion de terrains privés, mais c’est vrai que la plupart des endroits où on veut voler appartiennent à un propriétaire privé, même si rien de l’indique. Dans ce cas, l’accord du propriétaire est requis.
    Dans la pratique, évidemment, difficile de savoir au-dessus de quoi on vole et surtout à qui ça appartient…

  39. Je rigole car d’ici peu de temps les Quads passerons au dessus de vos têtes pour vous filer des prunes.

    Autre chose, un quad est fait pour voler pas pour faire des accidents.

    Un pilote est fait pour piloter pas pour faire tomber son drone comme un missile sur une voiture ou sur sa femme au bord de la piscine.

    En cas de chute, le bon reflex s’abîmer en zone dégagé.

    On voit clairement ici l’opinion de chacun mais aussi l’intérêt de chaque que je respecte.

    En tout cas, depuis qu’on fait du bruit autour de la loi, tout le monde a peur, se cache, les ventes baissent, les fréquentations des sites dédiés baisse, etc …

    Cela fait plus de tord à notre hobby que de bénéfice.

    Franchement, on a rien a gagner avec ces lois qui nous pénalisent et donne raisons au Pro de l’image.

    Là je défens l’intérêt de tous, cela n’enlève pas le travail au PRO, je vois pas ou est le problème.

    Vous devriez tous suivre mes idées, et pas les dénigrés… 😉

    Je clos le sujet, sauf pour un pétition ou pour quelque chose d’autre allant dans notre bon sens, nous qui ne faisons de mal à personne.

    Notre hobby est un loisir, nos quad sont des jouets, nous sommes tous adultes et responsable.
    Ne nous laissons pas faire.

  40. C’est vrai mais en poussant l’absurde jusqu’au bout, la terre appartient a son propriétaire. Pas l’air qui est au dessus ( du moins pas au delà des servitudes légales). Dans la pratique, demander une autorisation est mieux mais dans les faits, qui s’en soucie ? Reste aussi pas mal d’espaces publiques.
    Ce qui me chagrine ici c’est que peut importe l’espace de liberté que les autorités nous accordent, il y a toujours quelqu’un qui est la pour tenter de brider cette liberté avec des argument fallacieux…

  41. Généralement en cas de chute on ne maitrise pas grand chose, donc se crasher en zone dégagé en ville ça me parait un peu difficile…

  42. Bonjour
    Merci pour ce super tuto, j ai la chance d habiter pas trop loin de belle ileeeeee ;-)(qd je suis en France)et je me retrouve a cheval d une zone R14 3000, j ai cherché comme indiqué et la je trouve zone 3000 ft amsl , vus que je ne peux dépasser 150m de Hauteur, j ai le droit de voler Docteur ou pas, je ne veux pas me prendre un Scud.
    merci et bonne journée
    Gilles

  43. Pour INFO, pour ceux qui veulent faire des Images dans un parc (plutôt grand le parc, je précise)il éxiste des méthodes simples et efficaces pour se prémunir contre d’éventuelles sanctions(Images à des fins non commerciales j’entends)même dans des zones à risques (en respectant à la lettre les REGLES DE BON SENS : pas de public et pas de vols à plus de 100 mètres de haut avec des drones pesant plus de 5kg tous compris…etc) TOUT EN CONSERVANT A L’ESPRIT QUE VOUS CONNAISSEZ VOS LIMITES ET LES LIMITES DE VOTRE ENGIN EN MATIERE DE PILOTAGE (là-dessus, il y aurait matière à un vaste sujet sur Hélico Micro !).

    Il suffit d’une part de demander l’autorisation au propriétaire du parc qu’il soit public ou privé (pareil pour les agriculteurs, plutôt que de fuir en fermant le coffre à la va-vite…bien souvent, ils sont curieux de voir comment fonctionnent ces étranges engins et généralement(en province)très rares sont ceux qui vont sortir le fusil…A moins que vous faites peur à leurs vaches en faisant des piqués digne d’un stuka avec votre quatre hélices ???)…

    Donc avec un peu de politesse et de savoir-faire avec le sourire, les portes s’ouvrent et il se peut même que ce dernier vous demande des plans aériens de sa ferme (Oulalala ça peut faire naitre des vocations !!!???)…Le tout aussi n’est pas de revenir sur ce même terrain avec une dizaine de pilotes la fois d’après sans prévenir (cas déjà vécu !).

    J’aide un Groupe local à réaliser un vidéo-clip de promo (sans budget et production).Plutôt que de faire ça comme un “sauvage”, puisque de splendides plans de forteresses seraient à même de mettre en valeur le groupe et le patrimoine local par la même occasion…Mais voilà, c’est un parc certe vaste mais ouvert au public !!! en pleine agglomération.

    Donc d’un point de vue LOI, c’est NON CATEGORIQUE…Ne vous découragez pas, allez voir votre Gendarmerie la plus proche et dites ce que vous voudriez faire (bien évidemment choississez des endroits difficilement accessibles au particulier dans ce même parc ET DANS LA LIMITE DU RAISONNABLE en montrant bien que vous connaissez votre sujet…

    Contrairement à ce que vous pouvez lire dans les journaux, les Forces de l’Ordre en règle générales n’y connaissent pas grand-chose (eux aussi) sur les drones et encore moins sur l’application d’une Règlementation en pleine mutation…

    EH BIEN CONTRE TOUTE ATTENTE, ILS ONT ETE COMPREHENSIFS SUR MA DEMARCHE ET M’ONT AIDE SUR CE PROJET (J’avais évidemment préparé un argumentaire biens ficelé avec photos et plan d’action…Et oui? On arrive pas les mains dans les poches en territoire conquis…Là aussi,à bon entendeur).

    Comme quoi, NE JAMAIS PREJUGER !!!Il y a des abrutis partout mais parfois “Une Etincelle de Lucidité surgit”.
    Et je tiens à terminer que je ne suis pas le cousin du colonel, ni le partisan acharné du Maire en place.

    Je suis peut-être un cas isolé…Mais au final sur un problème ou une interprétation purement théorique, il convient aussi de bien réfléchir à sa démarche pratique sans omettre la moindre “piste” même celle qui semblerait la plus IMPROBABLE pour faire aboutir son vol sans encombres.

    Vous allez me dire mais quel rapport avec les cartes aéronautiques : Ce sont elles qui m’ont permis d’appuyer ma démarche…Comme quoi, il n’est jamais inutile d’en lire une de temps à autre (Professionnel ou simple Amateur).

  44. Sur la carte, le R14 3000 est probablement souligné par un trait rouge et rien en dessous. Ca signifie que la zone est active depuis le sol jusqu’à 3000 pieds (donc au-delà des 150 mètres des drones). Dans le document SIA qui décrit en détail la zone R14 (Le Bego Plouharnel), il est indiqué 3000ft AMSL sur un trait en pointillés et SFC en dessous. C’est la même mention : la zone commence à la SurFaCe (SFC) jusqu’à 3000 pieds. Regarde les dates et horaires d’activation : il n’y a rien entre le 16 juin et le 14 septembre. Sauf s’il y a des activations par NOTAM (là, il faut être “aware” avec le site du SIA).

    En simplifiant, la zone est interdite entre 0 mètre et le plafond des drones (150 mètres) du 15 sept au 15 juin, du lundi au jeudi de 8h30 à 11h et de 13h à 15h30, le vendredi de 8h30 à 13h. Avec + ou – une heure selon la saison. Oui, c’est la version simplifiée, héhéhéhé 😉
    (en espérant que je ne me sois pas gouré, hein).

    Vraiment simplifié, tu peux voler en été tranquillou, en hiver mais à l’heure du déjeuner ou de l’apéro. Et le vendredi après-midi, c’est permis.
    Sauf indications contraire NOTAM, bien sûr.

    Tout ceci est une incitation à peine déguisée à faire une surconsommation des anti-migraineux de nos laboratoires préférés.

  45. 🙂 🙂
    Je préconise un déménagement. Ou une voiture pour aller loin. Et/ou l’inscription à un club FFAM qui supporte les multirotors 🙂

  46. Si tu fais joujou l’été, tu va pouvoir rencontrer des copains.
    “Activités spécifiques défense.Vols d’aéronefs télépilotés non habités.Tirs et explosifs.”

  47. C’est pas l’inverse, ils n’y sont pas (sauf NOTAM) l’été, mais ils réchauffent l’endroit l’hiver ?
    Ou j’ai tout faux ? 😎

  48. C’est vrai, c’est moi qui le lisait à l’envers.
    Et je suis dégouté, je passe mes vacances dans l’une des plus grandes CRT, juste à coté, celle de Lann Bihoué…

  49. Juste pour rire 🙂

    Fred il faut positivé dans la vie, tout le monde n’est pas gris …
    Relaxin quand tu voles faut faire attention à ce qu’il y a en dessous (règle de base), en cas de chute cela sauve.
    Ainonyme toi ton soucis s’est le chien 😉

    Moi je suis plus gêner par les hélicos de la gendarmerie qui passent à moins de 150 mètres au dessus des pavillons pour mettre des amendes au automobiliste. Cela je le vois presque 3 fois par semaine.

    Alors la loi est pour qui, je vous le demande vous les savent… 🙂

  50. Bien sur qu’il faut demander, bien sur qu’il faut être polie, tout cela s’appelle du bon sens. 😉

  51. C’est vrai 🙂

    Vu aujourd’hui un Phantom sur le rond point de l’Etoile, sous l’Arc de Triomphe. J’ai fait un tour de manège en scoot pour voir ce qu’il faisait, mais je ne l’ai pas revu au 2e tour, il devait être haut. J’étais à la bourre, je n’ai pas eu le temps de m’arrêter pour le prendre en photo.

  52. Tout d’abord un grand merci à toute l’équipe d’helicomicro, pour son travail de recherche titanesque 😉 et un grand merci à AIP-Drones pour ces cartes super pratiques.
    Pour répondre un peu sur le sujet du MAP, étant moi même télépilote certifié, il est important de préciser que le théorique ulm , bien qu’inadapté à l’activité drone, permet d’avoir des connaissances de bases en aéronautique, ce qui pour 30 euros n’est pas un luxe, un nouveau théorique drone est en préparation ( les bruits disent qu’il serait plus facile, a voir ….). Mais le plus important, est qu’il ne suffit d’un théorique et d’un drone homologué, lors de la rédaction du MAP, la DGAC porte le plus grand soin à la partie formation qui doit être détaillée de manière très précise sur des points particuliers. Ayant pour ma part fais ma formation dans un organisme agrée, je n’ai pas eu ce genre de problème. En bref il ne suffit pas du théorique et d’un drone pour être télépilote, la formation spécifique (répondant au exigences de la dgac), l’homologation du drone, la création d’une structure obligatoire, à moins de travailler en tant que salarié (mais dans ce cas le dépôt de MAP se fait par le patron de la boite), sont autant d’étapes à la création de l’activité, donc pas d’inquiétudes tous les télépilotes qui se lancent en pro ne sont pas forcement des dangers potentiels, du moins pas plus que les autres 😉

    Merci encore Helicomicro ….. 🙂

  53. de toute façon, quoi qu’il en soit, les lois vont s’adapter pour faire payer les indisciplinés, et là , comme avec les radars, ça va être encore le jackpot pour l’état. Prêt à passer votre permis “drone”?
    De nouvelles armes(brouilleur/rapatrilleur genre raspberry pi) vont voir le jour pour stopper et permettre de réprimander les fous d’objets volants …

    A moins qu’un jour on stoppe tout! (mais pas la guerre)
    Quand un jour un drone avec une charge de C4 viendra se plantait dans un avion ou quand un président se fera photographier ayant une relation douteuse, et j’en passe…

    Mais bon, avant que cela arrive, on inventera des systèmes pour brouiller les ondes, enfin j’espères?

  54. +1, la dernière fois, si bas devant chez moi, je suis resté immobile de peur qu’ils me prennent pour qqun d’autre,et le pire dans tout ça, ce n’est pas une blague!

  55. Le sujet concernant la news est les problèmes que votre drone peuvent causer dans l’espace aérien contrôlé, je suis surpris que personne ne panique à l’idée que son quadri tombe en panne et qu’au lieu de se crasher, s’en va tout simplement, hors contrôle, aussi bon pilote ou technicien que vous soyez ce n’est pas une techno mature et fiable à 100%, et avec tous les “drones” vendus, moi perso j’y réfléchis à deux fois avant de prendre l’avion aujourd’hui

    La possibilité de percuter un avion ou autre n’est pas à sous-estimer, le risque existe. Vous décoller avec votre multirotor, vous rentrez tout simplement dans l’espace aérien qui est strictement contrôlé, et on ne peut pas faire n’importe quoi, je le souhaite évidemment pas, mais le jour ou un accident arrivera “et je ne parle pas d’un crash au sol” on ne fera plus les fiers, un phantom dans une turbine …..je n’ai pas envie de savoir ce que cela fait…! Ce site web est juste primordial pour n’importe quelle personne qui souhaite faire cette activité. Les clubs FFAM son déclaré est noté sur les cartes aériennes ce n’est pas pour rien.

    Tous ses règlements ne sont pas une contrainte pour notre activité, mais plutôt l’inverse, elle vous donne le droit de voler, simplement un code la route à suivre. 🙂

    Fred a tout expliqué d’une façon claire comme d’habitude, donc il n’y a plus de raison pour ne pas faire attention maintenant.

  56. Merci Fred et bravo pour ce post très clair (comme toujours) et merci AIP Drones pour cette appli juste… indispensable !

  57. Bien sur, tu as raison. Mais j’habite en banlieue ouest, 20km: il faut vraiment chercher où voler!
    Et j’aime aller en Normandie, Trouville, Honfleur… Tout est rouge! Un peu décourageant et peut-être trop pour que chacun accepte de respecter toutes les contraintes… ou alors, il faut voler au-dessus des champs de luzerne, loin, loin, loin… 🙂

  58. Je me permets de rajouté pour finir sinon on peut en parler des mois pour rien…

    Avec des si on met Paname en bouteille. 😉

    Les législations en vigueur, s’est pour cela que je suis pas d’accord, mais cela ne saut au yeux de personne, peut être car vous n’avez jamais piloter autre chose que des modèles réduits :

    LA LÉGISLATION EST CELLE FAIT POUR LE TRANSPORT ET LE MILITAIRE.

    NOS QUAD N’ONT RIEN A VOIR EN VOL AVEC UN AVION, NI UN HÉLICO.

    S’est pourquoi il leur faut quelque chose d’adapter. 😉

    Là s’est pas ce qui est fait, s’est du n’import quoi
    que nos politiques ont fait encore et comme d’hab.

  59. Très pratique merci pour ces infos !

    Très “marrant” mon club d’aéromodélisme se situe en zone strictement interdite de vol. Dans l’axe d’une piste d’aérodrome sur les trajectoires d’approche… Bref tout ce qu’il ne faudrait pas faire !

  60. On n’a pas besoin d’un drone pour cela, un avion radio commandé bardé d’explosif peut être une arme pour des fêlés.

  61. Merci Fred en tout cas pour ton site et bravo.
    Pas de news de l’hubsan 109 pro ? J’attends ton essai pour choisir entre le vision + et lui.
    Merci

  62. Le risque zéro n’existe pas.
    Les avions grandeur passent à proximité des nôtres et parfois y’a un étourdi qui ne suit pas les trajectoires qui se retrouve à la verticale du terrain mais ça reste rare, et on toujours la priorité… et le plus gros risque de collision en vol s’établit entre modélistes surtout!

  63. Evidemment, la sécurité est primordiale comme je le rappelle dans le post.

    Mais je suspecte d’autres intérêts en jeu : un copain photographe professionnel qui a demandé une accréditation pour la prise de vues d’avions anciens se l’est vue refusée il y a 2 mois, au motif “quota de journalistes-photographes déjà atteint”. Au sol, s’entend, pas des photos aériennes. Amusant. Il est tout petit, il ne prend pas de place, pourtant 🙂 Donc il va aller faire des photos en dehors de la zone des commémorations. Ce qui revient au même, mais il va être obligé de sortir le gros matériel pour des prises de vues de loin.

  64. Est-ce que je me trompe ou est-ce qu’il faut passer par les achats intégrés pour obtenir tous les renseignements ?
    L’appli à moins de 10€ n’est pas un problème mais il me semble qu’il faille rajouter 15€ par cartes OACI régionale ou 30€ pour la nationale et un peu plus pour la liste des aérodromes.
    Si c’est le cas, c’est un superbe outil pour les pro et un peu trop complet pour les petits amateurs, non ?

  65. AIP Drones sur le web est gratuit, il n’y a aucun achat intégré.

    L’appli iPad est autre chose, la licence d’utilisation des cartes n’est pas la même, le coût supplémentaire est dû à la politique de l’IGN.

    Normalement, professionnels et particuliers doivent étudier les mêmes documents pour savoir où voler et où ne pas voler. Ce n’est donc pas trop complet pour les petits amateurs 😉 Trop complexe, très certainement. Mais en l’état des textes, il faut faire avec 😎

  66. Travaillant dans une très grande entreprise aéronautique du sud-ouest, on est tout de même très très loin de la complexité des certifications aéronautiques

  67. Je disais donc…
    Travaillant dans une très grande entreprise aéronautique du sud-ouest, on est tout de même très très loin de la complexité des certifications aéronautiques.
    Le fait de vouloir partager l’espace aérien avec les très gros n’est qu’une question de respecter un code comme on respecte le code de la route et ce n’est pas aussi compliqué que cela.
    Je rappelle qu’un gamin de 15 ans a la possibilité de piloter un avion tout seul en respectant une règlementation bien plus complexe.
    Alors si nous voulons vraiment nous comporter en adulte responsable, Yapluka.
    P.S.: connaissez vous le montant de dommages que peut entrainer un drone qui pénètre dans un réacteur ?
    Réponse: bien bien plus que le montant de l’amende encourue…

  68. Je ne te rejoins pas vraiment sur ces points ! (sauf sur le coût d’un drone avalé par une turbine)

    Le souci des textes actuels, c’est que l’acheteur du drone (à partir de 50 €) dans le supermarché du coin est tenu de respecter des textes qui supposent la compréhension de cartes aéronautiques. Certes pas d’une complexité délirante… mais tout de même complètement absconses pour le grand public. Comment peut-on imaginer qu’il les respecte puisqu’il ne peut pas les interpréter. En imaginant déjà qu’il ait connaissance de leur existence, du fait qu’il soit concerné, et en supposant qu’il sache où les trouver.

    Pour toi, ce n’est pas si compliqué que cela, tu es dans le domaine. Mais il faudrait poser la question à un acheteur d’AR.Drone à la sortie d’une FNAC… Ou de Phantom 2 Vision dans l’une des boutiques en ligne françaises… J’ai tellement entendu les spécialistes de l’aéronautique affirmer que le “voir et éviter” est évident. Là encore, il faudrait poser la question aux acheteurs de multirotors…

    Il suffit de lire les différents articles qui sortent dans la presse grand public, ou même scientifique, pour réaliser à quel point on est loin d’un comportement responsable, par manque d’information solide.

    Donc voilà, mon avis est que tant qu’il n’y aura pas de communication sérieuse à l’intention du grand public, le sujet restera très compliqué et touchy.

    Pour terminer, je dois avoir chaque jour une vingtaine de mails de particuliers qui sont arrivés sur le site au hasard de leurs recherches Google. A leurs questions, je sens bien qu’ils découvrent, qu’ils comprennent que ce qu’ils font n’est pas légal, et qu’ils vont finalement s’en accommoder. Mais je n’ai pas le temps de répondre à chacun d’entre eux, je les renvoie gentiment vers les posts qui concernent leurs questions. Est-ce que la DGAC répond à leurs questions ? La réponse est non. Est-ce que c’est son rôle ? Je dirais que oui, mais je me doute qu’ils ont d’autres priorités. Mais alors, qui va répondre aux questions du nombre croissant de télépilotes ?

  69. Peut-être qu’en obligeant les vendeurs à devenir responsables.
    Le magasin du sud de la région toulousaine m’a fait tout de même signer un papier informatif avant que je prenne livraison de mon phantom 2. A la remise de ce papier il m’a fait un petit briefing.
    Quand je lis certains post, je me rends compte que même avec la meilleure information, ceux qui sont épris de “liberté” comme ils l’appellent continueront en ignorant la sécurité. Pourtant ils viennent se renseigner sur cet excellent site (bravo pour vous), mais restent hermétiques.
    Pour ce qui est de la compréhension, dans l’exemple que je donnais, un gamin de 15ans à la possibilité de piloter un avion, maitrisant la machine, la règlementation, la navigation et la sécurité. A 15ans, on ne peut pas dire que la maturité soit au top, et pourtant il y arrive.
    Si un adulte “responsable” ne peut pas se comporter comme un ado de 15ans, ça va être dur.

  70. Oui, je pense que les revendeurs devraient endosser une partie de ce rôle informatif. Bravo à la boutique que tu mentionnes. Je peux aussi citer Miniplanes/FXmodels/Droneshop et Studiosport qui nous ont contacté pour diffuser un message de ce type. De tous les revendeurs spécialisés que j’ai contactés, aucun n’est contre le fait d’informer. Il ne reste plus que l’impulsion de l’état pour que ce soit effectif (comme suggéré dans cet entretien avec Maxime Coffin). Yapluka comme tu l’as dit 😉 😉

    Concernant les pilotes épris de liberté, je pense que l’information calmera la plupart d’entre eux. Après, il y aura toujours des débordements, mais ça, c’est la nature humaine…

    L’exemple du pilote de 15 ans est très intéressant : il est responsable parce qu’il a été guidé, conseillé et formé pour cela dans un milieu spécialisé. Ce n’est pas le cas de la grande majorité des pilotes de multirotors… Ce qui pour moi illustre encore la nécessité d’information à destination de tous les acheteurs potentiels. Y compris avant l’acte d’achat, d’ailleurs (donc par des canaux très grand public).

  71. Le pilote de “15 ans” à le droit de piloter un avion car il a reçu une formation en double commande de 25 heures (pour le brevet de base) et de 50 heures minimum pour le PPL. le tout avec un instructeur. Ce n’est pas la même chose …

  72. En même temps…Androïd, t’as pas choisi la facilité.
    J’ai quelqu’un pour toi si tu veux développer sur ios.

  73. “Potentiellement dangereux”, peut-être, mais si on se base sur les statistiques, l’espace aérien est bien moins dangereux que la route. On se dit tous qu’une route de montagne avec ses lacets serrés est potentiellement plus dangereuse qu’une belle ligne droite en rase campagne. Statistiquement, c’est le contraire.

  74. Bonjour. Pas vraiment sur de comprendre ce que sont ces immenses zones rouges “ctr”… En Ile de France, ça interdit tout sur 15km à 30km de Paris… Même des morceaux de forêts à St Germain ou Marly, la forêt de Senart ou un morceau de celle de Fontainebleau!…
    Quant à l’estuaire de la Seine, interdit aussi!
    J’ai quand même l’impression que c’est compté très “large” en termes de sécurité aérienne!

  75. Bravo pour ce site qui essaye d’apporter de la simplicité dans ce monde compliqué et inaccessible pour le commun des gens!!

  76. Le mélange des gros aéroports et hélistation fait que tout Paris est une ctr que l’on appelle aussi une zone terminale de contrôle.
    C’est dans une ctr que se font les approches finales des aérodromes (la zone part du sol).
    Il faut savoir que les zones ont été faites toujours pour la sécurité.
    La sécurité impose qu’un aéronef puisse s’éloigner des zones habitées en cas de panne. La taille de la ville va donc déterminer l’altitude de survol.
    Pour Paris, vu la taille de la ville, l’altitude serait telle que l’aéronef va se retrouver en plein trafic, d’ou la zone P.
    Pour d’autre sites comme Mont de Marsan avec la P35, la raison est que les militaires n’aiment pas qu’on vienne filmer leur gros pétards à champignons, même avec la dernière des gopro.
    Et bien entendu, ces zones ont été déterminées bien avant l’arrivée des drones uniquement pour les avions/hélico.

  77. Merci de ces précisions. Je les comprends mais étant francilien, je les trouve très contraignantes, dans des endroits sans habitations, surtout quand on ne dépasse pas 100 ou 150m d’altitude.

  78. CTR, c’est une zone gérée par une tour de contrôle, qui se pratique en IFR (aux instruments). Elle est impénétrable en VFR, sauf dérogation. C’est la manière dont est découpé l’espace aérien.
    Evidemment, ça jure avec le terrain de jeu des multirotors, qui ne dépasse pas la vue directe la plupart du temps (donc moins de 300 mètres au sol).

  79. Il est vrai que les CTR pourraient théoriquement être adaptées au plafond de 150 mètres des drones, en conservant évidemment le volume d’emprise des endroits de décollage/atterrissage. Peut-être en simplifiant, d’ailleurs, pour ne pas avoir ces paliers qui sont une tannée à calculer la main, et encore plus compliqués à respecter dans la réalité.
    Le risque, c’est de voir des drones au-delà des 150 mètres autorisés, soit par incident, soit en infraction volontaire. Mais bon, la présence des CTR (ou de zones P) ne prémunit pas non plus la pénétration d’un drone (toujours par incident ou volonté).
    Mais je ne m’y connais pas assez pour être catégorique…

  80. C’est effectivement contraignant, mais c’est dans cette zone que l’aéronef va rejoindre le terrain, d’où le nom souvent utilisé de zone terminale de contrôle.
    Du coup, la zone part du sol. Le contrôle est fait par la tour uniquement.
    Dans cette zone se situent les approches, mais également les tour de piste, PTU ect… qui se situent à des altitudes différentes, d’où les paliers.
    Mais il y a pire : la P35 de Mont de Marsan. On comprend tout à fait l’interdiction, mais la zone fait un rayon de 20Km autour de la ville. C’est la campagne partout! En fait, la taille est définie afin que si un aéronef entre dans la zone, les militaires aient le temps de réagir avant qu’il atteigne la base.
    On pourrait donc laisser les drones voler dans cette zone.

  81. Si je prends le cas de la région parisienne et que je fais abstraction de la zone CTR. Il reste les zones P comme la P23 de Paris. Il reste les emprises des aéroports/aérodromes/hélistations etc. et leurs paliers. Mais en dehors de ces zones, il n’est pas supposé y avoir du trafic civil entre la surface et 500 pieds, c’est bien ça ? Ou j’oublie quelque chose ?

  82. Bonjour ^^

    Pour se qui serais curieux de voir le nombre d’avion de ligne en l’airs, regardé ici : http://www.flightradar24.com/#48.39,7.07/6?&_suid=140022235337001404421592699166

    se site permet de voir une partis du trafic aérien en temps réel … une partis seulement ! j’ai pus constaté que certains avions de ligne n’apparaisse pas ainsi biensur que les hélico, militaire et avion dit de tourisme 🙂

    Mais sa donne une idée de se qu il y a au dessus de nos tête 😉

    Bien amicalement

  83. … en même temps beaucoups de multirotor “peuvent” dépassé allêgrement les 150m ! surtout en FPV … suffit de regardé les vidéo sur le net pour se rendre compte que beaucoup sont au dessus des des 150m de plafond et à plus de 150m de distance à vus ….

    Faire volé en zone CTR un “ladybird” ou un “X4” ne pose pas de prolème ( voir un X4 à 50m sa commence à être du sport lol) selon moi ! maintenant les models au dessus … le jours où un “oiseau en fer blanc” vas se votré et tueras 250 personnes … la conscience du fautif vas lui gratouillé le cerveaux …

    On oublis aussi, se qui n’apparais pas sur les cartes, c’est toute les zones et sites dit sencible interdit de survole !

    recement un homme à était interpelé sur le site de canjuers (site militaire dans le VAR ), deux route traverse le champs d’entrainement (qui est l’un des plus grand d’europe), l’homme c’est arrèté sur le bord de la route et a fait volé sont multirotor, en moins de 10 min il a était interpelé par la police militaire et embarqué … se genre de cas ne passe pas dans le journal local, et il y en a de plus en plus … alors tous des adultes responsables … je doute .

    trafic en dessous de 500 pieds … hormis les hélicos de la sécurité civiles, militaire et gendarmerie, on peut aussi voir passé les planeurs et autre ULM … sinon non pas de trafic 🙂

  84. Il reste les zone R comme R84 (versaille) R132 (chasses présidentielles)…
    Mais comme je l’ai dit ces cartes ont été faites pour les aéronefs et avant l’arrivée des drones.
    Les avions RC nécessitaient un lieu (pour décoller) et l’encadrement se faisait via un club. La distance limite était la distance visuelle.
    L’arrivée du drone, du FPV et des retours vidéo jusqu’à 1,5km change la donne.
    Et je ne parle pas de la ground station de DJI.
    De plus, en RC, quand tu as passé un gros nombre d’heure à construire ton avion, tu le bichonnes et tu passes pas mal d’heures avant de pouvoir voler en confiance (je ne parle pas de maitrise).
    Le phantom, tu l’achètes, tu le sors de la boite, vol en confiance en moins de 5mn, si tu casses le prix des pièces n’est pas exorbitant.
    C’est donc devenu un objet de consommation ou un jouet (les acheteurs ne font plus la différence) qui, si on ne prend pas les mesures rapidement amènera des problème.
    Je redonne un exemple :
    Je suis en WE dans le Gers, perdu en pleine campagne, premiere maison à 500m.
    Je dois donc pouvoir m’adonner à mon plaisir sans presque aucune restriction, sauf que… Je suis sous la R46, vols réacteur basse altitude, haute vitesse. Le plancher est à 350m.
    Moi mon phantom est limité a 150 (pas encore de fpv…) mais on y arrive vite.
    L’apprentissage d’une carte aéro me semble indispensable.

  85. Tu oublies les hélicos, le FPV date aussi. Les avions près à voler aussi, rien ne change, les Quads on aussi existé avant le Phantom et autre produit populaire.

    Moi perso, si s’est pour faire cela comme dans un club, non merci.
    Grace au progrès cela vole tout seul enfin presque celons le pilote.

    Les Quads tel qu’on le connait aujourd’hui ouvrent de nouvelles perceptives. Il faut une législation propre à eux.

    Tout le monde est bien d’accord pour dire qu’un mini Quad comme le LadyBird est adapter pour voler dans son jardin, un parc ou autre du moment ou en cas de problème, la chute ce fait s’en dommage autre que le Quad.

    Moi, un vole un peu partout avec toutes les précautions, à par des casses Quad je n’ai pas de soucis.
    Tout le monde apprécie, adore ce que je fais, très content d’essayer.

    Il ne faut pas voler en revanche chez les voisins au dessus des maisons des voitures, …, cela est logique.

    Si tu veux des exemples :

    L’EDF utilise des Quads pour voler au dessus des lignes hautes tensions (pour tous pilotes formellement interdit).
    On utilise des Quads pour vérifier des ouvrages d’arts (pour tous pilotes formellement interdit).
    Le cinéma, la télévision, utilisent des Quads à tout va ou cela et formellement interdit à tout pilote.

    Pourtant le risque est grand dans tout ces exemples.

    MAIS SUR QUI ON TAPE, SUR NOUS …

    S’est honteux, encore une preuve ou l’on voit l’incompétence de nos décideurs.

    Dans le monde les Quads sont utilisés librement ( sauf pays …), pourquoi pas nous.

    Il faut faire bouger cela, car sinon l’avenir de notre hobby est bien morose.

    Moi je pense à tous ceux qui vivent loin d’un champs.
    je ne pense pas qu’à moi comme tout le monde.

  86. Il y a sans doute quelque chose qui m’échappe dans ces grandes étendues de couleur rouge “vin”: les milliers de km2 au-dessus de la mer et le long de nos côtes, ce ne sont quand même pas des zones dangereuses si un drone s’y aventure? C’est pour les vols d’hydravions?
    Et pourquoi les vols d’ULM, non IFR, je suppose, semblent autorisés (au vu de l’emplacement des bases)et donc jugés sans danger alors qu’un drone, lui, est jugé dangereux?
    Pardon si je semble un peu bouché, mais ces zones “ctr” me restent en travers de la gorge, et elles sont très grosses 🙂

  87. Tu ne peux pas comparer des quads qui valent des milliers d’euros à nos petits quads.
    Ceux utilisés par EDF ainsi que les pilotes ont des certifications et des autorisations spéciales.
    Investis les mêmes sommes et tu pourras faire toi aussi plus de choses.
    Nos petits quads et nous même sommes trés loins d’être aussi sécurisés.

  88. Les zones rouges D ne sont pas impénétrables tout le temps, il faut consulter le fichier AIP Sup pour connaître les dates et horaires de restrictions, qui valent pour tous les appareils VFR sauf dérogation. C’est un jeu de piste. Ca occupe, pour ceux qui ne savent pas comment tuer le temps 😎
    Les CTR, en revanche, y’a pas grand chose à faire, c’est comme ça.

  89. S’est vrai Guy, un mini Quad ne peut pas avoir de parachute mais bon quand il tombe son faible poids ne fait pas de dégât. Alors qu’un quad pèse beaucoup plus mais pouvant porté un parachute, il peut tomber idem comme si il faisait le même poids.
    Quand on apparent le pilotage personne ose faire ces essais. Moi de que je peux je le fais, j’ai pas envie crois moi d’avoir une catastrophe comme tout le monde je pense.
    Pour L’EDF ou autre tu les crois plus en avance que nous ? 😉

  90. A vrai dire, quand on entend parler de flyaway qui sont soit liés à une erreur de pilote, soit à un problème inconnu, il y a de quoi s’inquiéter.
    C’est tout de même un logiciel qui gère la bestiole dont personne ne peut dire qu’elle a reçu des qualifications aéronautiques.
    Mon phantom 2 peut monter à 1500m et pèse 1K300.
    Je ne suis pas sur qu’une chute soit aussi inoffensive que vous ne le pensez.
    Et je ne parle pas des hélices dont la vitesse de rotation n’est pas non plus aussi inoffensive.
    Je peux te donner une erreur de débutant que j’ai faite :
    Petit test dans mon jardin ( j’avais déjà fait quelques vols en campagne).
    J’avais un soupçon sur le captage GPS.
    Décollage et stabilisation à 2m, toutes lumières au vert.
    Petit coup de vent, dérive latérale. Je compense mais la dérive amène le phantom dans un couloir entre 2 maisons ou le vent est plus fort, ce qui me donne l’impression que je compense dans le mauvais sens.
    Par reflex, j’inverse la compensation et la bestiole part encore plus vite du coté de chez mon voisin, puis direction mur et fin de vol.
    Ma voisine est assistante maternelle. Je n’ose pas imaginer si un des gamins était présents.
    Pourtant, pour moi il n’y avait pas de risque.

  91. Tiens pour info pour toi Guy et tous :

    http://www.drone-trend.fr/carte-interdiction-vol-drones-usa-363

    Et nous dans notre pays la France interdit…

    Je comprends mieux avec ton exemple tes pensées.

    Les gens achètent des Phantoms si ils ont les moyens car on leurs vend une machine disant, facile à piloter, assisté, etc, je fais pas la liste. 😉 la réalité est toute autre.

    Perso je conseille toujours de commencer par un petit Quad comme le X4V2, et de bien ce faire la main avant de passer à autre chose. Le problème souvent les gens passent à autre chose trop vite et pensant qu’un Phantom va palier à leurs manquent de compétentes.
    Toi tu en as un, donc tu es bien au courant même mieux que moi des soucis.

    Ce qui est sur moi avec mes minis Quads dans le jardin j’ai pas de soucis et tout mes voisins adorent. Ils veulent tous que je leurs fasses des vidéos de leurs propriétés.
    Quand je sors plus gros le V262 je reste bien sur mon terrain. Comme cela pas de soucis en cas de chute.
    Le vent je joue avec, je me régale des coup de vent, et tu vois pourtant je sais que je ne suis pas un pilote de compétions.
    Les risque faut y penser avec, c’est comme vérifier ça machine avant vole, ce sont des règles de base en aviation.

    Maintenant tout le monde fait des bêtises, moi le premier, s’est comme cela qu’on apprend, le tout est de ne pas faire de catastrophe.

    C’est pas pour autant qu’il faut des lois pour interdire que plus personne ne respecte en plus ici en France. 😉

    Je pense surtout qu’il faut plutôt arrêter de faire du commerce sur tout. le problème vient plus de là.
    On le voit bien avec le Phantom, il est victime de son propre sucés en France, comme avant le parrot.

    Mais les Quads ce ne sont pas que cette machine. Car je le dis le problème vient de cette machine et certains de ces pilotes. Ne prends pas cela pour toi, tu n’as pas encore fais la une des médias. 😉

    Mais nous les autres pilotes on ne veut pas de cela.
    S’est pourquoi je ne suis pas d’accord avec la loi.

    Je dis qu’il faut bouger, faire changer les choses, plutôt que de faire le mouton et pris pour des pigeons

    La loi si on regarde bien, elle arrange qui, de les clubs, comme par hasard…

    On se fout vraiment de nous. Ce sont toujours les mêmes qui on le profit et nous les soucis.

    Donc NON 😉

  92. Bon, ben je sens bien que je vais finir par passer un petit moment à l’ombre. Moi je voudrais un drone équipé d’une caméra pour faire de la recherche archéologique aérienne et pour ensuite me rendre sur site avec mon détecteur de métaux et ramasser plein de jolies pièpièces romaines.
    Petite blagounette pour mettre en avant le fait que la France,le pays des libertés, est plutôt coincée sur certains sujets pourtant bien anodins (voir la législation sur la détection). On a le droit d’acheter du matériel de loisir mais pas de l’utiliser… Il va falloir déguiser les drones en oiseaux migrateurs qui eux ne sont pas assujettis à la réglementation.

  93. Très bon outil la carte AIP-Drone. [image]http://forums.cnetfrance.fr/public/style_emoticons/default/nickel.gif[/image]

    Pour les achats de drones en ligne, il devait y avoir un p’tit lien vers ce site.
    Au moins les nouveaux arrivés dans l’aéromodélisme aurait une chance de pour prendre connaissance des aérodromes, et héliport ainsi que de la surface des zones interdites.

    Pour les zones CRT, perso je serais intéressé de savoir la raison pour laquelle ces zones sont totalement interdites à tous les drones. (comprendre, ça permet d’avoir conscience des risques, et de l’expliquer aux autres).
    La loi, c’est la loi, et dois s’appliquer dans tous les cas. Mais tout de même, sans explications, on a le sentiment que la définition de ces zones ne prend pas en compte les drones de petite taille (X107, Ladybird …).
    Et ce sentiment est très mauvais, car il donne l’IMPRESSION que la législation ne s’applique pas à ce type de drone. (On peut penser “je ne vois pas comment un drone de 33g et 30m de porté” pourrait interférer avec les appareils en vol aux instruments).
    Et là c’est la porte ouverte : si pour un X107 c’est Ok, pourquoi pas pour v222 (100g, 100m de porté) ou plus gros.

    Peut être une nouvelle idée d’interview pour la DGAC 😉

  94. Très bonne idée. Mais dommage que les DOM-TOM soient toujours oubliés et laissant croire que souvent que c’est pas la France, pourtant territoire français.

  95. 100 % d’accord avec vous. Voler en S3 et surtout en agglomération même sous autorisation préfectorale reste une charge de stress importante. Beaucoup de pilotes amateurs ne mesurent malheureusement pas le risque et ne comprennent pas l’intérêt majeur de la règlementation de l’air : protéger les tiers au sol et ceux circulants dans d’autres aéronefs. Pour autant il est vrai que l’ensemble est très restrictif et qu’il y a une masse d’information touffue à ingurgiter. Merci à AIP Drones qui nous évite de faire des tracés GPS point a point sur carte Gearth des Zones P,R,D,ZIT,ZRT selon infos SIA NOTAM. Le top serait d’avoir après délimitation du plan de vol une correspondance immédiate du descriptif de la zone ainsi que l’affichage des activations NOTAM en marge. Merci déjà pour cet outil mis à disposition gratuitement (sécurité nationale oblige et nul n’étant censé ignorer la Loi) Article helicomicro bien rédigé et très instructif, Merci aussi.

  96. 100 % d’accord avec vous. Voler en S3 et surtout en agglomération même sous autorisation préfectorale reste une charge de stress importante. Beaucoup de pilotes amateurs ne mesurent malheureusement pas le risque et ne comprennent pas l’intérêt majeur de la règlementation de l’air : protéger les tiers au sol et ceux circulants dans d’autres aéronefs. Pour autant il est vrai que l’ensemble est très restrictif et qu’il y a une masse d’information touffue à ingurgiter. Merci à AIP Drones qui nous évite de faire des tracés GPS point a point sur carte Gearth des Zones P,R,D,ZIT,ZRT selon infos SIA NOTAM. Le top serait d’avoir après délimitation du plan de vol une correspondance immédiate du descriptif de la zone ainsi que l’affichage des activations NOTAM en marge. Merci déjà pour cet outil mis à disposition gratuitement (sécurité nationale oblige et nul n’étant censé ignorer la Loi) Article helicomicro bien rédigé et très instructif, Merci aussi.

  97. “Quand je sors plus gros le V262 je reste bien sur mon terrain. Comme cela pas de soucis en cas de chute” : Vous n’imaginez certainement pas le danger que représente un drone QUEL QUE SOIT SA POSITION car pour prendre l’exemple de mon Phantom 2, 20 minutes de vol à 15 mètres secondes donne un rayon potentiel d’environ 18 kilomètres, donc en cas de perte de contrôle “au dessus de votre terrain” qui est un timbre poste comparé au rayon d’action la problématique reste exactement la même. Je vous conseille une formation ULM et la lecture des informations aériennes (SIA) pour mieux comprendre l’enjeu de ces règles des lors que vous n’êtes pas seul en l’air ni au sol. Sur un plan technique, moral et éthique la liberté des uns commencent ou s’arrêtent celles des autres. Si vous êtes au sein d’un espace commun, sans règles c’est statistiquement l’accident. Puis inversez votre position, imaginez vous passager d’un avion dont l’un des réacteurs aurait avalé un drone. Le cadre légal est malheureusement très restrictif et technique a aborder, pour autant il existe de très grands espaces ou vous pourrez voler avec plaisir et avec un risque limité car le risque zéro n’existe pas. J’espère que vous et tant d’autres comprendront ainsi que voler au dessus de son jardin n’est pas si anodin qu’il y parait. Bons vols !!!

  98. Bonjour Onclefly, “Quand je sors plus gros le V262 je reste bien sur mon terrain. Comme cela pas de soucis en cas de chute” : Vous n’imaginez certainement pas le danger que représente un drone QUEL QUE SOIT SA POSITION car pour prendre l’exemple de mon Phantom 2, 20 minutes de vol à 15 mètres secondes donne un rayon potentiel d’environ 18 kilomètres, donc en cas de perte de contrôle “au dessus de votre terrain” qui est un timbre poste comparé au rayon d’action la problématique reste exactement la même. Je vous conseille une formation ULM et la lecture des informations aériennes (SIA) pour mieux comprendre l’enjeu de ces règles des lors que vous n’êtes pas seul en l’air ni au sol. Sur un plan technique, moral et éthique la liberté des uns commencent ou s’arrêtent celles des autres. Si vous êtes au sein d’un espace commun, sans règles c’est statistiquement l’accident. Puis inversez votre position, imaginez vous passager d’un avion dont l’un des réacteurs aurait avalé un drone. Le cadre légal est malheureusement très restrictif et technique a aborder, pour autant il existe de très grands espaces ou vous pourrez voler avec plaisir et avec un risque limité car le risque zéro n’existe pas. J’espère que vous et tant d’autres comprendront ainsi que voler au dessus de son jardin n’est pas si anodin qu’il y parait. Bons vols !!!
    Il est dans l’intérêt de tous les pilotes de se conformer à la Loi, non seulement afin de préserver des conditions de sécurité, ce qui n’empêche pas le pilote d’apprécier des conditions de vol limites ou dangereuses au delà du cadre purement règlementaire, mais aussi afin d’éviter que dans un futur proche la multiplication anarchique de vols de drones civils n’interdise totalement l’activité.
    Bon, j’avoue que c’est contraignant et rébarbatif mais il y’a aussi plein d’autres endroits ou voler sereinement, juste une question de choix et un minimum d’information à se procurer avant de voler. Je vous conseille au minimum un coup d’œil sur Google Earth afin de préparer votre vol et de repérer les points potentiellement dangereux, le respect des cartes AIP vous éviteront de potentiels ennuis avec autrui et le législateur.

  99. Je vous conseil de vous inscrire sur MACH 7 ou la carte est tout simplement plus précise.
    par exemple, sur Lille, les hauteurs et couloir de vol son trop grand par rapport a la réalité.
    allez sur MACH 7 vous comprendrez merci quand même, mais tout ça pour ça alors que ça existe déjà, c’est bizarre, je suis surement passer à coté de quelque chose mais j’ai besoin de précisions, c’est se qu’on nous demande en préfecture et en demande d’autorisation

  100. Bonjour,

    Je viens vers vous pour savoir si une version Android est en cours ? Comment les contacter, le formulaire de contact semble non-opérationnel.

    Bonne journée,
    Stéphane.

  101. @ YesPapa : pas à ma connaissance, non. Le concepteur du service est décédé dans un accident d’ULM. La société qui l’avait racheté un peu avant cet événement tragique n’a pas annoncé de nouveaux développements…

  102. Est ce que tu as plus d’infos sur cette société ? Cette carte s’appuie t’elle sur des données publiques ?

    Je regarde la faisabilité pour un développement sur Android.

  103. Je viens de voir que c’est la société MiniGroup qui avait repris les commandes. Même chose, elle a l’air de répondre aux abonnés absents car le formulaire de contact semble avoir été supprimé.

    C’est dommage que ce type de service n’évolue pas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.